Isabelle de Botton :Comme Moïse, Dalida je viens d'Egypte !

Actualités, Artistes, Coup de théâtre, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Comme Moîse, Dalida je viens d'Egypte Isabelle de Botton

spectacle unique le 2 mars au théâtre laboratoire Elisabeth CZERCZUK
20 rue Marsoulan  75012 Paris
Réservation : 01 43 40 70 79 53

Comme Moïse, comme Dalida, Isabelle de Botton vient d'Egypte. Les souvenirs qu'elle en a gardé sont heureux. Un jour pourtant, l'exil est inévitable. Un voyage drôle et émouvant à travers le regard d'une petite fille.

Le spectacle qui vous rend meilleur ! Un vrai régal d'humour, d'intelligence et de sensibilité. Isabelle de Botton nous fait passer une soirée exceptionnelle à travers son histoire d'enfant déracinée depuis son Alexandrie natale, jusqu'au Paris des années 60, dans un flot de caricatures, accompagné d'une dissection des relations père-mère-fille, en malmenant la famille de Botton pour notre plus grande joie. Que d'optimisme et de subtilité dans cette saga ! Pas besoin d'être apatride, immigré, pied-noir, égyptien ou sépharade pour aprécier, On rit, on pleure, et on bat des mains : on y cours, purée !

Isabelle de Botton - Moise, Dalida et moi
De Isabelle de Botton
Mise en scène
Michèle Bernier
Avec Isabelle de Botton
Un voyage à travers les origines
Isabelle de Botton, célèbre comédienne, nous propose un voyage à travers ses origines et ses souvenirs dans un spectacle intime et touchant.

« Comme Moïse, comme Dalida, je viens d’Egypte. J’y suis née et j’y ai vécu jusqu’à l’âge de huit ans. Les souvenirs que j’en ai gardés sont heureux, drôles, toniques. Quand je pense à cette époque, me reviennent en mémoire des odeurs de jasmin et de fleur d’oranger, des images de ciel bleu azur, des goûts sucrés, des sensations de chaleur, de tendresse… Et pourtant, c’est là que ma vie a basculé, en plein sommeil, la nuit du 2 novembre 1956, quand mon père a été arrêté et mis en camp d’internement sur ordre de Nasser. Pour la simple raison qu’il était juif. J’avais quatre ans, il a disparu de ma vie pendant quatre mois. A sa libération, il a décidé de quitter ce pays et nous avons eu la chance de pouvoir venir nous installer à Paris… A une époque où les questions d’immigration, d’intégration, de double culture, sont au centre des débats, j’ai eu envie de raconter ce que l’exil vécu par une petite fille apporte de traumatisme, mais aussi de bonheur… » Isabelle de Botton

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi