Les points du fort du colloque "La place de la femme dans les religions monothéistes"

Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Les points forts du colloque Radio-Judaica Lyon
ce colloque est diffusé ce soir à partir de 19 heures il est en quatre parties

 

Le colloque organisé par Radio Judaïca Bruxelles fut une réussite à plus d'un titre. Plusieurs points forts nous semblent mériter l'attention des auditeurs.
Janine Gedalia ouvrit le débat avec fougue. beaucoup de sagesse et de connaissances à puiser dans son exposé.
Dans son intervention de la matinée, Francine Kaufman fit quelques déclarations conernant des avancées révolutionaires de la halacha juive concernant les femmes. Le public, en revanche, fut peu ou pas convaincu par son évocation du bonheur des femmes ultra-orthodoxes.
Dans cette même matinée, une jeune femme belge convertie à l'Islam témoigna de son expérience, et de sa déception face à l'écart existant entre les textes et leur pratique en ce qui concerne la femme.
Yona Dureau exposa la dichotomie entre la présentation de la femme dans les textes mystiques juifs et les textes du statut légal de la femme.

L'après-midi vous réserve aussi quelques surprises, avec en particulier le témoignage d'une Catholique, qui tenta de nous expliquer que selon elle c'était l'Eglise qui avait permis l'avancée du statut de la femme. J'eus le regret de la contredire, en citant implicitement (je vous donne à présent les références: Beauvais et le Beauvaisie au XVIe siècle, ainsi que le Que-sais-je sur la démographie française au XVe et XVIe siècle) les études qui ont prouvé que la démographie du début du XVIe français s'effondre à la suite du massacre des sages-femmes fin XVe, brûlées comme sorcières, et qui explique la mort en couches de nombreuses femmes au début du XVIe avec leurs enfants...
Une femme-pasteur nous fit ensuite part de son expérience dans le protestantisme pour nous peindre une image idyllique, que trahit ses confidences post-colloque: son mari l'avait abandonné lors de la naissance de son huitième enfant. ceci n'aurait pas constitué une contradiction si elle n'avait prétendu parler de son EXPERIENCE personelle.
Janine Gedalia et Francine Kaufman reprirent le débat, clos par un autre temps fort, le discours de Jacob Mahiri sur l'être de la femme dans l'Islam, que je ne commenterai pas mais que je vous conseille d'écouter...

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi