Deux Israéliens tués dans une attaque en Judée-Samarie, flambée de violence

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Flambée de violence en Judée-Samarie

La branche armée du Hamas a revendiqué jeudi deux récentes attaques meurtrières contre des Israéliens en Judée-

Branche armée du Hamas

Branche armée du Hamas

,Deux Israéliens ont été tués et deux autres grièvement blessés jeudi matin lors d'une fusillade en Judée Samarie  près de la colonie d'Ofra.

Selon des témoins, un homme est descendu d'une voiture à un carrefour et a ouvert le feu à l'arme automatique sur les passants.
Un mode opératoire similaire à celui utilisé dimanche dans le même secteur contre des Israéliens qui attendaient à un arrêt de bus.
Six personnes avaient été blessées dont une femme enceinte de 21 ans gravement touchée à l'abdomen. L'accouchement provoqué du bébé n'avait pas permis de sauver le nouveau-né.

Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou, qui avait commenté mercredi le décès lors d'une réception avec des journalistes étrangers, avait promis que les auteurs de l'attaque seraient retrouvés.

Le soir même, l'armée israélienne a abattu près de Ramallah l'auteur de la fusillade de dimanche après une chasse à l'homme. Salah Omar Barghouthi, 29 ans, présenté comme le fils d'un dignitaire du Hamas, était traqué par l'armée, la police et les services de sécurité du Shin Bet.

Dans un communiqué, le Hamas a présenté le Palestinien tué comme un héros qui a «répondu aux crimes de l'occupation». Il a également salué la mort mercredi du responsable d'un attentat commis à Barkan, le 7 octobre, dans une zone industrielle de Cisjordanie. L'homme qui avait tué deux Israéliens était en fuite depuis deux mois. L'attaque avait défrayé la chronique car elle s'était déroulée dans un secteur mixte souvent présenté comme un symbole de coexistence où Israéliens et Palestiniens travaillent dans les mêmes entreprises.

«Tant que je serai premier ministre d'Israël, pas un seul juif ne sera chassé de chez lui»

Cette recrudescence des violences touche plus particulièrement les environs de Ramallah, la capitale de l'Autorité palestinienne, où colonies juives et agglomérations palestiniennes s'entremêlent. Les forces israéliennnes ont annoncé ce jeudi avoir bouclé la ville Ramallah.

Depuis dimanche, elles ont employé les grands moyens en procédant à des descentes dans les locaux du ministère palestinien des Finances et de l'agence officielle Wafa, à Ramallah. La coopération sécuritaire entre Israël et l'Autorité palestinienne (AP) qui a permis par le passé de déjouer de nombreux attentats est toujours en place malgré l'absence de contacts politique et les mesures de rétorsion financière des États-Unis contre l'AP.

Entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est, plus de 600.000 colons israéliens et trois millions de Palestiniens cohabitent difficilement avec des accès de fièvre récurrente. Après l'attaque de dimanche, Benyamin Nétanyahou, qui est aussi depuis un mois ministre de la Défense, a assuré qu'il poursuivrait la colonisation. «Tant que je serai premier ministre d'Israël, pas un seul juif ne sera chassé de chez lui. Non seulement ils ne seront pas chassés de leurs maisons, mais ils en construiront de nouvelles» a-t-il affirmé.

Tôt ce jeudi, un Palestinien a également été tué dans la Vieille ville de Jérusalem après avoir attaqué au couteau deux soldats israéliens. Ce type d'agression semble cependant être dépassé par des actions plus organisées et plus nombreuses avec un usage d'armes automatiques.

ALLIANCE-COMMUNICATION
Expert Communication digitale
Ecoutez-nous sur Judaïques FM 94.8
France :01 70 00 75 75
Israël : 054 700 74 70

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi