Des milliers de Palestiniens affluent sur les plages israéliennes et dans les restaurants

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Palestiniens de passer en Israël.

Des milliers de Palestiniens affluent sur les plages israéliennes et dans les restaurants
Cette décision a fait craindre aux responsables palestiniens que les Palestiniens attrapent le coronavirus en passant du temps en Israël

Des milliers de Palestiniens sont entrés en Israël vendredi par des postes frontières qui ont été temporairement et inopinément ouverts dans le nord de la Cisjordanie.

Les responsables palestiniens ont déclaré qu'ils étaient surpris par la décision d'Israël d'ouvrir les points de passage et ont exprimé la crainte que cette mesure n'entraîne une augmentation du nombre de Palestiniens chez qui le coronavirus a été diagnostiqué.

"Nous nous attendons à une forte augmentation du nombre de cas infectés suite à l'ouverture des points de passage vendredi", a averti un responsable du ministère palestinien de la santé. "Nous avons été surpris par la décision d'Israël, qui n'a pas été coordonnée avec l'Autorité palestinienne".

Les Palestiniens qui veulent entrer en Israël doivent souvent obtenir un permis d'entrée auprès des autorités israéliennes.

La plupart des Palestiniens sont entrés en Israël vendredi par les postes frontières près de Tulkarm. Des bus appartenant à des compagnies arabo-israéliennes qui les attendaient du côté israélien des points de passage les ont conduits dans plusieurs villes, dont Netanya, Haïfa, Tel-Aviv-Jaffa et Tibériade.

La chaîne de télévision Al-Fajer, basée à Tulkarm, a publié des photos de Palestiniens traversant librement la frontière et profitant de leur temps sur les plages israéliennes.

L'une des photos montrait une femme de 87 ans, Um Zuheir, assise sur la plage de Netanya avec ses petits-enfants. La légende se lit comme suit : "Um Zuheir réalise son rêve de visiter la mer en Palestine occupée après 87 ans."

Les scènes de milliers de familles palestiniennes visitant les villes israéliennes sont apparues alors que les restrictions imposées par l'AP pour prévenir la propagation du coronavirus restaient en vigueur dans de nombreuses zones contrôlées par l'AP. Toutes les entreprises et institutions palestiniennes sont tenues de fermer le vendredi et le samedi dans le cadre des mesures prises par le gouvernement de l'AP.

"Il est étrange que les Palestiniens ne soient pas autorisés à organiser des mariages ou des prières dans les mosquées alors qu'Israël ouvre ses frontières et les autorise à venir sur ses plages et dans ses restaurants", a déclaré Jamal Masri, un militant politique de Naplouse. "Personne ne semble savoir pourquoi Israël a soudainement décidé d'ouvrir ses frontières à des milliers de familles palestiniennes".

Certains Palestiniens ont affirmé que cette décision visait à stimuler l'économie israélienne. "C'est une décision sans précédent et dangereuse, qui a des conséquences politiques, économiques et sanitaires", a noté l'homme d'affaires de Jénine, Samir Abu al-Rob.

"Il est honteux de voir comment des dizaines de milliers de Palestiniens se sont précipités sur les plages et les restaurants à l'intérieur d'Israël alors que l'économie palestinienne est très mauvaise en raison des restrictions sur les coronavirus. Les Israéliens doivent être très heureux car cela aide leur économie".

D'autres se sont demandés pourquoi l'Autorité palestinienne n'a pas essayé d'empêcher les Palestiniens de passer en Israël. "Où est notre gouvernement ?" a demandé Nadia Jallad, une résidente de Tulkarm.

"Notre gouvernement a interdit les rassemblements publics pour enrayer la propagation du coronavirus, mais il permet à des dizaines de milliers de personnes de se rendre en Israël. Qu'en est-il des mesures prises par le gouvernement palestinien pour prévenir la maladie ? Notre gouvernement n'a-t-il pas demandé aux citoyens arabes d'Israël de ne pas entrer en Cisjordanie à cause du coronavirus ?"

Le principal homme d'affaires palestinien, Bashar Masri, a exprimé sa crainte que cette mesure n'entraîne une augmentation du nombre de cas confirmés de coronavirus en Cisjordanie. Il a également exprimé la crainte que cette décision exacerbe la crise économique en Cisjordanie, où de nombreuses entreprises restent fermées dans le cadre des mesures visant à prévenir la propagation du virus.

 

source Jerusalem Post

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi