Course poursuite en Israël: un mari récalcitrant enfin capturé

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Course poursuite en Israël: un mari récalcitrant enfin capturé

Un « messarev gett » (homme refusant le divorce religieux à son épouse) qui dirige un cartel international de drogue a été capturé en Israël par le département des Agunot des tribunaux rabbiniques après une chasse à l'homme dramatique.

La nuit dernière, peu de temps avant le coucher du soleil, il a finalement accordé le divorce à sa femme, qui vit aux États-Unis, par le biais du chef de la Cour rabbinique à Tel Aviv, le rabbin Shlomo Stasman.

Une femme qui est incapable d'obtenir le gett est connue sous le nom de "mesorevet get", femme à qui son mari refuse à le divorce. Selon la loi juive, elle ne peut pas se remarier.

Le mot agunah, femme enchaînée, est souvent utilisé de manière incorrecte, car, du point de vue de la loi juive, il se réfère à une femme dont le lieu d'origine du mari est inconnu, comme un soldat disparu. Beaucoup d'efforts sont entrepris par les tribunaux rabbiniques pour trouver des moyens de permettre aux agunot de se remarier. Lorsque le ministre actuel de la Défense, Eli ben Dahan, était administrateur des tribunaux rabbiniques, il a envoyé des équipes hors du pays pour chercher des maris qui avaient disparu sans accorder de divorce. Il a ainsi réussi à réduire leur nombre de façon significative.

N. vit aux États-Unis, agunah depuis près de sept ans. Ses tentatives pour obtenir le gett par le biais des tribunaux rabbiniques à l'étranger n'ont pas abouti, même si elle a investi beaucoup d'argent et a embauché des avocats de premier ordre. G., son mari, aurait commencé à "paître dans des champs étrangers" et à s'engager dans de sombres affaires criminelles.

Un gett, acte de divorce religieux

Un gett, acte de divorce religieux

Lorsque N. a appris que son mari était en visite en Israël, son avocat a ouvert un dossier de divorce auprès du tribunal rabbinique de Tel-Aviv.  Le rabbin a assigné la tâche de localiser le mari au département des Agunot dirigé par Rabbi Eliyahu Maimon, et le dossier a été transmis à l'un des enquêteurs privés.

Dans les premiers stades de l'enquête, il a été révélé que l'homme, lui même narco-dépendant, dirige un cartel international de drogue qui importe et vend partout dans le monde. Une recherche a conduit à des dizaines de noms de consommateurs et de trafiquants avec lesquels il est en contact régulier.

Le rabbin Maimon et le Département Agunot ont commencé à opérer de diverses façons pour localiser le mari insaisissable, par l'utilisation de moyens électroniques, la collecte de renseignements et l'arrestation de deux personnes soupçonnées d'aider le mari.  

Ces deux hommes, impliqués dans les activités du mari ont fourni des informations au département d'Agunot et aidé à localiser le fuyard.

Après une longue série d'embuscades et autres manœuvres, le mari a finalement été arrêté au matin.

Au prix de gros efforts, Rabbi Stasman a amené les parties à des accords, et après d'innombrables crises, l’affaire a été réglée. Quelques minutes avant le coucher du soleil, le divorce a été prononcé par l’intermédiaire du directeur adjoint du département des Agunot, le rabbin Asher Ehrentroy, puisque la femme était à l'étranger.

Le mari a quitté Israël peu de temps après l'obtention du divorce.

Rabbi Shimon Yaakobi, directeur des tribunaux rabbiniques, a salué cette réussite du département d'Agunot et a déclaré: «Je demande aux maris récalcitrants de se livrer et de libérer non seulement leur conjoint, mais aussi eux-mêmes. Je tiens à remercier la police israélienne pour sa coopération ".

Source : Arutz 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi