La croissance remarquable des communautés israéliennes proches de Gaza malgré les menaces terroristes quotidiennes

Actualités, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La croissance remarquable des communautés israéliennes proches de Gaza malgré les menaces terroristes quotidiennes

En période de tension et de violence entre Gaza et Israël, les médias internationaux ont tendance à se concentrer principalement sur les derniers dégâts et sur les morts, en particulier à Gaza, plutôt qu'aux conséquences psychologiques profondes de la guerre. "Si ça saigne, ça captive" comme l'a dit un jour le journaliste du magazine new-yorkais Eric Pooley.

Mais encore plus rare que le dialogue sur les conséquences sociales à long terme de la violence, le discours post-conflit sur les conséquences économiques des tensions et du terrorisme. Dans le contexte de la récente croissance économique de la région de l'enveloppe extérieure de Gaza, en Israël, les roquettes représentent un défi de taille - non seulement pour le bien-être physique et émotionnel des familles de la zone, mais aussi pour le bien-être économique de la région.

Au cours de l'année écoulée, la population des abords de Gaza a augmenté et, avec elle, des signes positifs de croissance économique. Malgré la menace de retombées de la "Marche du retour" palestinienne à la frontière de Gaza, qui a lieu presque tous les vendredis depuis un an, plus de 50 familles se sont réinstallées aux abords de Gaza et 20 dans la seule communauté frontalière de Kerem Shalom, au cours de cette même période.

Un nouveau maire a été élu à Sha'ar Hanegev, Ofir Libstein. Il oeuvre à stimuler la croissance économique dans la région. Plusieurs centaines de nouveaux lotissements sont en cours de construction à Sderot et dans les communautés environnantes, et de nouvelles entreprises ont vu le jour pour diversifier l'industrie locale.

De toute évidence, les communautés situées à proximité de Gaza voient les fruits de l'attention qu'elles portent au développement économique.

Mais alors qu'elles ont passé l'année écoulée à aller de l'avant, lorsque la tension montait - comme les communautés l'ont constaté lors de la dernière vague de roquettes palestiniennes en mars - les entreprises de la région ont souvent plongé dans le désarroi. Les roquettes posent divers défis à la poursuite de la croissance économique, en particulier pour les industries du transport maritime et de la fabrication qui sont courantes dans le Sud.

"Les problèmes de sécurité et les alertes rouges ont un impact négatif sur le développement économique régional", a déclaré Ofer Maimon, PDG d'Eshkol Regional Enterprises Company et directeur du parc industriel Avshalom. Il a déclaré à JNS : "Il y a un problème de transport quand il y a des alertes rouges ; les réunions sont annulées parce que personne ne veut prendre la route".

Le président du FNJ Russell Robinson, le chef du FNJ pour Israël, Eric Michaelson, le maire du conseil régional d'Eshkol, Gadi Yarkoni, et le membre du conseil national du FNJ, Ron Werner, posent les fondations du nouveau centre communautaire Halutza. Crédit: FNJ

Le président du FNJ Russell Robinson, le chef du FNJ pour Israël, Eric Michaelson, le maire du conseil régional d'Eshkol, Gadi Yarkoni, et le membre du conseil national du FNJ, Ron Werner, posent les fondations du nouveau centre communautaire Halutza. Crédit: FNJ

Malgré cela, Maimon a été témoin de la croissance des communautés et des entreprises de la région, ainsi que de la coopération commerciale avec ces entreprises, "non seulement comme un acte de charité, mais comme une bonne décision commerciale".

Faire fleurir le désert

De même, selon Itzhak Oppenheim, expatrié américain et propriétaire d'une usine d'appareils médicaux dans l'enveloppe extérieure de Gaza, la croissance économique dans la région augmente de 5 à 7 % par an, soit le double du taux de croissance du reste du pays (environ 3 %).

Il a décrit la région d'il y a cinq ou six ans comme "l'équivalent américain du Wyoming, avec beaucoup de sable, de poussière et un peu d'agriculture, mais pas beaucoup plus que cela ".

Oppenheim a confié à JNS qu'au cours de la dernière année, des startups se sont installées dans la région, notamment une société de technologie alimentaire, une brasserie et un centre de recherche et développement sur les appareils médicaux.

"J'ai vu un afflux considérable d'employés s'installer ici à la recherche d'opportunités économiques, pour poursuivre la vision sioniste et rechercher une qualité de vie meilleure qu'à Tel Aviv ", a-t-il affirmé, soulignant qu'il existe une forte demande pour vivre dans la région d'Eshkol, avec une liste d'attente pour beaucoup des moshavim et kibbutzim.

Mr Oppenheim a déménagé de Jérusalem à B'nei Nitzarim, une communauté située à moins de 15 kilomètres au sud de Gaza, en raison de la meilleure qualité de vie et pour réaliser sa "vision sioniste" de "faire fleurir le désert en vivant là où personne n'a vécu", a-t-il dit, rappelant son "allée de sable" quand il est entré.

"Et maintenant, nous avons le meilleur parc d'Israël ", a-t-il dit, faisant référence au parc national de HaBsor - un point vert et une source d'attraction pour les touristes dans le nord du Néguev, planté par le Fonds national juif, l'Autorité israélienne pour la nature et les parcs et le Conseil régional.

Malgré tout, Mr Oppenheim a reconnu qu'il y a de nombreux défis à vivre et à posséder des entreprises dans la région.

"Les cerfs-volants, les émeutes et les fusées nous agacent", a-t-il dit. "Si je n'ai pas dormi depuis deux jours parce que ma maison tremble, je peux me présenter au travail, mais je ne serai pas très productif, explique-t-il. Avec le traumatisme causé par les roquettes, poursuit-il, parfois les enfants de ses employés ne se sentent pas bien, et au lieu de les envoyer à l'école, les parents les emmènent avec eux au travail.

"Cela a également un impact économique sur la productivité d'une entreprise, a-t-il dit. Cependant, j'essaie de comprendre les difficultés de mes employés et de les laisser travailler selon des horaires flexibles.

Pour améliorer la qualité de vie en période de crise, M. Oppenheim a également mentionné les contributions du gouvernement et d'organisations comme le JNF qui favorisent la croissance et l'emploi dans la région.

"Je passe beaucoup de temps sur la route, et à chaque arrêt de bus, il y a un abri anti-bombes ", dit-il. "Quand je vois quelqu'un payé pour peindre les abris anti-bombes, je vois non seulement que mes employés seront plus à l'aise et en sécurité sur les routes, mais je vois aussi des opportunités et une croissance régionales.

Construire la périphérie

Yedidya Haroush, agent de liaison du JNF pour le développement communautaire du Néguev, a observé une croissance économique régionale, des défis et des motivations similaires après son installation dans la communauté de Halutza, dans le Néguev. Selon lui, sa communauté - composée en grande partie de familles relocalisées du Gush Katif, s'est agrandie depuis fin 2009, grâce à un partenariat avec le JNF. Avec la vision "d'aider les gens et de créer des emplois", les projets ont "permis de construire un centre médical de pointe, des écoles, des synagogues, des jardins d'enfants, un centre communautaire, un centre musical et artistique et un incubateur agricole".

Vivant sur un triangle frontalier avec l'Égypte et Gaza, Haroush dit que les communautés voisines ont été fondées et construites "tout en sachant que les menaces existent".

Tout comme Maimon et Oppenheim, Haroush soutient que la violence à la frontière "menace les entreprises et nuit à l'économie en raison de la baisse de la production, car les camions de livraison ne se risquent pas sur les routes qui sont exposées à des tirs de roquettes ".

Lorsque cela se produit, a dit M. Haroush à JNS, les habitants de la région se rassemblent en communauté, recueillent des fonds entre amis, contractent des prêts et cherchent à obtenir une compensation gouvernementale lorsque les entreprises sont touchées. En tant qu'agent de liaison régional, il encourage les communautés voisines à poursuivre leur vision d'être "les pionniers du 21ème siècle, construisant la périphérie pour faire quelque chose de significatif pour le pays", ainsi que l'objectif pratique de construire le Néguev "pour la prochaine génération qui ne pourra pas se permettre de vivre dans le centre d'Israël ".

Il encourage également les entreprises et les kibboutzim de la région à travailler ensemble pour diversifier l'économie, de sorte que toute la région ne soit pas trop affectée si un marché était confronté à des défis.

Selon Haroush, cet état d'esprit et cette résilience à l'adversité par le renforcement de la communauté peuvent servir de modèle à d'autres communautés périphériques en Israël et ailleurs. "Une fois que vous comprenez cela, dit-il, vous êtes capable d'accomplir de grandes choses".

Source : jns.org

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi