Ces dames font le buzz sur Instagram avec leurs challot étonnantes

Actualités, Fêtes, International, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Ces femmes font le buzz sur Instagram avec leurs étonnantes challot

Mandy Silverman se souvient avoir eu peur de la cuisine quand elle était enfant.

"Il y avait une plaisanterie constante dans ma maison quand j'étais petite, ils étaient tous persuadés que je serais capable de rater du thé glacé instantané ", se souvient-elle lors d'une interview téléphonique le mois dernier.

Mais un coup d'œil rapide à son flux Instagram révèle à quel point les choses ont changé. Ses plus de 15 000 adeptes comptent sur elle pour afficher des photos de créations de challot alléchantes et fantaisistes aux noms appétissants tels que "Velours rouge" et "Chocolat chaud à la guimauve".

Depuis les débuts de Mandylicious Challah en 2013, Mandy Silverman a vu son entreprise se développer à la fois localement - en livrant environ 50 pains chaque semaine à Sharon, Massachusetts, dans la banlieue de Boston – et internationalement, prodiguant des conseils en matière de confection de challah à des personnes aussi éloignées que la France, le Pérou et la Thaïlande .

Elle passe environ deux jours en cuisine chaque semaine et une demi-journée supplémentaire pour effectuer les livraisons le vendredi avant Shabbat.

Mandy Silverman, 40 ans, fait partie du nombre croissant de personnes qui cuisinent à la maison et qui font des affaires par amour pour tout ce qui touche à la challah. La plupart publient leurs photos de pains traditionnels de Shabbat et de fêtes sur les médias sociaux et touchent les clients locaux par le biais du bouche à oreille.

Mandy est entièrement autodidacte. Cette boulangère orthodoxe a commencé à cuire des challot saupoudrées de pavot ou fourrées à la viande il y a 11 ans. En octobre 2013, à la demande de ses amis, elle a commencé à les vendre.

Elina Tilipman, à gauche, et Sarah Klegman ont fondé Challah Hub. (Sally Claire Photography)

Elina Tilipman, à gauche, et Sarah Klegman ont fondé Challah Hub. (Sally Claire Photography)

Un mois plus tard, pour Thanksgiving, elle a publié sur les médias sociaux une photo d'une challah en forme de dinde avec un ventre fourré à la citrouille. La photo a été largement diffusée, amenant les habitants des États voisins à se rendre dans le Massachusetts pour acheter la leur.

«Cette image est devenue très populaire, et mon entreprise a été reconnue», a-t-elle déclaré.

Depuis lors, Mandy a lentement gagné des clients.

«Cette année, j'ai atteint 250 commandes pour Rosh Hashana, a-t-elle déclaré. "À ce moment-là, je me suis dit:" Stop. Mais je déteste dire non aux clients."

Mandy vend ses pains entre 5 et 18 dollars, selon la saveur et la taille. Mais elle dit que l'argent n'est pas ce qui la motive.

La Rainbow de de Mandylicious Challah

La Rainbow de de Mandylicious Challah

«C’est suffisant pour avoir le sentiment que ça vaut la peine, mais ce n’est certainement pas la principale source de revenus de la maison», a déclaré Mandy, dont le mari travaille dans le marketing. «Mon salaire est tellement plus important que l'argent. C’est aider les gens, faire partie de leur vie. "

Bien que ses clients soient locaux, sa page Instagram lui a permis de se connecter avec d'autres personnes partageant sa passion pour la challah, telles que Lissette Grobman et Lilianne Braun, deux femmes de Miami qui ont récemment commencé à vendre des challot dans leur communauté. Le duo a lancé Hamsa Challah en novembre et vend maintenant entre 150 et 200 challot par semaine avec des saveurs telles que le zaatar, le nutella et la cannelle. Bien que leur support Instagram soit beaucoup moins important, avec moins de 200 abonnés, Lilianne Braun prévoit que Instagram sera plus utile si elles décident de s’agrandir.

Kayla Kaye, la fondatrice de The Kitch, est pour sa part un peu plus populaire que Grobman et Braun. Cette résidente de New York, prend des commandes pour environ 75 à 100 pains chaque semaine et livre aux habitants de sa ville, de West Hempstead et des Five Towns, tous situés dans la banlieue de Long Island. Kaye, 36 ans, vend un éventail de saveurs, allant d'un pain barbecue savoureux aux oignons croustillants à des pains sucrés avec de la citrouille et des épices.

Bien que la plupart de ses clients soient orthodoxes, comme elle, il existe de nombreuses exceptions. Kaye a récemment reçu un certain nombre de commandes émanant de non-juifs qui souhaitaient de la challah pour Noël.

«Les gens aiment la challah, en particulier à New York, où la diversité culturelle, religieuse et alimentaire est telle que vous pouvez manger des plats du monde entier», a-t-elle déclaré.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi