Doudou le chat de Gaza en otage chez un vétérinaire en Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Un chat de la bande de Gaza,a été amené en Israël pour recevoir des soins vétérinaires, il est à présent détenu en Israël depuis plusieurs semaines et ne sera pas restitué à ses propriétaires, ce qui pourrait provoquer une crise entre Israël et l'Autorité palestinienne. La raison en est simple, le vétérinaire israélien qui s'est occupé du chat n'a toujours pas été payé , et tant que le montant sera impayé du chat ne sera pas restitué.

Cependant, il était convenu que le traitement serait gratuit selon les accords entre l'association pour la protection des animaux à Gaza et le ministère de l'agriculture en Israël. Le vétérinaire s'était engagé à respecter cet accord et s'est lui même porté volontaire pour soigner Doudou le chat.

Le militant pour les animaux de Gaza qui ont déplacé en Israël explique: "Je veux que le chat revienne. Il était convenu que dès que le chat serait soigné il nous serait rendu. Nous demandons qu'il soit rendu."

Tout a commencé en août 2019, lorsque Sa'id al'Ar, militant des droits des animaux dans la bande de Gaza et président de la "Solala" pour les animaux de la bande de Gaza, a publié un article sur un petit chat des rues gravement blessé. "Agissez immédiatement pour le petit chat" et il ajouta  sur son post que "c'est seulement en Israël qu'il pourrait être sauvé."

"Nous traitons des animaux abandonnés blessés dans la bande de Gaza", a déclaré Eler cette semaine dans un appel téléphonique depuis la bande de Gaza "Il y a des animaux qui sont heurtés par des véhicules, des coups de feu ou des accidents, et nous nous en inquiétons. Comme nous n'avons pas de vétérinaires ni même de pension pour animaux dans la bande de Gaza, donc après qu'ils soient soignés  je les ramène chez moi et une fois rétabli je les relâche."

Selon Alar, le chat a été soigné par un vétérinaire local à Gaza, puis Alar l'a ramené chez lui,  jusqu'à ce qu'il se rétablisse. " Mais l'état du chat a empiré, Il avait bien reçu les premiers soins  mais avait besoin d'une clinique pour des soins en continu", explique-t-il.

L'histoire du chat est venue à Yoram Erez, président de l'organisation Petrosa pour la protection des droits des animaux en Israël. Normalement, un tel animal n'ait pas autorisé à se déplacer de la bande de Gaza vers Israël et on sait que les animaux nécessitant des soins ne peuvent pas être pris en charge à Gaza, il était donc important de déplacer le chat en Israël. "

Yoram Erez a contacté des responsables israéliens tels que le ministère de l'Agriculture et de l'Armée et l'association "Solala" à Gaza. "J'ai délivré tous les permis nécessaires pour transférer le chat en Israël. C'était une opération complexe, l'une des conditions requises par le ministère israélien de l'Agriculture étant le retour du chat à Gaza après sa réhabilitation."

Selon Erez, l'organisation Petrosa, située à Kfar Saba, a été fondée il y a environ 11 ans et travaille également pour sauver des animaux de toute l'Autorité palestinienne.

"L'organisation amène les animaux en Israël, avec la pleine permission et la coordination avec l'État et les autorités militaires, et une fois le traitement terminé, Israël les restitue à leurs propriétaires, conformément à toutes les lois et réglementations du ministère de l'Agriculture qui ont confiance en la question."

Selon lui, dans le cadre de la procédure de transfert de ce chat  il a dû chercher un vétérinaire israélien qui se porterait volontaire pour soigner le chat en Israël. A ce sujet Il a publié un article  et a affirmé que la personne qui avait répondu à l'appel était un vétérinaire de la région.

Yoram Erez affirme que le médecin a exprimé son consentement et s'est même porté volontaire pour soigner le chat gratuitement. "Le 21 août, le médecin m'a contacté de sa propre initiative et a demandé à soigner le chat dans sa clinique, sans contrepartie." explique Yoram Erez.

À présent le moment est venu de rendre le chat à son propriétaire à Gaza, le chat étant parfaitement rétabli.

"Comme convenu avec l'organisation, ils devraient rendre le chat une fois le traitement terminé", souligne-t-il.

Petrosa rapporte qu'ils ont été surpris de constater quand le vétérinaire a exigé d'être payé pour le traitement dispensé au chat pour un montant de 9 000 NIS.
Yoram Erez a déclaré qu'il avait été convenu que le traitement pour le chat serait gratuit "Depuis le Dr refuse de rendre le chat."

L'organisation affirme que laisser le chat en Israël empêche le transfert d'autres animaux blessés de la bande de Gaza vers Israël. "L'entrée d'un chien blessé de la bande de Gaza est en cours, et il est à craindre que s'il n'entre pas en Israël dans les prochains jours, il ne survivra pas, d'où la pression", explique Erez.

La semaine dernière, l'organisation de Petrosa, par l'intermédiaire de l'avocat Sagiv Levy, a contacté le vétérinaire pour ramener le chat. "Le propriétaire du chat, Said Alar, un habitant de Gaza et  citoyen palestinien, veut que le chat revienne chez lui , conformément à la loi israélienne et à la décision de la Haute Cour exigeant le retour d'un chat sur le territoire d'où il vient, après une procédure vétérinaire."

M. Levy, expert en droit des animaux et de l'environnement, a en outre noté que le permis accordé à l'organisation par le Ministère de l'agriculture et de l'armée est valable pour un animal à la fois, "Par conséquent, vous êtes prié de coordonner avec mon client la livraison du chat  afin qu'il puisse être transféré dans la bande de Gaza à ses propriétaires légitimes ", a-t-il déclaré.

Le vétérinaire n'a pas souhaité répondre à la suite de la publication de l'article.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi