Israël: une caisse d'assurance maladie intervertit les résultats médicaux

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël: la Clalit s’emmêle les pinceaux dans les résultats médicaux

Imaginez que votre téléphone sonne. Le numéro sur l'écran vous est inconnu. Vous répondez et entendez la voix étrangère d'une femme: « Bonjour, nous ne nous connaissons pas, j'attends les résultats de mon test de clarté nucale, et ce sont vos résultats que j’ai reçus". Ce scénario inquiétant s’est déroulé il y a peu à Jérusalem, et s’est répété au moins cinq fois.

Ces femmes enceintes sont suivies au Women's Health Centre exploité par Clalit Health Services dans le complexe du centre médical Shaare Zedek. L'une d'entre-elles, Ayala (nom modifié), a tenu la conversation surprenante citée ci-dessus. Ayala elle-même détient les résultats d'une autre femme, une troisième. Pour le moment, elle a reçu uniquement par mail les résultats de l’examen de clarté nucale qu’elle a effectué en Août.

"Je trouve bouleversant que mes informations médicales tournent et que je ne puisse rien contrôler ... Cela a-t-il traversé l’esprit de quelqu’un que j’aurais pu apprendre de la bouche d'une parfaite inconnue que mes résultats n’étaient pas bons ?" a-t-elle ajouté, en colère. "Mon frère ne sait toujours pas que je suis enceinte, et une étrangère est au courant?".

Ayala et la femme qui l'a appelée ont contacté le centre de la Clalit. Selon Ayala, le centre a affirmé que l'erreur n'était pas la leur mais celle de la clinique. Quand elles ont appelé la clinique, l'infirmière qui a répondu a eu peur. Elle a demandé à Ayala son numéro d’identité, réclamé à voir la lettre et finalement déclaré que le laboratoire était en tort.

Une erreur humaine, selon la Clalit

Une erreur humaine, selon la Clalit

L'information médicale secrète transmise aux patientes comprend le nom du sujet, son âge, son nombre de semaines de grossesse et son risque statistique d'avoir un bébé atteint de syndrome de Down ou un d’autre syndrome appelé trisomie 18. Le document indique également le taux éventuel d’alpha-fœtoprotéine.

Le procureur Adi Niv Yagoda, experte en droit médical, a expliqué que le transfert d'informations médicales de cette manière est sérieux et interdit: «Le transfert des résultats d'un patient à un autre patient est une faute grave qui entraîne une violation de la vie privée et du secret médical. Dans le passé, la fuite d'informations médicales et personnelles ou son transfert vers des entités étrangères a déjà créé une crise de confiance entre le thérapeute et le patient, ce qui a provoqué la rupture des relations entre les parties et s’est terminé en procès. Le maintien de la confidentialité est à la base de la relation patiente-thérapeute, et cela doit figurer en tête de liste des obligations juridiques et éthiques du personnel médical, infirmier et soignant. "

Une erreur humaine

La Clalit a répondu en ces termes : "Nos recherches indiquent qu’il s’agit apparemment d’une erreur humaine qui s'est produite lors de l’insertion des résultats de l'examen d'une patiente dans une enveloppe portant l'adresse d'une autre patiente, et nous nous excusons pour l'incident".

En général, les résultats des tests effectués durant la grossesse (premier et deuxième trimestre) sont transmis numériquement au médecin traitant et figurent sur le site Web de Clalit, dans le dossier médical personnel du patient, consultable à l’aide d’un mot de passe. Les résultats de ces tests sont également envoyés par la poste. Il convient de noter qu’en cas de résultats anormaux, la patiente est contactée en personne ".

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi