Coronavirus : l'Autorité Palestinienne au bord de la ruine et Israël devra s'en occuper

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'Autorité Palestinienne au bord de l'effondrement coronaviru

Le coronavirus poussent les Palestiniens au bord de la ruine économique et de l'anarchie

De plus en plus de cas d'infection sont enregistrés quotidiennement dans l'Autorité palestinienne et à Gaza, ce n'est qu'une question de jours avant qu'une épidémie générale ne se produise, et quand ce sera le cas, ce sera Israël qui sera forcé de ramasser les morceaux.

La croissance économique, la hausse des salaires et le faible chômage dont nous avons bénéficié au cours de la dernière décennie - avant l'épidémie de coronavirus - ont également eu un impact positif sur l'économie de l'Autorité palestinienne.

Des centaines de milliers de Palestiniens gagnaient leur vie en travaillant à l'intérieur de la Ligne verte, des zones industrielles animées des zones de la ligne de jonction en Judée-Samarie.

Un autre facteur positif sur l'économie de l'AP a été la stabilité relative de l'AP, qui a survécu au printemps arabe - contrairement aux régimes solides et stables du monde arabe qui se sont effondrés du jour au lendemain, inaugurant une période de chaos, d'anarchie et de crises économiques qui continuent aujourd'hui alors que le monde fait face à la crise des coronavirus et à ses ramifications.

La situation économique relativement bonne en Judée-Samarie a également permis au Palestinien moyen d’améliorer sa qualité de vie grâce à de généreux cadres de crédit. Celles-ci ont été accordées par les banques de judée-samarie, en plus des ensembles de prêts proposés par les sociétés de financement et de cartes de crédit qui ont commencé à opérer au sein de l'Autorité palestinienne ces dernières années.

À l'instar de la majorité des ménages moyens en Israël, les ménages palestiniens se sont habitués à vivre avec une dette bancaire mensuelle,  un découvert à des taux d'intérêt bas dans l'hypothèse que la prospérité économique, les salaires plus élevés et le faible chômage ne disparaîtraient pas d'un coup.

Et puis est venue la pandémie de coronavirus avec des directives de quarantaine et des restrictions à la liberté de circulation, fermant complètement et minimisant gravement l'activité économique et les marchés de l'Autorité palestinienne, dont l'économie et le système financier dépendent fortement de l'économie israélienne et de la situation du marché.

En quelques jours, des centaines de milliers de Palestiniens employés en Israël, en Judée-Samarie et dans les zones industrielles, ont perdu leur emploi et ne sont pas éligibles aux allocations de chômage qui peuvent leur assurer un moyen d'existence de base - contrairement à Les Israéliens qui sont en congé sans solde ou ont été licenciés et sont éligibles aux allocations chômage de la sécurité sociale.

Selon un haut responsable de l'Autorité palestinienne, l'économie de l'Autorité palestinienne est presque entièrement incapable de supporter une telle crise. Sans revenu de base ni perspectives économiques, les Palestiniens indépendants et la majorité des ménages de l'AP semblent plus près que jamais de s'effondrer.

Un tel effondrement se produira en l'espace de quelques jours, prédisent les hauts responsables concernés de l'Autorité palestinienne, qui croient que l'anarchie et le chaos vont éclater. Non seulement dans les zones de l'Autorité palestinienne, mais encore plus radicalement dans la bande de Gaza encombrée - où le système de santé est pratiquement inexistant en temps normal, sans parler de l'urgence actuelle.

Pendant ce temps, les hauts responsables de la sécurité de l'Autorité palestinienne pensent que la dévastation des systèmes de santé et économiques dans l'Autorité palestinienne et à Gaza augmente les risques d'incidents de sécurité et le scénario extrême selon lequel des centaines de milliers de Palestiniens des zones de l'Autorité palestinienne et de Gaza chercheront à s'échapper en Israël dans une tentative pour sauver leur vie et leurs proches.

Les responsables de l'Autorité palestinienne soutiennent que pour l'instant, une coopération et une coordination étroites avec les autorités financières, médicales et de sécurité compétentes en Israël aident l'Autorité palestinienne à faire face à la crise des coronavirus. Il y a quelques jours à peine, Israël a transféré à l'Autorité palestinienne plus de 150 millions de shekels (40 millions de dollars) de taxes perçues en son nom mais retenues à la source.

Cependant, même de hauts responsables de l'AP disent que le résultat est inévitable. La question, dans leur esprit, n'est pas «si les systèmes de santé et économiques s'effondreront mais quand».

Compte tenu du fait que de plus en plus de cas d'infection sont enregistrés quotidiennement dans l'Autorité palestinienne et à Gaza, ce n'est qu'une question de jours avant qu'une épidémie généralisée ne se produise, et quand ce sera le cas, ce sera Israël qui sera obligé de s'en occuper. .

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi