Coronavirus/Israël :l'Autorité Palestinienne ferme des usines de fabrication de faux masques

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

L'Autorité palestinienne a fermé plusieurs usines et commerces dont les propriétaires ont été surpris en train de fabriquer des masques faciaux non autorisés et des désinfectants pour les mains qui étaient vendus pour empêcher la propagation du coronavirus.

Plus de 40 suspects ont été arrêtés sur des accusations de fraude, et la fabrication de produits sans licence, a déclaré un responsable du ministère de l' Economie nationale PA.

La répression est intervenue en réponse aux plaintes de nombreux Palestiniens selon lesquelles les produits n'étaient pas conformes aux normes ni aux réglementations du ministère de la Santé et du ministère de l'économie nationale de l'Autorité palestinienne, a déclaré le responsable.

Les produits sans licence étaient vendus à des prix élevés à des milliers de consommateurs palestiniens anxieux dans différentes parties de la Judée Samarie

"La plupart des produits portaient de fausses étiquettes indiquant qu'ils avaient été approuvés par le ministère de la Santé", a déclaré Mohammed Nabil, un pharmacien d'Hébron. «Nous ne savions pas que les masques faciaux et les désinfectants pour les mains étaient faux jusqu'à ce que les responsables de la santé et les policiers fassent une descente dans notre pharmacie et confisquent les bouteilles de gel et les masques

Ashraf Abu Khalaf, un responsable du ministère de la Santé de l'Autorité palestinienne, a averti que certains hommes d'affaires exploitaient la panique causée par le virus pour faire des profits illégaux. "Nous n'hésiterons pas à prendre des mesures strictes contre ceux qui sont derrière ce phénomène inquiétant", a-t-il déclaré.

Dimanche, des agents de sécurité palestiniens et des représentants du ministère de l'économie nationale de l'Autorité palestinienne ont fermé deux usines de couture à Naplouse et dans la ville voisine de Salfit après avoir découvert qu'ils fabriquaient des masques faciaux non autorisés. Ils ont également confisqué et détruit des milliers de masques sans licence et de bouteilles de désinfectant pour les mains dans des dizaines de magasins et pharmacies de la région de Naplouse.

À Hébron, cinq usines de couture ont été fermées ces derniers jours après pour avoir produit des masques faciaux non autorisés destinés à empêcher la propagation du virus.

À Jénine, l'Autorité palestinienne a fermé un magasin de rideaux dont les propriétaires ont également été surpris à produire des masques faciaux non autorisés.

Maher al-Qaisi, un haut fonctionnaire du ministère de l'économie nationale de l'Autorité palestinienne, a déclaré que les masques saisis dans les usines ne remplissaient pas les conditions requises pour obtenir une licence de fabrication.

Pourtant, il y a quelques semaines seulement , considérés comme des héros nationaux , rappelons le fait repris par les médias de Amjad Zaghir :
Deux jours après l’apparition du coronavirus à Bethléem, Amjad Zaghir, propriétaire d’une fabrique de chaussures de la ville palestinienne d’Hébron, s’est rendu compte que la Judée Samarie, allait bientôt manquer de masques. Moins de trois semaines plus tard, il est désormais le seul fabricant de masques.

L’usine de Zaghir, qu’il a créée du jour au lendemain, produit maintenant des milliers de masques par jour et a fait de lui un héros national pour avoir aidé les Palestiniens à se protéger contre le virus.

Zaghir s’est mis au travail dès que la nouvelle des premiers cas diagnostiqués de COVID-19 à Bethléem a éclaté. Il a acheté un masque et a commencé à l’étudier, en l’inclinant de gauche à droite.

L’usine est devenue la première et la seule entreprise du genre en Palestine, fabriquant entre 7 000 et 9 000 masques par jour.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi