Carton rouge pour la FIFA : vers la fin des matchs en Judée-Samarie

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Carton rouge pour la FIFA : vers la fin des matchs en Judée-Samarie

La Human Rights Watch exhorte l'organe directeur du football international d'arrêter de parrainer les matchs israéliens en Judée-Samarie.

La Human Rights Watch appelle la FIFA, l'instance dirigeante du football international, à cesser de parrainer des rencontres israéliennes en Judée-Samarie, affirmant qu'elles sont organisées sur "des terres volées".

"En encadrant des matchs sur des terres volées, la FIFA est en train de ternir la belle image du football", allègue Sari Bashi, en charge d'Israël et des affaires de la « Palestine » pour la Human Rights Watch.

La Human Rights Watch a déclaré avoir mené une enquête au sein de l'Association de football d'Israël, membre de la FIFA, et avoir constaté que le groupe organisait des matchs dans les communautés de Judée et de Samarie « sur des terres illégalement prises aux Palestiniens ».

En outre, l'Association de football palestinienne a accusé son homologue israélien de violer les règles de la FIFA en organisant des jeux sans autorisation sur le territoire d'un autre groupe membre. Une commission de la FIFA doit émettre des recommandations sur la question avant le 13 Octobre, selon la déclaration.

Vers la fin des matchs de foot en Judée-Samarie?

Vers la fin des matchs de foot en Judée-Samarie?

L'appel de la Human Rights Watch survient quelques semaines après qu’un groupe de membres du Parlement européen a demandé à la FIFA d'agir pour empêcher les clubs israéliens basés en Judée-Samarie de participer aux matchs officiels.

66 des 751 membres du Parlement européen ont signé une lettre adressée au Président de la FIFA, Gianni Infantino, l’exhortant à agir en la matière.

La Human Rights Watch a déclaré lundi qu'un conseiller juridique de l'Association de football d'Israël avait rejeté la pertinence de ses revendications.

"Le but de la FIFA est d’œuvrer au bénéfice du football. C'est sa seule préoccupation. Les questions politiques ne font pas partie de notre « terrain de jeu », a déclaré Efraim Barak.

Le gestionnaire des droits de l'homme pour la FIFA, Andreas Graf, a déclaré ne pas avoir eu le temps de répondre à l'enquête avant sa publication, mais a ajouté à l’attention de la Human Rights Watch qu'il «s'efforcera de répondre à une date ultérieure", a déclaré le communiqué.

Israël a déjà été pris pour cible à plusieurs reprises par la FIFA. L'an dernier, le chef de l'Association de football palestinienne, Jibril Rajoub avait fait campagne pour qu’Israël soit suspendu de la FIFA pour cause, selon lui, de restriction de mouvement des joueurs arabes palestiniens. Il a cependant fini par retirer sa plainte, suscitant la colère des Arabes palestiniens, dont certains ont exigé sa démission.

Le mois dernier, Rajoub a exigé que les clubs de football juifs de Judée et de Samarie soient expulsés de la ligue israélienne parce qu'ils "fonctionnent sur la terre palestinienne". Un groupe de gauche soutenant la demande de Rajoub a déclaré que si ces équipes israéliennes n’étaient pas expulsés de la ligue israélienne, toute la ligue israélienne pourrait se trouver bannie de la FIFA.

Source : Arutz 7

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi