Bitcoen, la première devise électronique spécifiquement pour les Juifs

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Bitcoen, la première devise électronique spécifiquement pour les Juifs

Bientôt, votre communauté pourrait être la toute première bénéficiaire de la monnaie internationale juive, rêvée par un entrepreneur russe.

BitCoen, une start-up électronique basée sur l'idée de BitCoin, devrait être lancée en septembre. L'homme d'affaires Viacheslav Semenchuk, le cerveau qui se tient derrière l'opération, a déclaré à la presse russe RT que lui-même et ses partenaires étaient en pourparlers avec près de 100 plates-formes de négociation, pour discuter des perspectives de la capacité de la monnaie à être utilisée pour l'achat.

La devise sera basée sur la valeur du dollar américain, chaque jeton BitCoen équivaudra à un dollar. Le plan consiste à émettre initialement 100 millions de BitCoens. La société espère être en mesure de faire circuler plus de 1,5 milliard de dollars au cours des deux premières années.

Bien que quiconque puisse acheter des jetons, la société sera gérée par un «Conseil des Six» composé uniquement de représentants juifs. Les représentants seront probablement des leaders éminents dans les secteurs public et privé, mais il n'y a pas encore d’instructions quant à leur identité et leur position.

Comme la devise est destinée spécifiquement aux communautés juives, il y aura une option d'automatisation afin que les opérations commerciales puissent avoir lieu durant Shabbat, lorsque le traitement de l'argent est interdit par la loi juive.

Un bitcoin exclusivement pour les Juifs?

Un bitcoin exclusivement pour les Juifs?

Semenchuk a déclaré aux journalistes que le «bit book» initial pour les investissements avait été rempli, ce qui signifie que le projet est viable.

Revenons en quelques mots sur le Bitcoin

Le bitcoin est une monnaie virtuelle universelle. Créé en 2009 par Satoshi Nakamoto -pseudonyme qui pourrait être celui d'un ou plusieurs développeurs-, c'est un système monétaire autonome, qui n'a pas besoin de banques pour traiter les transactions ni d'une banque centrale pour créer de nouveaux bitcoins. Ces tâches sont prises en charge par une communauté d'utilisateurs dont les ordinateurs fonctionnent en réseau peer-to-peer.

Le bitcoin remplit les fonctions traditionnelles de la monnaie. Il représente une unité de compte par laquelle on mesure la valeur d'un bien, d'un service ou d'un actif. Il facilite les transactions commerciales, et il représente une valeur qui peut être stockée pour être utilisée dans le futur. Mais ce n'est pas une monnaie «ayant cours légal», dans la mesure où l'on n'est pas légalement tenu d'accepter un paiement en bitcoin. Surtout, «le bitcoin n'est pas assorti d'une garantie légale de remboursement à tout moment et à la valeur nominale», ajoute-t-elle.

Bitcoin s'est répandue à travers le monde et a fait un gros bénéfice pour ses détenteurs, sans imprimer de facture unique. Comme Bitcoin a gagné de la valeur au fil des années, un écosystème de start-ups et d'organisations a pris forme à Tel-Aviv en 2014 pour promouvoir son utilisation sur la scène technologique israélienne.

"En Israël, nous adoptons la nouvelle technologie plus tôt que d'autres endroits", a déclaré Gruber, 28 ans, un ancien mannequin qui s'est impliqué dans la technologie Bitcoin durant un séjour à New York. "Il est logique que ce soit un centre Bitcoin. Nous sommes au cœur de la zone de haute technologie et du quartier financier de Tel Aviv. "

Bitcoin a rencontré une foule de problèmes dans son développement, depuis la question de la réglementation gouvernementale sur son l'utilisation pour les activités illégales à son modèle de croissance volatil. Selon un tracker de la monnaie numérique, un Bitcoin valait environ 100 $ en 2013 et avait dépassé près de 1000 $ au mois de novembre de la même année. Trois semaines plus tard, sa valeur avait chuté à environ 600 $ après que la Chine ait interdit son utilisation.

Les hauts et les bas n'ont pas dissuadé les croyants bitcoins israéliens. En 2014, des dizaines de start-ups avaient d'ores et déjà proliféré autour de l'utilisation de Bitcoin en Israël, et plus de 120 entreprises israéliennes, des restaurants aux entreprises immobilières, acceptaient Bitcoin comme paiement.

Source : Jpost- Times of Israël - le Figaro

Copyright: Alliance

Cet article ne peut être repris par aucun autre média ni radio, ni presse écrite ni presse numérique sans l'autorisation de la direction.
Dans le cas contraire des poursuites pourront être engagées.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi