Le Centre Peres pour la Paix, ou bien le Centre de la Paix, au nom de Peres?

Contre la désinformation - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

Yona Dureau :Le Centre Peres pour la Paix, ou bien le Centre de la Paix, au nom de Peres?

L'ordre des mots a son importance, et il est étonnant que personne n'ait jamais réagi à l'ordre des mots du centre Peres pour la paix, ou tout simplement pour la présence incongrue du nom du créateur, du vivant de celui-ci, dans le titre de sa fondation. Peres, perpétuellement sûr de lui, a toujours commis des bévues qui laissaient transparaître son analyse inconsciente de la réalité des choses, mais son assurance devait sans doute toujours le porter à dédaigner les messages dont il parsemait ses discours. Deux mois après Oslo, il évoquait le processus de paix, assis sur un pédalo, interviewé en pleine action. Peres cherchait peut-être à créer une image sportive et détendue, mais ce faisant, il oubliait que le battement régulier des pales dans l'eau évoquait la formule toute faite hébraïque, "litron maïm": moudre de l'eau, soit l'équivalent approximatif de "pisser dans un violon". L'image était comique.
A la mort de Rabin, Peres se trahit encore en déclarant "Tu as toujours chanté faux, mon pauvre ami." Sans se soucier du fait que le verbe chanter a le même sens en hébreu qu'en français, et que l'aveu de la dissonance musicale en trahissait une autre.
Le centre Peres pour la paix s'annonce dès son titre comme un centre au bénéfice de Peres, et bien que l'orgueil de son créateur ait aussi trahi ses desseins, il a fallu un rapport du fisc pour que les malversations financières de Peres et du directeur du centre soient révèlées au grand jour. Alors que le centre se prétend "association à but non lucratif", ce qui signifie pour la loi israëlienne que 20% maximum des bénéfices du centre peuvent être utilisés par les fondateurs eux-mêmes, le centre Peres pour la paix adjuge à son créateur et à son bureau de direction 70% des bénéfices . En d'autres termes, ce centre, qui n'a pas à rougir de ses membres de bureau international (M. Lionel Jospin, M. Bernard Henry Lévy, et bien d'autres personalités célèbres), est en train de devenir la cause d'un scandale financier, auquel s'ajoute le détournement identique des fonds d'autres "amoutots", associations non lucratives, fondées par M. Peres: 8 millions de shekels ont été virés par le centre Peres à des associations "filles", en permettant ainsi une récupération plus discrète des fonds par Peres.
En bref, le centre Peres est un centre de détournement de fonds, aussi bien publics et israëliens, que privés et internationaux, et il faut espérer que ses membres d'honneur prendront la mesure du scandale pour éviter de se compromettre à leur tour.
L'affaire Peres suit de près l'affaire Weizman, et l'on comprend que les membres de la Knesset, qui avaient lu le rapport du fisc avant l'élection présidentielle, aient réagi par la prudence, afin d'éviter de soutenir un autre président corrompu.
Dons: 20, 026,930 shekels
Entrées par financement: 3,326,554 shekels
Sorties :
Salaires et administration: 6,266,640
activités culturelles: 2,499,496
recherches: 1,401,423
véhicule: 549,728
voyages à l'étranger: 741,439
Bureau : 808,966
communications: 377,474
formation: 87,316
salaire professionel 1,006,880
fraîs de bureau 166,992
impression et photocopies 109,321
congrès et événements 109,321
littérature professionelle 24,323
divers 123,937

Total= 14,441,837 sheskels

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi