Coronavirus/Israël: le plasma, le vaccin passif utilisé avec succès sur un patient de 29 ans

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Un patient infecté par la COVID-19 âgé de 29 ans a été traité avec le nouveau «vaccin passif» en Israël

L'hôpital dit que le jeune homme est dans un état grave mais stable
Un patient Haredi (ultra-orthodoxe) infecté du coronavirus âgé de 29 ans est traité au Samson Assuta Ashdod University Hospital est passé d'un état grave à un état grave mais stable, après avoir reçu plusieurs doses de plasma au cours du week-end d'un donneur qui s'est rétabli du coronavirus , a déclaré un porte-parole de l'hôpital au Jerusalem Post .

Vendredi, «avec l'aide du ministre de la Santé Ya'acov Litzman et de son assistant, un donateur approprié, un résident de Jérusalem, a été trouvé», a expliqué le directeur général du MDA, Eli Bin.

MDA l'a amené en ambulance à son centre de transfusion sanguine avant le Shabbat. Une équipe spéciale l'attendait et a transféré les unités de plasma aux laboratoires pour effectuer tous les tests requis et les préparer pour la transfusion.

Ensuite, avec l'approbation du ministère de la Santé, les unités de sang ont été livrées à Assuta et transfusées au patient.

L'homme est l'un des plus jeunes patients sévères du pays. Il souffre de plusieurs problèmes de santé sous-jacents et a été hospitalisé à Assuta pendant environ une semaine et demie.

 

Le premier patient qui s'est rétabli du coronavirus a fait un don de plasma le 1er avril, selon le directeur général adjoint des services du sang du MDA, le professeur Eilat Shinar. Depuis lors, quelque six autres patients ont fait des dons et, au cours des deux derniers jours, des unités de plasma ont été fournies à trois hôpitaux différents.

Un homme de 60 ans soigné au centre médical Yitzhak Shamir à Beer Ya'acov a également récemment reçu du plasma et sa situation s'est également légèrement améliorée

Shinar a expliqué que le plasma est utilisé pour créer un «vaccin passif», en supposant que ceux qui se sont rétablis de COVID-19 ont développé des protéines ou des anticorps antivirus spéciaux dans leur plasma, ce qui pourrait donc aider les patients malades à faire face à la maladie. .

L'immunisation passive consiste à recevoir ces anticorps préformés. Un vaccin actif, en revanche, c'est quand on vous injecte une version morte ou affaiblie d'un virus qui incite votre système immunitaire à penser que vous avez eu la maladie, et votre système immunitaire crée des anticorps pour vous protéger.

Actuellement, MDA est dans la première phase de création de ce vaccin, par lequel le plasma est congelé puis livré aux hôpitaux à travers le pays afin  que les patients soient traités par transfusion, a déclaré Shinar.

Dans la deuxième phase, l'objectif est de collecter suffisamment de plasma pour préparer le concentré d'anticorps (immunoglobuline) avec lequel les patients seront traités plus tard.

MDA recueille du plasma depuis plus de 30 ans; des milliers de bénévoles donnent chaque jour. Du plasma contenant des anticorps a été utilisé pour traiter les patients atteints du SRAS lors de l'épidémie de 2002. En outre, Israël a proposé un traitement similaire aux patients atteints de fièvre du Nil occidental.

Avant de pouvoir donner du plasma, un patient doit attendre 14 jours à partir du moment où il a été confirmé négatif pour le coronavirus via deux tests sur écouvillon séparés.

Le mois dernier, a déclaré Shinar, la FDA a approuvé un protocole similaire aux États-Unis.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi