Comment des membres de Kibboutz riches perçoivent des aides de l'état d'Israël ? -vidéo-

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Pourquoi les kibboutzim riches ont-ils le droit de recevoir des budgets de l'État?

Pourquoi les membres des kibboutz riches ont-ils le droit de recevoir des budgets de l'État?

Comment en sommes-nous arrivés au point où les kibboutzim vraiment riches, ceux qui possèdent des usines valant des centaines de millions de dollars - ont le droit de recevoir des budgets du gouvernement comme s'ils étaient une petite entreprise locale ?

Tout cela à cause d'un calcul technique du bureau central des statistiques 

Le ministère de la Périphérie, du Néguev et de la Galilée - et oui il existe un tel ministère - a lancé un appel dans lequel les autorités locales peuvent soumettre des candidatures pour participer à un programme appelé «l'âge d'or». Soit dit en passant, un très beau programme pour les seniors Des budgets pour les visites et les spectacles, pour les personnes âgées dans les garderies, dans les maisons de retraite, très bien.

Et le ministère écrit que seules les localités qui se trouvent dans la périphérie sociale seront éligibles pour recevoir les budgets. Par exemple: Kfar Qassem ou Lod, ou Beit Shemesh ou Beitar Illit, sympa.

Mais il y a aussi une liste de localités dans les conseils régionaux, et certaines de ces localités m'ont paru un peu étrange.

Par exemple, le kibboutz Sdot Yam, qui possède Ibn Kaysar, l'usine du NASDAQ, et le kibboutz Maagan Michael, qui est un kibboutz très riche qui possède l'usine Plasson, l'une des plus grandes usines de plastique d'Israël.

Comment ces kibboutzim, qui sont des kibboutzim très riches, peuvent-ils se trouver dans cette catégorie ?

C'est ainsi que pour calculer qui est riche et qui est pauvre, le Bureau central des statistiques, le CBS, calcule l'indice socio-économique et classe toutes les localités d'Israël, des plus pauvres aux plus riches.

Voici quelques uns des paramètres utilisés pour le déterminer , par exemple, quel est le revenu des habitants de la localité et combien de voitures ils ont.

Les kibboutzim que j'ai mentionnés, et quelques autres qui sont sur la liste, sont des kibboutzim coopératifs qui n'ont pas été privatisés, et donc leurs membres n'ont pas de voiture à leur nom, et leurs salaires sont relativement bas. Mais leur niveau réel de vie n'est pas pris en considération.
Ils sont classés bas, et du coup  ils ont droit à des budgets comme s'ils se trouvaient dans la périphérie sociale.

Maintenant, je n'ai aucun droit aux kibboutzniks, ils n'ont rien fait de mal. Je ne sais pas non plus s'ils aborderont cette voix de lecteur ou non. Je sais simplement qu'il y a une histoire plus importante ici à propos d'un indice déformé qui donne une ouverture à des budgets à ceux qui n'en ont pas besoin.

Au fait, nous nous sommes tournés vers le CBS et nous avons demandé: Comment calculez-vous cet indice et pourquoi ne corrigez-vous pas cette distorsion?

Nous attendons toujours une réponse.

Vous cherchez à communiquer efficacement sur vos services ?
Communiquez sur Alliancefr.com, le premier magazine juif sur le net 
Plus qu’un magazine, Alliance est une plateforme à destination de la communauté juive francophone concernée par Israël et le monde juif  
Son ADN  : offrir  une information dans tous les domaines sur Israël 
Contactez-nous pour découvrir la formule de communication qui vous convient.
tel : 01 70 00 75 75

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi