Coronavirus en Israël: Jérusalem une catastrophe qui ne peut être maîtrisée

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

 Jérusalem: une catastrophe qui ne peut être maîtrisée

Le manque de sensibilisation dans certaines parties du secteur ultra-orthodoxe et le manque d'informations dans le secteur arabe dans la capitale d'Israël, Jérusalem, sont des choses qui devraient tous nous inquiéter.

Selon les données du ministère de la Santé, il y a 352 patients à Jérusalem. C'est le nombre le plus élevé de patients en Israël parmi les autres villes, mais ce nombre ne reflète pas la réalité sur le terrain.

Selon les autorités médicales  il y a beaucoup plus de personnes infectées dans la capitale d'Israël, Jérusalem.Ce sont les informations sont issues des gestionnaires de fonds des caisses des maladies maladie de la ville. Ces sombres hypothèses sont principalement dues à la crainte d'une flambée des deux parties   les Haredi (ultra-orthodoxes et les Arabes.)

En ce qui concerne les ultra-orthodoxes, le ministère de la Santé craint qu'il n'y ait une épidémie non déclarée de virus Corona dans les quartiers de  Mea She'arim et Géoula des quartiers qui jusqu'à récemment ne respectaient pas les restrictions imposées par le ministère de la Santé. La raison: le manque de tests et, peut-être le plus important, l'incapacité des résidents à signaler aux personnes souffrant des symptômes de la maladie.

Les directives du ministère de la Santé dans ces deux quartiers sont très difficiles à appliquer pour plusieurs raisons. Premièrement, ce sont des quartiers très surpeuplés où vivent de grandes familles.

Deuxièmement, le non respect des directives gouvernementales, en particulier sur les questions de santé dans ces quartiers, ont déjà fait des victimes.

En effet, avant la crise du coronavirus,  il y a quelques mois, de nouvelles enquêtes ont été ouvertes suite à des décès de bébés ultra-orthodoxes dont les parents refusaient de les vacciner.

En même temps, dire que "les ultra-orthodoxes n'obéissent pas aux instructions" est discriminatoire et ce n'est pas vrai non plus. Ce sont deux quartiers où résident des extrémistes, comme la faction de Jérusalem, les natifs Karaïtes, ou les  Netoure karta des groupes appelés groupes non gouvernementaux.

Vers une catastrophe aux dimensions incontrôlables

Le deuxième secteur qui pourrait être une autre flambée dans la ville est le secteur arabe.
À ce jour, 12 patients ont été diagnostiqués dans l'est de la ville. C'est un petit nombre par rapport à ce que les médecins me disent dans la ville.

La moitié des patients viennent du quartier de Beit Safafa, qui est connu pour être plus avancé que les autres quartiers arabes de la ville.

À Beit Safafa, les responsables médicaux et les résidents disent que le ministère de la Santé n'effectue pas de tests, et que les patients arrivent simplement aux caisses de santé, Bethouah Leumi de leur région alors qu'ils sont déjà infectés, et de cette manière d'autres sont infectés,  notamment les membres du personnel des caisses de santé qui les reçoivent.

On peut noter qu’ils infectent le personnel ou les envoient au moins en isolement.

Soit dit en passant, ceux qui se trouvaient dans la zone des patients du coronavirus à l'est  de Jérusalem n'ont pas reçu de messages du ministère de la Santé leur disant qu'ils devraient être isolés. Si ces données et réclamations sont vraies, nous sommes susceptibles d'assister à une catastrophe qui ne peut pas être contrôlée.,

Un autre problème qui prétend améliorer l'information sur le coronavirus et les mesures à respecter à Jérusalem est la publicité. Cependant, la publicité dans le secteur arabe de la ville est inefficace. Certes, le ministère de la Santé a mis en place un groupe sur Télégram en arabe  mais dans ce groupe, il y a moins de 5 000 abonnés. Le Home Front Command gère un compte YouTube en arabe où il distribue des vidéos sur la façon de se comporter en cas de crise. Mais, encore une fois, il n'atteint pas le public cible.

En attendant, celui qui est à la pointe des FAUSSES nouvelles sur la Coronavirus  c'est whatsapp. La plupart des arabophones de Jérusalem ne savent pas ce qu'ils doivent faire et ne connaissent même pas les nouvelles directives.

Depuis le début de l'épidémie, de nombreuses personnes m'ont contacté, suite à des informations qui leur sont parvenues des réseaux sociaux, comme le fait que l'armée va les déporter en Judée-Samarie pour désinfecter la ville. ou ce message nous ordonnant de fermer  les fenêtres pendant 48 heures car les hélicoptères de chasse disperseront le désinfectant du ciel !

Certaines parties du secteur ultra-orthodoxe ne sont pas conscientes des conséquences du virus. Dans les quartiers de Mea Shearim et de Géoula,  il y a des gens qui ne savent même pas qu'il existe un virus appelé Corona - et cela devrait nous effrayer tous.

Sans l'implication de la police, qui a commencé des contrôles ces derniers jours, la situation aurait pu être bien pire. Les magasins de Kings Street pouvaient rester ouverts et des centaines de personnes pouvaient s'y déplacer librement. Une infestation de masse pourrait s'y produire toutes les minutes.

Un autre problème qui a fait l'objet de discussions ces derniers jours est la maison de soins infirmiers pour personnes âgées où trois personnes âgées sont mortes du virus.

Les tests ont été effectués trop tard et le personnel doutait en quoi cela aiderait à contrôler l'épidémie. On s'attend à ce que le nombre d'infections augmente.

Hier, nous avons signalé que certains des travailleurs présentaient des symptômes de la maladie, mais ils continuent de travailler dans la maison de retraite.

À quoi ressemble la ville maintenant?
À l'heure actuelle, il y a respect, par rapport, aux instructions. La plupart des résidents coopèrent avec les autorités. C'est arrivé tard, mais finalement c'est arrivé.
La vie dans l'est de la ville est presque anéantie et les magasins sont fermés.

Les gens comprennent que le virus ne fait pas de différence entre la religion, la race et le sexe. À  Mea Shearim et Géoula vous pouvez également voir que la plupart des résidents suivent les directives, mais cela est principalement dû à l'application de la loi par la police.

Propositions d'optimisation: le ministère de la Santé doit contacter les administrateurs de l'hôpital et les caisses de santé de la ville orientale pour coordonner la poursuite de la guerre contre le coronavirus.

Pourquoi?

Parce qu'une grande partie d'entre eux n'ont pas l'équipement ou les connaissances nécessaires pour soigner les patients, ce qui peut faire des ravages dans les services médicaux dans la région. 

L'information dans les quartiers ultra-orthodoxes doit être améliorée. Le fait que des personnes dans ces quartiers n'utilisent pas Internet et n'ont pas de télévision ne signifie pas qu'elles ne peuvent pas être informées.

Les informations sont principalement fournies par les syndicats de secours et les MDA. C'est problématique. Un autre point important est le commerce dans la vieille ville: tout comme le gouvernement s'assure d'expliquer aux commerçants de l'ouest de la ville comment il va les aider,  il doit faire de même dans l'est de la ville.

Les commerçants de la vieille ville n'ont aucun contact avec les ministères des finances et de l'économie, ni même avec les médias.
L'économie dans leur secteur pourrait également s'effondrer - et cela affectera toute la ville. N'oubliez pas que la vieille ville est une destination touristique importante pour la ville, ainsi que pour l'État.

Pas plus tard qu'hier, deux hôpitaux de Jérusalem-Est ont annoncé qu'ils étaient prêts à absorber les patients infectés par le coronavirus. Imaginez ce qui se serait passé si ces hôpitaux avaient été prêts pour cela depuis le début de l'épidémie, comment cela aurait-il allégé la charge?

Dans l'intervalle, certains se plaignent du manque de personnel dans ces hôpitaux car une grande partie d'entre eux viennent de Judée Samarie et certains n'ont pas reçu de permis d'entrée en Israël. La municipalité de Jérusalem et le bureau du Premier ministre tentent de résoudre le problème. En espérant qu'il ne soit pas trop tard.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi