Chypre : un viol collectif aurait été perpétré par 12 adolescents israéliens

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Viol collectif à Chypre par des jeunes israèliens

Horreur dans la chambre 723.
Une jeune touriste britannique âgée de 19 ans a raconté à la police chypriote comment
12 jeunes Israéliens l'avaient violée un par un, l'ont laissé sans vêtements, en les emportant avec eux.

Elle a affirmé que les suspects avaient ignoré ses hurlements et supplications et ont photographié les scènes de viols.
Les enquêteurs ont recueilli des échantillons d'ADN dans la chambre et sur les corps des suspects.

Elle a pleuré, a essayé de s'échapper - mais a été violée sans merci par ses 12 jeunes israéliens.
La plainte a été déposée hier (jeudi) au tribunal chypriote qui dépeint une scène d'horreur de ce qu'a subi cette jeune britannique dans la  chambre 723 de l'hôtel "Pambos Napa Rox" à Ayia Napa .

Selon sa version,  la jeune femme a été invité à venir dans la chambre d'un des suspect dans la nuit du 17 au 16 juillet avec lequel elle a déjà eu des relations sexuelles les jours précédents le viol collectif avec ses onzes amis.

 

La chambre ou aurait été perpétré le viol collectif

La chambre ou aurait été perpétré le viol collectif

 

Après une brève conversation, soudainement il l'a traité avec violence, l'a violé, ignorant ses supplications d'arrêter - et invite ses onze amis qui à leur tour l'ont violée un par un.

La touriste a déclaré à la police que certains des suspects avaient filmé le viol collectif avec leur smartphone . Les onze téléphones ont été confisqués par la police qui n'a pas encore remis ses conclusions.

Jusqu'à présent, neuf suspects ont reconnu être dans la chambre au moment du viol et trois autres ont affirmé qu'ils n'y étaient pas.

La touriste âgée de 19 ans a déclaré qu’elle connaissait deux des suspects ,trois jours avant le viol et qu’elle avait eu des relations sexuelles avec l’un d’eux au moins deux fois durant son séjour .(il est considéré comme le "suspect numéro 1) .

Hier, il l'a invitée dans sa chambre et il a commencé à la traiter violemment, il lui a demandé de cesser de pleurer et a continué à la violer. Il a ensuite invité ses 11 amis dans la chambre, ils se sont mis à la violer à leur tour.

Selon l'enquête, le jeune homme lui avait fait une sodomie alors que ses amis l'ont violé un à un. Selon la plainte, seuls certaines d’entre eux ont utilisé un moyen de contraception.

L'enquêteur chypriote indique également et selon la déclaration de la victime, que le jeune homme qui a invité ses amis a bloqué ses jambes pour qu’elle ne puisse pas résister à ses amis.

Après avoir tenté de se libérer de leur emprise, la jeune femme a réussi à s'échapper nue de la chambre.
Selon la police locale, le jeune homme , le suspect numéro un, qui a initié le viol a commencé à la suivre avec certains de ses amis.

Selon la plainte la fille britannique a retrouvé ses amis et a décrit les horreurs qu'elle venait de subir
Ses amis l'ont emmenée à la clinique de l'hôtel et de là, ils ont appelé la police locale. La touriste a été évacuée à l'hôpital où elle a subi un test de viol, les marques sur ses jambes ont été également constatées

L'enquête montre que le jeune homme a également changé de version dans un premier temps a avoué avoir eu des relations sexuelles avec sa petite amie britannique avec un autre ami, mais a insisté sur le fait qu'il n'y avait personne d'autre à part eux.

Puis au cours de l'interrogatoire, le suspect a de nouveau changé sa version et a avoué aux interrogateurs que d'autres amis étaient présents dans la chambre.

Les enquêteurs de la police, ont saisi dans la chambre du suspect qui a d'abord nié avoir eu un lien avec cette jeune touriste, 18 préservatifs dont cinq utilisés.
La police a annoncé qu'elle allait comparer les échantillons d’ADN prélevés sur tous les suspects aux objets trouvés dans la chambre d’hôtel.

Sur le corps de deux des suspects se trouvaient des ecchymoses qui, selon la police, seraient à la suite d'une bagarre qui a éclaté avec d'autres touristes à l'hôtel après le viol, notamment avec des touristes britanniques.

Le tribunal chypriote a accepté la demande de la police de prolonger de huit jours la détention des douze Israéliens. La police a indiqué dans sa demande que leur libération ne permettrait pas de terminer l'enquête - et qu'ils craignaient qu'ils s'échappent de Chypre.

Il a également été noté que la police avait l'intention d'enquêter sur 35 autres témoins et des employés d'hôtel.

L'amie de la victime a déclaré aux médias locaux qu'elle avait été hospitalisée et souffrait de d'un choc traumatique sévère. "Je la connais, elle n'aurait pas couché avec 12 hommes, je suis certaine qu'elle a été violée", a déclaré son amie. "Les Israéliens étaient saouls j'espère qu'ils seront sévèrement punis."

La mère du suspect: "Mon fils est incapable de faire du mal à qui que ce soit"

La mère de l'un des détenus, une résidente du nord, a déclaré que son fils l'avait appelée lundi et avait nié toute relation avec les autres suspects. "Mon fils pleure au téléphone, c'est un étudiant remarquable", a-t-elle déclaré. Selon elle, son fils était censé rentrer en Israël hier et a été arrêté le matin: "Je condamne fermement un tel comportement et les responsables doivent être traduits en justice."

L'un des parents des suspects affirme que son fils a été "sorti du lit", alors que certains de ses colocataires sont rentrés en Israël et n'ont même pas été interrogés.
Les suspects de viol ont pleuré devant le tribunal et ont déclaré: "Nous n'avons rien fait, la police nous maltraite." Les parents des suspects affirment que leurs enfants ont été maltraités par les policiers: "Ils ont ôté le pantalon de mon fils et l'ont battu."

Employé de l'hôtel : "J'ai entendu des cris"

Les employés du Pavos Napa Rox sont déjà habitués aux incidents violents.
Mais l'arrestation des 12 Israéliens les a également surpris. "Des voitures de police sont arrivées et ont demandé une liste d'invités qu'ils ont été cherché" a déclaré l'un des employés de l'hôtel à Ynet.
"J'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'un grave incident, car la police locale n'intervient pas souvent dans les incidents touristiques ce qui arrive souvent ici"

La direction de l'hôtel refuse de commenter officiellement les événements et préfère reprendre rapidement un cours normal et a toutes les raisons de craindre que la réputation de son établissement souffre de cette enquête.
L'interrogatoire va nécessiter non seulement les témoignages des employés de l'hôtel mais également ceux clients qui étaient présents à l'hôtel ce soir là.

'J'étais de l'autre côté de l'hôtel et j'ai entendu des cris", a déclaré Ulster, l'un des employés de l'hôtel. "Je pensais que c'étaient encore des adolescents ivres.
Mais personne n'a entendu que la touriste était en train de se faire violer, et je suis sûr que si quelqu'un l'avait entendu, il l'aurait stoppé, nous sommes dans un hôtel, il aurait été facile d'arrêter ce drame en prévenant la réception"

Le personnel a déclaré que l'hôtel était plein durant cette période de l'année et que la plupart des clients venaient d'Israël et de Grande-Bretagne.

Piscine de l'hôtel

Piscine de l'hôtel



La fête autour de la piscine se poursuit jusqu'aux petites heures du matin et c'est seulement au lever du soleil que l'endroit retrouve son calme
Le sol est jonché de bouteilles d'alcool, de vêtements et de contraceptifs. Rien ne pouvait prévoir autre chose que des jeunes faisant la fête.

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi