Décès à 97 ans du rabbin Leo Trepp

Actualités - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

leotrepp.jpgLe rabbin germano-américain Leo Trepp, une figure de la communauté juive, qui avait fui le nazisme et oeuvré à la reconstruction de l'identité juive allemande après la guerre, est mort hier à l'âge de 97 ans aux Etats-Unis, a annoncé l'Université de Mayence vendredi. "Leo Trepp est mort le 2 septembre à San Francisco", a indiqué sur son site internet l'Université de Mayence (ouest), où le rabbin venait chaque année donner des conférences dans la ville où il était né en 1913.

Ordonné en 1936, il était le dernier rabbin encore en vie à avoir officié à l'époque du nazisme: à la synagogue d'Oldenburg (nord) mais aussi dans la plus grande synagogue d'Allemagne, celle de la Rykestrasse à Berlin, qui a rouvert ses portes en 2007 après une longue restauration. Nonagénaire en fauteuil roulant, il était alors venu des Etats-Unis à Berlin spécialement pour cette cérémonie de réouverture, où l'émotion l'avait submergé.

Incarcéré au camp de concentration de Sachsenhausen près de Berlin, Leo Trepp avait été sauvé des griffes des nazies grâce à un rabbin britannique qui lui avait procuré un visa et permis son émigration en Angleterre. De nombreux membres de sa famille n'eurent pas cette chance et périrent. D'Angleterre, Leo Trepp avait ensuite rejoint les Etats-Unis où il a vécu jusqu'à sa mort.

Toute sa vie, il aura eu à coeur de réconcilier les juifs avec l'Allemagne malgré les douleurs du passé nazi. Après la guerre, il sillonna l'Allemagne de l'ouest pour livrer des discours jusque dans les églises et les écoles afin d'exhorter juifs et chrétiens à se réconcilier, et encourager les juifs à se reconstruire en Allemagne en faisant renaître les communautés décimées par le nazisme.

"Son nom restera synonyme d'humanité, de bien et en particulier de tolérance et de réconciliation", a déclaré le président de l'Université de Mayence, Georg Krausch.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi