Dans la peau d'une djihadiste pendant un mois, elle est menacée de mort par l'EI

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Anna Erelle, dans la peau d'une djihadiste

Pendant un mois, Anna Erelle s'est fait passer pour une jeune fille désireuse de partir faire son djihad. Aujourd'hui menacée par l'Etat islamique, la journaliste a décidé de raconter son enquête dans un livre publié ce jeudi.

Pour mieux comprendre tous les ressorts de «ce djihadisme numérique», Anna Erelle, une pigiste âgée d'une trentaine d'années, a décidé l'année dernière de se glisser dans la peau d'une djihadiste. Pendant un mois, derrière l'écran de son ordinateur, la journaliste s'est fait passer pour Mélanie, une jeune fille de 20 ans, naïve, un peu paumée et désireuse de partir faire son djihad.

Ces derniers mois, ils sont des centaines à avoir rejoint les rangs de l'Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie. Vidéo sur YouTube, photos via Twitter, discussions sur Facebook, l'organisation terroriste ne lésine pas sur les moyens de recrutement des jeunes Français. Quels que soient leur âge, leur milieu social, leur religion, ils ont été confrontés à la redoutable communication de Daech sur les réseaux sociaux.

Les recherches d'Anna, l'ont amené à rencontrer un combattant haut placé dans la hiérarchie de Daech. Elle raconte son histoire dans un livre, Dans la peau d'une djih@diste (1), qu'elle publie ce jeudi sous pseudonyme, la journaliste étant actuellement menacée par des membres de l'EI.
Tout commence sur Facebook en avril 2014, sur le canapé de son deux-pièces parisien.

Sous le profil de Mélanie, la journaliste reçoit un message d'Abou-Bilel, un djihadiste de 38 ans, basé à Raqqa, le fief de l'EI en Syrie. Dès les premières lignes échangées, il lui demande si elle est musulmane et l'invite à venir le rejoindre. «On dirait un commercial», écrit la journaliste, écœurée. «Pour lui, Mélanie ne représente qu'un profil type. (...) Il ne connaît ni son âge, ni la couleur de ses yeux, ni sa situation familiale» et «ça ne semble pas le déranger». Il lui raconte l'islam «si pur» qu'il a embrassé et pourquoi, elle aussi, doit partir.

Très vite, la discussion bascule sur Skype par webcam. Anna Erelle veut faire illusion jusqu'au bout: elle se coiffe d'un hijab* (2), utilise des expressions arabes et rajeunit sa voix.

«J'ai aussi adopté un langage de djeun's avec un peu d'argot et d'arabe», raconte la pigiste au Figaro. «Je faisais délibérément des fautes d'orthographe, il ne s'est jamais douté de rien.»
«Il disait qu'il aimait bien couper des têtes»

Peu à peu, la confiance s'installe entre la jeune fille de 20 ans et le terroriste. «Ça a mis du temps car je ne pouvais pas lui poser de questions trop incisives. Autrement, il aurait eu des soupçons.» La journaliste doit rester prudente. Bilel n'est pas n'importe quel terroriste, il s'agit du bras droit d'Abou Bakr al-Baghdadi, chef de l'organisation de l'EI.

Sur place, «Bilel avait trois casquettes: il recrutait, récoltait les taxes et gérait des bataillons de combattants. Mais il lui arrivait aussi de tuer de ses propres mains. Il disait qu'il aimait bien couper des têtes, torturer des prisonniers de guerre et leur asséner le coup final», explique la pigiste qui se souvient des photos de têtes coupées que le terroriste lui avait montrées sur son smartphone.

Au fil des semaines, elle apprend que, dans une autre vie, l'homme originaire d'Algérie, s'appelait Rachid et vivait à Roubaix dans le nord de la France.

Qu'il a rapidement lâché ses études et commis plusieurs délits. De confession musulmane, il s'est radicalisé au début des années 2000 et a quitté la France pour combattre en Irak contre l'invasion américaine en 2003, raconte la journaliste. Puis, le djihadiste est parti en Afghanistan pour améliorer ses techniques de guérilla, avant de passer au Pakistan et en Libye, au moment de la chute de Kadhafi. En 2013, on le retrouve en Turquie.
Djihadiste «métrosexuel»

De l'autre côté de l'écran, l'homme presse la jeune fille de venir au «Sham» (3) et de servir «la cause de Dieu». Et tous les arguments sont bons pour convaincre la jeune fille: «Mélanie, (...) je sens que tu as une belle âme, et si tu restes au milieu de tous ces kouffar, tu brûleras en enfer.» A chaque appel, le terroriste vante les mérites de l'Etat islamique. «J'avais l'impression d'avoir le gourou d'une secte en face de moi.» Un jour, il demande à Mélanie si elle veut l'épouser. Pour continuer à glaner des informations, la pigiste rentre dans son jeu.

L'homme l'inonde de mots d'amour et l'appelle matin, midi et soir. «Au début, il se foutait de Mélanie, mais il a fini par avoir des sentiments pour elle», constate Anna Erelle. Le djihadiste amoureux, la pigiste doit faire bonne figure et continuer à lui faire croire qu'elle va le rejoindre. «Dans ces moments-là, je vous avoue que je me suis découvert des talents de comédienne», confie-t-elle en souriant.

Parallèlement, la journaliste en apprend davantage sur l'organisation terroriste. Comme ce jour où Abou-Bilel lui détaille le «cursus normal» d'une nouvelle recrue à son arrivée en Syrie. «Cours de langue le matin, cours de tir l'après-midi», explique le djihadiste. «Au bout de deux semaines, soit tu es suffisamment fort pour combattre et tu rejoins le front. Soit tu te spécialises, comme dans le recrutement ou le contre-espionnage.»

Il évoque également d'autres «tâches nobles», comme «la visite des djihadistes blessés dans les hôpitaux, ou la livraison de médicaments aux nécessiteux». «Cette enquête a été l'une des plus passionnantes de ma carrière, confie Anna Erelle. C'était fabuleux d'avoir un contact qui puisse me donner une vue de Raqqa en temps réel.»
Menaces de mort et fatwa

Au bout d'un mois, l'enquête touche à sa fin. La journaliste décide de couper les ponts avec le terroriste et publie son article début mai. «A partir de là, à Raqqa, ils ont compris que je n'étais pas Mélanie», résume Anna Erelle. Et les répercussions sur sa vie personnelle se font vite sentir. «Tous les jours, j'avais le droit à des menaces de mort et à des coups de fil de numéros inconnus», explique-t-elle avant de préciser qu'une fatwa (4) a même été lancée contre elle.

Dans une vidéo retrouvée sur le Web, elle découvre son visage accompagné d'un texte en arabe. Les consignes sont claires: «Mes frères à travers le monde, (...) si vous la voyez, (...) tuez-la.» Après ça, «j'ai dû me cacher chez mes parents, puis chez des amis à droite à gauche. J'avais l'impression de vivre comme une clandestine.»

Neuf mois après son enquête, elle dit ne pas vivre dans la peur mais rester sur le qui-vive. Pour sa sécurité, ses employeurs lui ont interdit d'écrire sur le sujet et publie son livre sous pseudonyme. «Le problème, ce ne sont pas les menaces immédiates, mais les représailles. Il va falloir se méfier tout le temps et vivre avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête». Et Bilel? «Je pense qu'il est mort, mais rien n'est moins sûr.»

 

Source Le Figaro

Vos réactions

  1. bzhenforce@laposte.net'anton

    quel courage, bravo madame votre livre doit servir pour montrer à ceux qui voudraient les rejoindres leurs véritables natures, je suis non violent mais ont peut pas rester sans rien faire face à ses monstres qui se cachent pour commettre toutes sortes d’exactions et de crimes où qu’ils se trouvent encore bravo

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi