La corruption grignote la société israélienne

Actualités, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
La corruption grignote la société israélienne

Le phénomène des intermédiaires est devenu un fléau. Après avoir montré comment les particuliers peuvent raccourcir leur place dans les files d'attente moyennant finances, il s'avère que, avec beaucoup d'argent, vous pouvez obtenir rapidement tous les permis pour monter une nouvelle entreprise

Quiconque a fait l'expérience de la construction en Israël, ouvert une petite entreprise ou même fait face à une taxe d'habitation exorbitante - sait que cela peut prendre beaucoup de temps, entraîner des dépenses lourdes et superflues et parfois contraindre à l’abandon. En raison de la difficulté bureaucratique d'obtenir les approbations nécessaires, une industrie florissante d'entreprises privées a émergé. Elles offrent de se poser en médiateurs et de simplifier le processus moyennant des frais.

Le citoyen israélien cherche juste à faire valoir ses droits

Le citoyen israélien cherche juste à faire valoir ses droits

Au cours de la dernière année, de nombreux propriétaires d'entreprises de Bat Yam ont reçu des taxes d'habitation importantes. La méthode fonctionne comme ceci: Un enquêteur de la mairie vient en visite et s’il détermine que l'entreprise se développe - les propriétaires d'entreprises sont tenus de payer des centaines de milliers de shekels rétroactivement, sauf s'ils font appel et réussissent à prouver le contraire. De nombreux propriétaires d'entreprise à Bat Yam disent qu'après l'arrivée de l'évaluation des taxes municipales, ils ont été soudainement contactés par de nombreuses entreprises privées qui leur ont proposé d'arranger les paiements avec la mairie moyennant 30%.

Même lorsque nous avons essayé de comprendre la procédure à suivre pour créer une entreprise en Israël ou émettre une licence pour un événement, nous avons été immédiatement référés aux sociétés privées. Parfois, une telle société a une «spécialisation» dans une municipalité particulière.

Alors ceux que l'on appelle les "machers" (dans la culture israélienne, un macher est un homme d'influence qui offre ses services en tant qu'intermédiaire pour réaliser des raccourcis dans un système bureaucratique compliqué, pour coordonner des réunions avec des personnes dont la porte n'est pas toujours ouverte au public et parfois même pour obtenir des bénéfices illégaux) remplacent aujourd’hui les entreprises qui aident le petit citoyen? Apparemment, la réponse à la question réside dans ce système compliqué qui ne nous permet pas de recevoir un traitement juste et rapide et nous oblige à payer pour bénéficier de ce que nous méritons.

Source : mako.co.il

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi