Le financement de la paix au proche Orient, et le détournement des bonnes intentions.

Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

 Le financement de la paix au proche Orient, et le détournement des bonnes intentions

Tout le monde sait que l'Union européene a pris la décision de soutenir le processus de paix au Moyen Orient. Rares sont ceux qui connaissent les modalités de l'application de cette décision.

Il faut suivre l'information régulièrement pour recevoir par bribes des détails de cette application. C'est ainsi qu'on apprend d'un discours présidentiel français que la France paye les fraîs de la télévision palestinienne. C'est en enquêtant en Israêl, qu'on découvre que la Hollande finance une part de l'éducation palestinienne.

Or ces deux pays ne savent visiblement pas la façon dont leurs fonds sont gérés, et dans quelles mesures cette aide est utilisée ou non à bon escient. C'est à croire qu'aucun suivi n'a été mis en place avec cette aide, aucun contrôle établi pour s'assurer qu'une aide pour la paix aille effectivement dans le sens de la paix.

En ce qui concerne la France et son aide particulière vis-à-vis d'un média essentiel dans une partie du monde où l'analphabétisme a fait de la télévision l'équivalent moderne du chef ou de l'ancien du village énonçant la vérité, il nous est apparu vital de rappeller ici des éléments connus des Israêliens mais pas encore assez des Européens.

La télévision palestinienne, que l'on peut capter dans de nombreuses parties d'Israël diffuse des programmes anti-juifs, anti-israëliens, et révisionistes de l'histoire ancienne, dont le but avoué est de nier tout droit et toute légitimité à la présence des Juifs au Moyen Orient. Ces programmes se font au vu et au su du Vatican, présent au Moyen Orient par l'intermédiaire de ses représentants pontificaux, mais aussi au nez et à la barbe de tous les pays européens présents par leur ambassade en Israël.

On y apprend, par exemple, que les fouilles diverses ayant eu lieu dans tout le pays, n'ont abouti à trouver aucune preuve d'une présence ancienne juive. Le Mont du Temple de Jérusalem n'a jamais été le mont du Temple, de sorte que les Juifs n'ont rien à faire à Jérusalem. Les Hébreux n'ont pas vécu en Judée ou en Samarie, ni même en Israël, mais au Yemen, d'où le nom de la tribu de Binyamin, selon un éminent professeur palestinien, qui signifierait, fils du Yemen. Et puis d'ailleurs, les Hébreux n'étaient pas juifs, ils étaient une tribu arabe parmi tant d'autres, ce qui montre bien que les Juifs n'ont rien à faire en Israël. Une autre émission dirigée par un éminent historien palestinien nous apprend que le personnage appellé Abraham dans la Bible n'aurait rien à voir avec son homologue du Coran. Quant au fait qu'Abraham achète une tombe pour Sarah à Hébron aux fils de Hor, il faut comprendre que c'est là la preuve historique que Hébro n'appartient pas aux Juifs, mais à ces ancêtres des Palestiniens.

On ne mentionne pas, bien sûr, l'hypothèse historique faite pas des historiens occidentaux que les Palestiniens seraient eux-mêmes des "Philistins" (Plishtim) d'origine, installés sur les côtes, et ayant profité de l'invasion romaine et de la déportation des Juifs pour s'installer dans le pays. On est en pur pan-arabisme primitif, à l'état brut, sans une pincée d'auto-critique.

Une autre émission exalte comme "marthyrs" les auteurs d'attentats contre les autobus ou les écoles israëliennes, et propose sous forme de Quizz avec des prix alléchants en monnaie trébuchante une vérification de l'apprentissage systématique des informations par les enfants. Enfin, les bulletins d'information se font fort de montrer les camps d'été des enfants où le maniement des armes et les exercices militaires sont enseignés depuis longtemps et n'ont plus de secret pour ces enfants dont la plupart n'ont pas encore dix ans...

Tout cela serait normal si nous étions en période de guerre, et si la télévision palestinienne était financée par l'autorité palestinienne. Libre alors à chacun de dire ce qu'il souhaite. Le problème commence dans un contexte où l'autorité palestinienne s'est engagée par les traités du processus de paix, et de façon répétée (à Oslo, Madrid, Hébron, Wye), à condamner et empêcher toute incitation à la violence, à la guerre, et à la haine de l'autre parti, c'est-à-dire des Juifs et des Palestiniens. Le problème se complique si l'on conidère que la France finance cette télévision dans la perspective du processus de paix, et non dans un processus de guerre, et qu'elle n'exige pas un changement de cette propagande de haine.

Le problème s'amplifie si l'on considère le comportement ambigü d'hommes politiques israëliens de tout bord, qui ferment les yeux sur ces phénomènes en les considérant comme négligeables, alors que l'aducation pour la paix ne peut se faire sans corriger les souces mêmes de l'information.

Dans la même optique contradictoire, la Hollande, pays pacificque et proche d'Israël s'il en est, a placé à la tête du responsable de sa délégation à l'éducation dans les territoires palestiniens un Palestinien, et non un Hollandais, ce qui ne poserait aucun problème si les accords de non-incitation à la violence étaient respectés. Les Palestiniens ont en effet abandonné les manuels scolaires en arabe dont s'étaient servis les Israëliens pendat des années, et qui n'étaient que les anciens manuels jordaniens expurgés de la haine raciale anti-juive. Les Palestiniens ont repris les aciens manuels jordaniens en ajoutant des passages de leur propore compisition qui en font des manuels de haine et d'appren tissage de la violence. Yasser Arafat a dû promettre à Bill Clinton il y a presque un an de remanier ces manuels, mais rien ne s'est passé. Et lorsque David Bedien, journaliste à Jérusalem, a voulu alerter les responsable hollandais délégué à l'éducation palestinienne, il s'est trouvé nez-à-nez avec un Palestinien qui lui a ri au nez.

La Hollande ferait bien de se rappeller qu'elle a déjà causé le malheur des Juifs bien involontairement dans le passé. La Hollande était un pays si ordonné que le registres policiers d'enregistrement de la population portaient non seulement les adresses personelles, mais les lieux de travail, et les personnes à contacter si les personnes recherchées n'étaient à aucun des lieux mentionnés sur les registres. Lorsque les Allemands décidèrent de déporter les Juifs hollandais, il leur suffit de se saisir de ces registres parfaits, et les rafles effectuées dans ce pays furent parmi les plus meurtrières de toute l'Europe.

La Hollande cherche à favoriser la paix, et elle a cru bien faire en mettant en place un personnel d'origine palestinienne pour effectuer les mesures décidées au parlement européen. La France a cru favoriser la paix en finançant la télévision palestinienne. Le résultat pourrait bien être à nouveau une perversion de la bonne volonté originelle en violence et en destruction: on n'enseigne jamais la haine sans qu'elle finisse par s'épancher par la violence.

Alliance vous propose donc de participer à une double pétition sur ces points qui sera remise aux gouvernements français et hollandais. Nous exigeons un contrôle des médias palestiniens par l'Europe pour une stricte application des accords de paix, et une correction immédiate des manuels scolaires palestiniens ainsi que Yasser Arafat s'y est engagé sans effet depuis un an.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi