Une créatrice juive de mode pudique attire l'attention des célébrités

Actualités, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une créatrice juive de mode pudique attire l'attention des célébrités

Batsheva Hay voulait juste rafraîchir sa garde-robe.

Il y a quelques années, cette avocate new-yorkaise a rendu visite à une couturière pour commander une nouvelle robe - un cadeau d'anniversaire à elle-même - basée sur ses vêtements vintage préférés. Elle est tombée amoureuse du processus, et a fini par créer sa propre marque de design, présentée à la Fashion Week de New York. Aujourd’hui, elle habille des célébrités telles que Natalie Portman, Busy Philipps, Aidy Bryant et Brie Larson.

Début 2016, Hay élevait deux jeunes enfants, blasée de sa vie d’avocate et cherchant autre chose pour la passionner.

«Je redoutais simplement l'idée, lorsque mes enfants seraient devenus un peu plus âgés, de retourner dans un cabinet d'avocats», a-t-elle déclaré lors d'une récente interview avec le Jerusalem Post. «J'étais perdue à propos de ce que je faisais… je me sentais très mal à l'aise et je ne savais pas quoi faire.»

En même temps, dit-elle, elle aimait sortir de ses vêtements d'avocate et revenir aux styles qu'elle affectionnait - les robes vintage, féminines et excentriques.

"Une chose que je détestais vraiment quand j'étais avocate, c'était les vêtements que je devais porter et que les autres portaient ", a-t-elle dit. "Ils étaient un peu déprimants." En quittant le palais, elle se glissait de nouveau dans ses vieux vêtements vintage, en particulier une robe Laura Ashley bien-aimée "que je portais presque tous les jours".

Elle a donc décidé de se faire plaisir et d'acheter une nouvelle robe - ou quelques-unes - faite dans ce style, avec un col haut, des manches bouffantes, des volants et un imprimé chargé. La robe s'est transformée en plusieurs, qui sont devenues un compte Instagram, un site Web, et bien plus encore.

"Je suis tombée amoureuse de la recherche de tissus pour de nouvelles versions, puis j'ai voulu faire une autre robe, et ma fille en voulait une assortie, " dit Hay, " et puis très lentement, en un an, c'est devenu une entreprise ".

Céline Dion dans une robe Batsheva

Céline Dion dans une robe Batsheva

Lorsque Batcheva, qui a grandi dans un foyer juif laïc, épousa son mari, le photographe de mode Alexei Hay, le couple a commencé un voyage dans la pratique religieuse. Aujourd'hui, ils sont pratiquants.

"Je m'habillais souvent avec ces robes vintage qui convenaient pour un dîner de shabbat à la table du rabbin," dit Hay. "Je me sentais un peu cool – je voulais me présenter dans ces décors très traditionnels et porter quelque chose d'excentrique et d'intéressant."

Depuis leurs débuts modestes, les créations de Hay, sous le label "Batsheva", sont devenues un produit de choix parmi les célébrités, notamment Céline Dion, Lena Dunham, Courtney Love etc.

"La première célébrité que j'ai eue, je crois, était Natalie Portman. Kate Young, la styliste, l'a mise dans un de mes tops," dit-elle. Depuis l'été dernier, des stylistes célèbres ont commencé à s'intéresser à ses créations et à commander régulièrement des vêtements. Mais Batcheva dit qu'elle a aussi atteint les superstars d'Hollywood grâce au pouvoir d'Instagram - comme la star de Captain Marvel, Brie Larson, qui a récemment porté une création "Batsheva". Le mois dernier, Aidy Bryant, vedette de Saturday Night Live and Shrill, arborait une robe "Batsheva" dans The Tonight Show With Jimmy Fallon, et Busy Philipps a porté ses créations pour animer son talk show, Busy Tonight.

Bien que la majorité des créations de Batsheva Hay suivent les coutumes juives de pudeur féminine, elle dit que son apparence est loin d'être la norme dans la communauté orthodoxe de l'Upper West Side de Manhattan, où elle vit.

"Bien que cela corresponde au moule de l'habillement orthodoxe, ce n'est pas ainsi que les orthodoxes s'habillent aujourd'hui ", a-t-elle dit. "C'est vieux et c'est bizarre... J'avais l'impression de me battre entre deux mondes."

Au contraire, elle a dit que son style était plus influencé par sa mère hippie, qui a rencontré son père dans un kibboutz en Israël.

"Même avant d’être religieuse, je n'aimais pas vraiment dévoiler ma peau parce que c'était très déshumanisant ", dit-elle. "Je pense que beaucoup de femmes se disent : "Je ne veux pas porter quelque chose de trop serré car je ne veux pas que les hommes pensent que je suis sexy, je préfère porter quelque chose d'amusant, de bizarre et d’excentrique."

Au fur et à mesure que sa marque prenait son envol, Batsheva Hay a dû concilier son style de vie religieux avec le monde trépidant de la mode. La Fashion Week de New York, en septembre, a donné lieu à un challenge particulier .

"Il n’y avait qu’une seule option qui ne soit ni Rosh Hashanah ni Shabbat," dit-elle. "Et puis les deux jours avant mon défilé de mode, c’était Rosh Hashanah. Je n'ai donc pas utilisé mon téléphone pour quoi que ce soit."

Mais plusieurs années après être devenue pratiquante, Batsheva Hay dit qu'elle trouve que les pratiques juives sont fondées et non restrictives.

"Je pense que quand j'ai commencé à respecter toutes ces fêtes et le Shabbat, j'étais beaucoup plus anxieuse," dit-elle. "J'avais peur de rater quelque chose et que ça nuise à mon entreprise... mais pour être honnête, si ça ne marche pas pour eux, je les emmerde".

"Les choses qui étaient vraiment difficiles pour moi au début, comme respecter le Shabbat - sont fondamentales aujourd'hui", a-t-elle ajouté. "J'ai un jour pour être avec ma famille."

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi