Deborah Cohen Tenoudji accompagnement parental en Israël: Nos enfants ont du génie

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Déborah Cohen-Tenoudji indépendante en Israël: Nos enfants ont du génie

Passée la peur, l'excitation liée aux nouvelles habitudes mises en place d'une vie de famille exclusivement à la maison, passé les beaux moments avec nos enfants qu'on n'avait jamais vraiment vécus, nous voici enfin proches de la sortie!

Deux mois à diluer notre énergie, à tenter d'être des mamans créatives, pédagogues, à prendre sur nous, gérer les soucis techniques des cours en ligne et accessoirement écouter nos émotions (ou pas), et de temps en temps essayer de comprendre nos enfants qui plus que jamais ont eu besoin de nous ....

Deborah Cohen Tanugi nos enfants ont du génie

Deborah Cohen Tenoudji 

Pour ma part il m'a fallu une bonne dose de volonté pour me remettre sur les rails!
On trouve la volonté car à un moment la vie est plus forte et doit reprendre son cours!

Alors par quoi commencer pour retrouver un semblant de sérénité ?
Je vous propose dans un premier temps de revoir et d'assouplir nos exigences vis à vis de nos enfants.

Avez-vous remarqué que lorsque nous sommes dépassées la forme négative devient notre mode de communication préférée, exacerbé par le confinement :"Ne touche pas à ça, non, on ne saute pas sur le canapé, je ne peux pas venir là, non, NON!!!

Cela me fait penser à mes années d'enseignement en école primaire :
- "Maman n'a plus de patience" c'est la forme négative les enfants! Qui a un autre exemple? (Il vaut mieux en rire, non?!)

Lorsque nous sommes sur ce mode défensif et recherchons à faire obéir nos enfants en permanence nous réduisons leur champ d'action et ces derniers n'ont plus d'autre choix que tout faire pour attirer notre attention...
"Bêtises" en tous genre, insolence, crises, "caprices" s'expriment lorsque nous n'avons pas pris en compte leurs besoins réels.

Lorsque je suis devenue maman, j'ai rapidement constaté que plus je disais non à ma fille bébé, plus elle se mettait à crier.... En réalité, nos enfants ont BESOIN d’interagir avec le monde qui les entoure, pas pour nous embêter mais pour exister.

Ouvrir le tiroir du bas, toucher en dépliant la couverture qu'on vient de plier, goûter la pâte du gâteau qu'on prépare avec lui, écrire sur tous les supports (parce que pour lui c'est pareil le mur ou une feuille mais le mur est à disposition alors c'est plus facile...)

L'éducation positive consiste à transformer notre façon d'appréhender l'éducation en général et notre enfant en particulier. Le considérer comme un être en formation qui a besoin d'être encouragé et non limité en permanence.

L'enfant a besoin de sentir qu'il a un minimum de latitude sur ses actions et mouvements sans être empêché par nos interdits liés à la peur qu'il se fasse mal, qu'il salisse, qu'il y ait trop de bazar... C'est dans ce sens que, dès les premiers mois de ma fille, j'ai tenté une approche souple (avec un cadre malgré tout) qui a contribué à une harmonie familiale qui perdure après 3 enfants.

Si pour certaines mamans cette façon de voir les choses tombe sous le sens, d'autres mamans auront plus de difficultés à déconstruire leur vision de l'éducation et cela prendra plus de temps mais chaque nouveau pas compte.
Il est important de ne pas se juger et de faire les choses petit à petit!

Bon courage à tous pour la reprise !
Deborah Cohen-Tenoudji

Deborah Cohen-Tenoudji
inspirationsmamans@gmail.com
Tel : 00972 58 773 5985.

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi