Une communauté juive se forme en Côte d'Ivoire

Actualités, Alyah Story, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une communauté juive se forme en Côte d'Ivoire

Avraham Yago, mari et père de cinq enfants travaille comme professeur de linguistique à l'Université d'Abidjan en Côte d'Ivoire. Il a visité Israël quatre fois pour apprendre le judaïsme et pratiquer l'hébreu.

Avraham, 64 ans, a grandi sans aucune appartenance religieuse. Lorsqu'il était adolescent, cependant, il a entrepris un voyage religieux qui l'a conduit, par le biais du christianisme ainsi que des études au Centre de la Kabbale à Abidjan, au judaïsme.

"Pour moi, la Torah est la vérité", a-t-il déclaré depuis Abidjan, la plus grande ville du pays.

Le mois dernier, après plus de 20 ans d'étude du judaïsme, Avraham Yago s'est converti au judaïsme avec 47 autres personnes, dont la plupart sont membres de la communauté qu'il dirige.

Rassemblés à Jacqueville, une ville côtière du pays connu en français sous le nom de Côte d'Ivoire, les membres de la communauté ont répondu aux questions devant un tribunal rabbinique, ou beit din, dont les rabbins sont venus d'Israël et des Etats-Unis. Pour l'immersion requise des convertis, ils ont utilisé un lagon.

Les conversions ont été facilitées par Kulanu, un groupe basé à New York qui soutient les communautés du monde entier qui cherchent à apprendre le judaïsme. Kulanu, qui est en contact avec la communauté depuis 2012, avait apporté un rouleau de la Torah, des livres de prières et d'autres objets rituels lors d'une visite précédente en 2014.

Après les conversions, les rabbins ont célébré des mariages juifs pour six couples dans ce que Kulanu croit être une première dans le pays.

"C'est l'établissement de la première communauté juive en Côte d'Ivoire, et c'était le premier mariage juif", a déclaré la vice-présidente du groupe, Bonita Nathan Sussman.

Les convertis appartiennent à deux communautés à Abidjan, a déclaré Mme Sussman. La plus grande, dirigée par Avraham Yago, compte 42 membres, comprenant cinq familles ainsi que des célibataires. Six autres personnes s'identifient comme un groupe distinct.

Comme la plupart des membres de sa communauté, Avraham pense qu'il a des racines juives.

Ce n'est pas unique dans les communautés avec lesquelles Kulanu travaille. L'année dernière, le groupe a envoyé des rabbins au Nicaragua pour convertir 114 personnes, et en 2016, il a aidé 121 personnes à devenir juives à Madagascar. Les deux communautés croient également avoir un héritage juif, la communauté de Madagascar pensant être membre d'une tribu perdue.

"La communauté de Côte d'Ivoire est relativement riche, ce qui leur permet d'acheter des objets et des livres rituels juifs", a déclaré Nathan Devir, professeur assistant à l'Université de l'Utah, qui étudie les communautés juives émergentes.

"C’est une communauté très privilégiée, beaucoup plus que toute autre communauté africaine ne pourrait jamais rêver l'être", a déclaré Devir, qui a visité la communauté ivoirienne en 2015.

La communauté compte parmi ses membres des médecins, des dentistes, des professeurs d'université et des diplomates.

Cette mère et son jeune fils à Jacqueville font partie d'un groupe de personnes qui s'est récemment converti au judaïsme en Côte d'Ivoire, le 8 décembre 2017. (Bonita Sussman)

Cette mère et son jeune fils de Jacqueville font partie d'un groupe de personnes qui s'est récemment converti au judaïsme en Côte d'Ivoire, le 8 décembre 2017. (Bonita Sussman)

Les membres suivent les coutumes orthodoxes séfarades et observent un régime pescatarian puisqu'ils n'ont pas accès à la viande cachère, selon Bonita Sussman.

"Ils s'habillent très modestement. Ils sont très investis dans les lois de niddah et de mikveh ", a-t-elle dit.

Les services de Shabbat ont lieu dans la maison de Yago, mais il a dit que la communauté espère construire une synagogue et un mikveh.

Selon Marla Brettschneider, professeure de sciences politiques et d'études féminines à l'Université du New Hampshire, qui a rejoint Kulanu le mois dernier, les convictions de la communauté sont centrées sur l'idée d'une relation personnelle avec Dieu.

Cependant, les conversions au judaïsme dans le monde en développement ne sont pas sans controverse.

Devir a déclaré que si la communauté de Côte d'Ivoire est susceptible d'être acceptée comme juive par les Juifs aux Etats-Unis, y compris les non-orthodoxes et les orthodoxes modernes, elle rencontrerait plus de difficultés parmi les Juifs orthodoxes, ainsi qu’en Israël.

"Les membres de la communauté ne veulent pas aller en Israël", a déclaré  avraham Yago. Pourtant, la reconnaissance d'Israël est nécessaire si les membres veulent recevoir des visas pour y étudier dans des yeshivas. Les membres de la communauté juive de l'Ouganda, qui se sont convertis sous les auspices du mouvement conservateur, ont eu du mal à obtenir certains visas et allocations que les Juifs peuvent demander pour étudier et vivre dans l'Etat juif, a rapporté Haaretz en octobre.

Les soupçons sur la validité des conversions, comme celles qui ont été faites en Côte d'Ivoire, découlent de diverses préoccupations, a déclaré M. Devir. Certains sceptiques craignent également que les convertis adhèrent encore aux croyances chrétiennes, a déclaré Devir.

Bonita Sussman a dit que la communauté juive américaine a l'habitude de voir des personnes nés juives perdre l'intérêt pour la foi, et non l'inverse.

"En Amérique du Sud et en Afrique, nous trouvons des groupes qui aspirent à courir pour franchir les portes de la synagogue, et personne ne les laisse entrer", a-t-elle déclaré. "C’est un énorme problème. C'est un défi inhabituel pour la communauté juive mondiale".

Sussman a déclaré que les trois rabbins du beit din - Leonard Book, Shmuel Mayteles et Andy Eichenholz - avaient des références orthodoxes.

Bonita Sussman voit derrière les conversions une plus grande signification. Elle a dit qu'elle voyait son travail comme un moyen de «reconstruire le peuple juif» à la suite de l'Holocauste et de la persécution des Juifs dans les pays arabes.

Pendant ce temps, devenir Juif a permis à Avraham Yago de réaliser un vœu de longue date.

"Pour moi personnellement, c'était une prise de conscience graduelle que le judaïsme avait un Dieu que je poursuivais depuis longtemps", a-t-il dit. "Aujourd'hui, maintenant que je suis juif, je suis satisfait."

Source : jta.org

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi