Combien de chameaux avez-vous ? Un Bédouin confronté aux stéréotypes en Israël

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Un jeune homme bédouin confronté aux stéréotypes en Israël

Combien de chameaux avez-vous?": Un jeune homme bédouin confronté aux stéréotypes en Israël

Mohammed est né et a grandi à Rahat. Au lycée, il a été envoyé dans une école juive où il était le seul bédouin. Parallèlement aux stéréotypes et au racisme dans lesquels il se débat, il affirme que seul le fait de vivre ensemble peut éviter les préjugés: "Si les gens se connaissent, ils cesseront d'avoir peur" .

Mohammed Abu Freih est né et a grandi dans la ville bédouine de Rahat. "Mes parents ont décidé de m'envoyer dans une école juive, où j'étais le seul élève bédouin ", se souvient Mohammed, ajoutant: "Ils se moquaient de mon accent, je ne parlais donc presque jamais au début." 

Il a obtenu son diplôme et a ensuite étudié le droit - mais les frictions avec la population juive ont continué à le placer dans des situations "ridicules", autrement dit:

"Combien avez-vous de moutons? Combien avez-vous de chameaux? Vivez-vous dans une tente? Avez-vous de l'eau et de l'électricité à la maison?" Exemples de questions posées à Mahomet.

Outre les stigmates qui l'affectent en tant que Bédouin, Abu Farah signale également des situations dans lesquelles les préjugés ont eu un impact réel sur lui.

Au cours de l'opération Cast Lead, Mohammed a travaillé dans un centre de service à la clientèle.  À la radio, on a annoncé qu'il y a des lancements de roquettes sur Rahat, sa ville natale et dans son quartier: "Un des employés a dit:"ils le meritent ".

Malgré les stéréotypes et le racisme dans la société israélienne, Mohammed maintient son optimisme et affirme que seule une vie partagée de la population israélienne peut, avec le temps, éradiquer les préjugés présents  "Si les gens se connaissent, ils cesseront d'avoir peur", a-t-il déclaré.

En conclusion, Mouhammed se tourne vers l'ouverture avec les Israéliens : "Et ceux qui m'invite à aller vivre à Gaza ou en Syrie je les invite à mon tour à prendre une tasse de café et je leur expliquerai pourquoi j'ai choisi de rester en Israël "

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi