Des nouvelles mesures drastiques imposées en Israël et éviter le point de non-retour

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
le taux d'infection par le coronavirus

Le Cabinet approuve des mesures drastiques pour réduire le taux d'infection par le coronavirus

Le gouvernement impose une nouvelle fermeture obligatoire des gymnases et des piscines, limite le nombre de personnes dans les synagogues et autres lieux, des efforts afin d'endiguer la deuxième vague de la pandémie, qui, selon de nombreux professionnels de la santé, échappe rapidement à tout contrôle.

Le gouvernement a annoncé lundi une nouvelle fermeture obligatoire des gymnases et des piscines, ainsi que des limites au nombre de personnes dans les synagogues, les restaurants et autres lieux.

Les mesures doivent être accélérées par la Knesset dès lundi et sont essentiellement un retour à certaines des restrictions qui avaient été mises en place lors de la première vague de la pandémie de coronavirus.

Le nombre de clients dans un restaurant sera désormais limité à 20 à l'intérieur et 30 à l'extérieur; le nombre de fidèles  assistant aux services de prière sera limité à 19, et le nombre de passagers dans les bus ne devra pas dépasser 20, et interdiction d'utiliser la climatisation.
Les camps d'été pour enfants seront également annulés.

Le nombre de cas confirmés de coronavirus en Israël a atteint 30 162, a annoncé lundi le ministère de la Santé, avec 817 patients diagnostiqués au cours des 24 dernières heures. Selon les données du ministère, 332 Israéliens sont morts de la maladie COVID-19 et 17 974 en sont guéris.

Le ministère de la Santé a déclaré que 4,6% des tests corona sont revenus positifs contre 2,5% le mois dernier. Il y a actuellement 11 664 cas actifs et 17 752 tests ont été effectués depuis dimanche.

Depuis le début de l'épidémie, Israël a effectué plus d'un million de tests pour le coronavirus. Quelque 40 000 Israéliens ont été invités à s'isoler d'eux-mêmes après avoir été en contact avec un patient vérifié.

Le nouvel effort pour endiguer la  deuxième vague de la pandémie alors que de nombreux professionnels de la santé ont prévenus que celle-ci peut échapper rapidement à tout contrôle, et que les hôpitaux ne puissent pas faire face à l'augmentation du nombre de patients. 

Le ministre des Finances, Israël Katz, a déclaré à la radio de l'armée qu'à l'heure actuelle, les restrictions ne s'arrêteraient pas avant un autre confinement national.

Lundi également, l'armée a annulé la formation des réservistes prévue pour les semaines à venir, afin d'empêcher le virus de porter un coup aux forces armées.

Actuellement, 447 soldats et officiers ont été infectés par le COVID-19 et 240 en ont récupéré. Quelque 5 000 soldats et officiers sont actuellement isolés en raison d'une exposition potentielle au virus.

L'armée a également affecté 300 soldats pour aider le ministère de la Santé dans ses requêtes épidémiologiques de patients.

Dimanche soir, 220 patients corona ont été diagnostiqués dans une yeshiva à Bnei Brak, incitant les rabbins de tous les courants à exhorter le public ultra-orthodoxe à respecter les directives du ministère de la Santé.

Les rabbins auraient formé un tribunal rabbinique spécial pour discuter du sort des séminaires qui ne remplissent pas les critères nécessaires et qui pourraient être fermés.

Quinze yeshivas ont été définies comme des " bombes à retardement " et pourraient devoir être fermées, a déclaré un rabbin.

«Nous n'avons pas atteint le point de non-retour»

Pendant ce temps, un responsable du ministère de la Santé a averti que "à moins que des mesures sérieuses ne soient prises à ce stade, nous devrons imposer des restrictions beaucoup plus sérieuses plus tard".

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a adressé au public des critiques sévères sur sa discipline laxiste, disant aux autres membres du soi-disant cabinet corona: "Quelle est l'utilité d'avoir des directives si le public ne les suit pas? Si personne ne les applique?"

Il a averti qu'à moins que le gouvernement ne prenne des mesures importantes et que le public suive les lignes directrices en matière de distanciation sociale, les ministres pourraient trouver qu'ils n'ont pas d'autre choix que d'imposer un deuxième confinement national.

Le professeur Galia Rahav, chef de l'unité des maladies infectieuses du centre médical Sheba, a déclaré à Israel Hayom qu'observer la distanciation sociale est la seule manière d'éviter une fermeture économique à grande échelle.

"Nous n'avons pas atteint le point de non-retour", a-t-elle déclaré. "Je suis sûre que personne ne veut un autre confinement mais pour éviter cela, une application stricte des directives sur la distance sociale est à observer "

La semaine dernière, Israël a de nouveau chargé l'agence de renseignement domestique du Shin Bet de suivre la localisation des patients atteints de coronavirus afin d'aider les sondes épidémiologiques du ministère de la Santé.

Lundi matin, des dizaines de milliers d'Israéliens ont reçu des SMS les informant qu'ils avaient été exposés à des patients COVID-19 et leur ordonnant de s'isoler.

Les messages envoyés au ministère de la Santé, indiquent l'heure et le lieu exact où un contact étroit avec une personne porteuse de la maladie a eu lieu, cependant, un nombre croissant d'Israéliens affirment que le processus de suivi est incorrect.

Selon Channel 12 News , certains ont même refusé de respecter les ordonnances de mise en quarantaine, ce que les responsables de la santé ont déclaré "tout à fait inacceptable" car cela "met le public en danger".

Selon la directive d'urgence approuvée par le gouvernement, la violation de la quarantaine est passible d'une amende de 5 000 shekels (1 450 $) et potentiellement jusqu'à six mois de prison

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi