Dudi Sela a-t-il eu raison de déclarer forfait pour Kippour?

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'importance de la décision d’un athlète israélien de ne pas jouer pendant Yom Kippour

Rappelant à notre souvenir la décision de Sandy Koufax, le célèbre lanceur des Dodgers, Dudi Sela a quitté les quarts de finale d’un tournoi chinois vendredi par déférence envers la sainteté de Yom Kippour.

La demande de Sela de jouer le premier match du jour sur le court principal afin d’avoir le temps de terminer avant le coucher du soleil avait été refusée par les organisateurs du tournois. Au lieu de cela, il était prévu qu’il dispute le deuxième match de la journée, ce qui signifiait qu'il ne finirait presque avec certitude pas dans le temps.

Au début du troisième set du match disputé contre l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov, il s'est brusquement approché de la chaise de l'arbitre et lui a annoncé qu'il devait se retirer.

Le sacrifice personnel de Sela fut énorme. On pense qu'il a perdu 34 000 $ en prix et 90 points de classement. Sa dernière apparition dans une finale de l'Association of Tennis Professionals était à Atlanta il y a trois ans, selon Vavel, un site sportif international.

Comme la décision de Koufax, le 6 octobre 1965, de se retirer du World Series contre les Minnesota Twins, la retraite de Sela à la veille de Yom Kippour pose une reflexion - il y a des notions qui dépassent les sports, que ce soit les sports d'équipe comme le baseball ou des sports individuels comme le tennis.

Le dévouement complet de l'athlète à la victoire est parfois subordonné à de plus grands idéaux. La loyauté envers les gens, ou envers Dieu, a parfois priorité.

Et c'est un message puissant. La vie ne porte pas sur la réalisation de soi et sur l'avancement personnel. La vraie signification provient souvent d'actes désintéressés qui affirment notre affiliation et notre appartenance plus profondes.

Comme Koufax, Sela n'est pas une personne très religieuse, selon son frère Ofer. Il ne jeûne généralement pas à Yom Kippour.

"Il l'a fait seulement parce qu'il respecte Yom Kippour et pour le pays qu'il représente", a noté Ofer.

Sandy Koufax

Sandy Koufax

S'abstenir de jouer pendant Yom Kippour pour quelqu'un qui n'est pas observant est à bien des égards plus significatif car cela reflète une décision consciente.

C'était un sacrifice plus grand parce que Dudi Sela ne tenait pas pour acquis qu'il ne jouerait pas. Il aurait pu rationaliser le fait de jouer pendant Yom Kippour. Il aurait pu se dire qu'une bonne place dans le tournoi mettrait le nom d'Israël sur la carte. De même, Koufax aurait pu citer son besoin d'être un «joueur d'équipe» et ne pas  abandonner ses coéquipiers.

Sela aurait pu dissimuler son identité juive sous son personnage de tennisman. De même, Koufax aurait faire passer son identité américaine devant son identité juive.

Bien sûr, la comparaison entre Sela et Koufax a ses limites. Il y avait des circonstances particulières entourant l'acte démonstratif de Koufax.

Il était le meilleur lanceur de baseball, sport qui, à l'époque, était encore le plus populaire en Amérique. Avec seulement trois réseaux de télévision, les World Series ont attiré l'attention de la plupart des états d'Amérique.

Et Koufax a honoré Yom Kippour vingt ans après la libération des camps de concentration, lorsque le souvenir de la Shoah commençait à être pris enfin considéré.

En revanche, Sela, qui est le meilleur joueur de tennis d'Israël, se classe au 77ème rang mondial. Sa décision d'arrêter de jouer à la mi-match a été prise lors d'un quart de finale à Shenzhen, en Chine.

Pourtant, les deux hommes ont démontré ce qui est important dans la vie et ce qui l’est moins. Est-ce que les garçons et les filles israéliens commenceront à inviter Sela à leurs cérémonies de bar et de mitzva? C’est peu probable. Mais comme Koufax, Sela est une source de fierté pour le peuple juif. Même à Shenzhen, en Chine, un Juif devrait se souvenir de ses racines.

Source : Jpost

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi