Révolution en Israël: un traitement testé directement sur la tumeur cancéreuse

Actualités, Alyah Story, High-Tech, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël utilise un test permettant un traitement personnalisé du cancer

Révolution dans le domaine médical : Israël a commencé à utiliser un test innovant qui prédit à un taux élevé (jusqu'à 90%) le succès du traitement médicamenteux sur les tissus cancéreux prélevés sur le corps du patient.

Le test CANScript est effectué en laboratoire sur un échantillon de biopsie prélevé sur la tumeur cancéreuse du patient et l’échantillon lui-même reçoit les traitements pharmacologiques et de chimiothérapie conseillés par l’oncologue. Selon les résultats obtenus en laboratoire sur échantillon tumoral, il est possible de prédire le succès du traitement sur la tumeur cancéreuse.

Ces derniers mois, quelque 65 Israéliens ont déjà fait les tests et certains ont déjà reçu le traitement médicamenteux correspondant à la recommandation reçue du laboratoire. Dans certains cas, l'examen a également entraîné un changement important dans la décision antérieure du médecin concernant le traitement approprié pour le patient.

L'examen lui-même est effectué au laboratoire de la Mitra Biotech, société américaine de Boston, et n'est pas inclus dans le panier des services de santé. Il coûte 20 000 NIS. Le test s'adresse principalement aux patients atteints de cancer colorectal métastatique, de cancer du sein métastatique, de cancer de l'ovaire, de cancer du poumon et de cancer tête-nuque, mais peut également convenir à d'autres cancers tels que la leucémie, le cancer du pancréas etc.

Le dr Raanan Berger

Le dr Raanan Berger

Le Dr Raanan Berger, directeur du département d'oncologie du Sheba Medical Center à Tel Hashomer, est également le consultant médical de la société américaine qui développe le test. "J'espère que le test révolutionnera le traitement du cancer et changera les règles du jeu. Une grande partie des patients recevront un traitement plus précis avec une plus grande certitude de succès. Le test exige également que les médecins changent leur façon de penser sur la manière dont ils décident du traitement le mieux adapté à chaque patient. "

Shabtai Fleer, 67 ans, de Moshav Neot Golan dans les hauteurs du Golan, a été diagnostiqué avec un cancer colorectal en 2013 et a été traité ces dernières années au centre médical de Sheba à Tel Hashomer et à l'hôpital de Poriya à Tibériade. Il a dit qu'il a d'abord reçu une série de traitements conventionnels contre le cancer mais en 2015, il a eu des métastases au foie et a été traité avec des pilules qui, selon ses dires "l’ont presque tué".

À un moment donné, les médecins lui ont dit qu'il n'existait quasiment plus aucun traitement adapté à sa maladie, et le médecin traitant à Sheba a suggéré d'envoyer un échantillon de la tumeur à un laboratoire de Boston. En effet, le test a montré que le traitement qu'il avait déjà reçu au tout début du processus pouvait maintenant réussir à stopper son cancer. Shabtai a été soigné avec de très bons résultats qui ont surpris tout le monde. "Je suis revenu à la vie, je refais même du sport", témoigne t-il.

Le Dr Einat Shaham-Shmuely, directrice du Service des tumeurs digestives au  Sheba Medical Center, a suggéré que si le test fait ses preuves de manière radicale, il pourrait être utilisé lorsqu’un patient a face à lui plusieurs options de traitement pour lui et que nous hésitons laquelle choisir".

Le Dr Shacham-Shmueli souligne que «l'examen nous permet de connaître à l'avance, avec une grande probabilité, le traitement qui a le plus de chances de réussir et nous donne également la possibilité d'examiner des traitements que nous n'aurions pas utilisé en temps normal. Il permet également d’éviter des traitements inutiles ou coûteux et aussi l'aggravation des effets secondaires lourds. Cela pourrait être une véritable révolution dans le traitement du cancer. "

Source : Israel HaYom

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.

Vos réactions

  1. jacquesgal@free.fr'Jg

    A quel prix ? Pour les patients qui ont des ressources limitees .D autre part , les medecins n ont pas trop de patience pour effectuer des diagnostiques plus precis , et ainsi d eviter certain traitements couteux et inutiles .
    Les medecins en Israel sont les adeptes de l autosatisfaction !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi