Pédagogie à visage humain

Billet de Claudine - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Méthode Feuerstein ou instrumentale.

Il s'agit d'une méthode purement intellectuelle.
Elle apprend à l'enfant à réfléchir par des exercices intellectuels. Elle a été créée par le Professeur Feuerstein en Israël.
http://www.javance.org/feuerstein.htm
Selon Reuven Feuerstein, « toute personne est capable de changement, quels que soient son âge, son handicap et la gravité de ce handicap. Les enfants différents ont simplement besoin d'un surcroît d'attention et d'investissement personnel. »
Mais pour qu'un changement se produise, il faut qu'il y ait médiation humaine.
Le médiateur est la personne qui s'interpose entre l'enfant et le monde, qui interprète pour l'enfant ses expériences, qui réordonne, organise, regroupe, structure les stimuli auxquels l'enfant est exposé, en les orientant vers un objectif donné. Et c'est cette médiation qui crée chez l'enfant la disposition à apprendre.
Il définit trois critères importants :


l'intentionnalité : la médiation doit d'abord être animée par l'intention : si, par exemple, j'apprends à un enfant certains mots, ce peut être dans l'intention de le rendre capable de construire d'autres mots. Cette intention doit toujours rester présente dans l'esprit du médiateur.

la transcendance : est la volonté de dépasser les besoins immédiats de l'enfant pour en créer des nouveaux : je peux apprendre à un enfant à utiliser les couverts pour manger, mais si en même temps je lui apprends à se laver les mains avant le repas, j'élargis le champ du besoin immédiat à des comportements qui deviendront des besoins secondaires.

la médiation de la signification : l'enfant doit comprendre le sens des actions du médiateur, quels buts il poursuit et pourquoi.


Selon la théorie du professeur Feuerstein, c'est la rareté ou le manque de médiation humaine qui sont à l'origine d'un développement intellectuel insuffisant.
C'est une approche totalement nouvelle. « L'attitude traditionnelle est de dire : un enfant trisomique est retardé parce qu'il a trois chromosomes au lieu de deux, explique Rafi Feuerstein, fils de Reuven Feuerstein et vice directeur de l'institut. Nous, nous disons : sa trisomie crée une situation qui bloque le passage de la médiation - d'où son retard.
Notre rôle est de trouver les interstices dans la muraille et d'y faire pénétrer la médiation, qui entraînera le changements. Cette théorie a donné naissance à deux applications pratiques : la méthode d'évaluation dynamique du potentiel d'apprentissage et le programme d'enrichissement instrumental (PEI). Ils s'appuient sur la valorisation de l'enfant au maximum en évitant toujours de le mettre en échec.

L'évaluation dynamique
« Le médiateur observe les fonctions cognitives de l'enfant et ses modes de conduite. Il se concentre sur ce que l'enfant peut faire et non sur ce qu'il ne peut pas faire. Un enfant n'est pas comparé à une norme mais à lui-même, le but de l'évaluation n'étant pas de déterminer son niveau par rapport à une population mais de comprendre comment il apprend et comment il réfléchit.
On recherche les points positifs, ce qui motive l'enfant, ce qu'il sait faire et ce qu'il aime et le but est de consolider et étendre ces points positifs. Le programme d'enrichissement instrumental

« Enrichissement », parce qu'en inculquant des stratégies d'apprentissage et de pensée ce programme enrichit l'esprit.

« Instrumental », parce qu'il s'agit d'une série d'instruments - 14 cahiers d'exercices - destinés à susciter et à aiguiser des pré-requis cognitifs qui font défaut. Chaque cahier d'exercices est conçu de façon à remédier à un dysfonctionnement cognitif spécifique. Comme dans la méthode d'évaluation dynamique, l'interaction entre l'élève et le médiateur est primordiale. C'est elle qui induit le changement. Un enseignant explique, identifie et formule les difficultés de l'enfant, l'approuve et l'encourage pour l'aider à surmonter ses dysfonctionnements. Conçu initialement pour les enfants en difficulté, le PEI est aujourd'hui enseigné à de nombreux adultes, dans l'armée, dans l'industrie (formation, réorientation, réinsertion). Il s'adresse à toute personne désireuse de développer son fonctionnement cognitif.

Professeur Feuerstein :
« Que n'importe quel être humain puisse changer - pour le bien ou pour le mal car les deux possibilités existent - est pour nous un postulat de départ. Et il est vrai qu'un postulat est plus près d'une croyance que d'une preuve scientifique. Cette croyance en la « modifiabilité » de l'être humain est fondamentale car elle génère le besoin de changer. Je m'explique. Si votre enfant souffre d'un retard de développement plus ou moins grave, et que vous ne croyez pas que l'on puisse y remédier, vous ne ressentirez pas le besoin d'un changement et vous ne ferez rien pour qu'un tel changement ait lieu. Si par contre vous y croyez, votre besoin de voir votre enfant changer, se développer, progresser va vous pousser à agir dans ce sens. La croyance est en quelque sorte la force énergétique qui nous fait entreprendre tout ce qui est en notre pouvoir pour amener le changement ressenti comme un besoin.

L'être humain a une double ontogénie :

L'ontogénie biologique : il est un ensemble de cellules qui interagissent entre elles et avec l'environnement,
L'ontogénie socioculturelle : il est formé par le milieu avec lequel il interagit. Et cette ontogénie socio-culturelle peut modifier, beaucoup plus souvent qu'on ne le pense, le déterminisme biologique. Je m'élève contre les diagnostics précoces lorsqu'ils enferment l'enfant dans une catégorie à laquelle il lui sera par la suite difficile d'échapper et lorsqu'ils empêchent toute action susceptible de modifier ce diagnostic. Cet enfant ne parle pas ? Mais que voulez-vous ? Vous savez bien qu'il ne peut pas parler puisqu'il est ceci, cela ou autre chose ! Cette prédiction est dangereuse car elle est déjà tout un programme de « non-faire », si je puis dire.

On renonce d'avance à toute stimulation - physique et intellectuelle - qui pourrait produire un changement. C'est contre ce pessimisme que nous luttons. La médiation n'est rien d'autre qu'une qualité d'interaction entre le médiateur et la personne avec laquelle il travaille.
L'enseignant a des informations à transmettre, c'est sa mission principale. Le médiateur, lui, est moins soucieux du contenu que de la démarche grâce à laquelle il va rendre l'enfant perméable aux expériences, et l'engager dans un processus où il sera capable d'apprendre et de comprendre.
La médiation est finalement ce qui rend l'homme humain.
A travers elle, nous recevons nos modalités de vie, de pensée et d'apprentissage. Selon Paget tout acte physique ou mental contient à sa base deux éléments, cognitif et émotionnel. Nous croyons en effet que le facteur cognitif est en quelque sorte le magma, la force qui sous-tend la matière. Nous ne négligeons absolument pas les aspects émotionnels. Au contraire. Nous créons les conditions qui permettront de générer de nouveaux sentiments. L'enfant arrivera beaucoup mieux à comprendre, contrôler, affiner ses sentiments s'il peut raisonner et utiliser ses capacités cognitives de façon optimale.

Les résultats obtenus ne sont directement mesurables ni par le coût ni par le nombre d'heures passées auprès de l'enfant, ni par le nombre de professionnels impliqués. Si vous faites d'un enfant qui au départ, ne peut pas communiquer un être capable de s'intégrer dans la société, comment évaluer le rendement de cet investissement ? La question du coût et des résultats est une question de valeur qui doit être discutée en tenant compte de ce qu'il adviendrait si cet investissement n'avait pas été fait. Quel est le coût pour la société de la prise en charge pendant toute sa vie d'un individu pour lequel rien n'aurait été fait ? Nous avons abondamment démontré que les enfants déficients peuvent être intégrés dans les écoles.

A l'Institut, les parents ne paient pas pour le diagnostic de leur enfant. Beaucoup font des dons volontaires mais il ne leur est rien demandé. Tous les services sont gratuits. Ce choix, essentiel pour l'Institut Feuerstein, tient à deux raisons, évidentes pour son fondateur : « Prendre de l'argent, cela veut dire choisir ceux qui peuvent payer. Et les autres ? Ce que nous faisons n'est pas facilement monnayable. Chez nous, l'évaluation d'un enfant peut durer de 40 à 80 heures, sa formation et son intégration peuvent prendre des années, qui pourrait payer le coût réel d'un tel investissement ?

Et, enfin, nous avons besoin de toute la confiance des parents. Ils doivent accepter de devenir nos partenaires actifs dans la prise en charge de leur enfant. S'ils pensent que nos paroles ou nos actes ont pour but de recevoir de l'argent ou d'attirer des clients, nous risquons de perdre leur confiance. »
Livre pour mieux comprendre le travail de l'institut Feuerstein : LE VOYAGE D'ANTON de Mariana Loupan aux Presses de la Renaissance
http:/www.icelp.org
http://www.javance.org/
Le programme vise à corriger les fonctions cognitives déficientes et à augmenter la capacité de réflexion de l'individu.
Pour les enfants d'âge préscolaire ou plus âgés mais d'un niveau de fonctionnement plus bas, l'équipe a préparé des évaluations et des instruments d'enrichissement qui correspondrait à un niveau de prélecture et qui tiendrait compte du peu de connaissances et d'expériences que cette population a de son environnement.
Les séances de ce programme devaient aussi pouvoir doter l'enfant de connaissances de base. En effet, sans un minimum de savoir, on ne peut pas faire d'opérations mentales


Les objectifs de ce programme sont :

1. L'accélération - Aujourd'hui, le monde est en perpétuel changement. L'enfant doit avoir un haut niveau d'adaptation à l'école ou dans sa vie en général. Il doit pouvoir se transformer en apprenant qui peut tirer parti de ses expériences et des interactions dans des situations variées. Nous devons donc l'aider à accélérer son processus de développement.

2. La prévention - Pourquoi attendre que l'enfant ait des problèmes ? Certains enfants présentent des risques de difficultés d'apprentissage dus à des facteurs endogènes ou exogènes qui peuvent être aggravés par un manque d'une médiation appropriée ou par une privation culturelle. Ce manque peut être dû à leur condition neurophysiologique ou à une insuffisance de disponibilité de leur environnement. Pourquoi ne pas lui donner des outils pour prévenir les problèmes ?

3. La remédiation - Il s'agit de remédier à des dysfonctionnements spécifiques, là où le développement a été entravé par les divers facteurs de risque. La remédiation est dirigée vers les secteurs d'apprentissage en retard en modulant l'intensité et avec des modalités spécifiques. Le PEI de base sert aussi à de jeunes adultes très en retard. Le PEI de BASE se compose actuellement d'une série de 10 instruments pour la plupart non verbaux pouvant être utilisés avec de jeunes enfants (à partir de 3 ans) ou des enfants ayant un bas niveau de performance.

Auparavant les personnes seront formées à la médiation, aux fonctions cognitives de base, à la carte cognitive, à la théorie de la modifiabilité de l'intelligence, à comment apprendre à apprendre... L'atelier comportera : les objectifs du programme et ses méthodes d'application ; les moyens de suivre le développement des fonctions cognitives de base ; les outils verbaux et conceptuels ; les concepts spatiaux et temporaux et activités de représentation ; les méthodes pour favoriser la réflexion sur soi et la motivation interne, et le développement de la sensation de l'enfant d'être un générateur d'information au lieu d'un reproducteur passif d'information ; la pratique de nouveaux instruments adaptés aux premières étapes du développement de l'enfant.
http://www.tomatis-group.com/

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi