Bettina Rheims : hors du monde dedans

Actualités, Coup de coeur, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Bettina Rheims : hors du monde dedans

Bettina Rheims : hors du monde dedans

Bettina Rheims, "Les détenues", Préface de Robert Badinter, textede  Nadeije Laneyrie-Dagen et de la photographe,. Editions Gallimard, 2018, 180 p., . Exposition Château de Vincennes du 9 février au 30 avril 2018.

Bettina Rheims : hors du monde dedans

Bettina Rheims : hors du monde dedans

Bettina Rheims,  a photographié dans quatre établissements pénitentiaires français pour femmes, ses  «Détenues». L’artiste prolonge en ces lieux son travail de représentation de la féminité. Elle prend donc un angle particulier et inattendu. Les femmes sont exposées hors de toute diégèse, devant une surface blanche afin d’effacer le contexte de la prison. La photographe a voulu redonner à ces femmes - privées de miroir dans leur cellule et souvent oubliées même de leur famille - une dignité sans voyeurisme ou jugement.

Les photos s’accompagnent d’un texte  ( «Fragments»). Il s’agit d’une forme de fiction à partir d’un journal de tournage faite d’une reprise des notes vocales que la créatrice enregistrait après chaque journée dans les prison et les séances de prises de vue.

 L'image cherche à reconstruire des vies défaites dont Bettina Rheims a pu connaître au moment des discussions préalables et pendant saisies bien des éléments. De l'ensemble émane une continuité douloureuse mais latente. Les femmes ne sont plus les battantes que souvent l'artiste a saisi jusque là : on se souvient de sa précédent série sur les Femen.

Par un minimalisme programmé une telle recherche fait écho à l'affirmation d'un manque, d'une incertitude d'être et d'avoir été. Bettina Rheims souligne une perte irrémédiable et de toujours comme si le vain déploiement des lignes des visages ne pouvait que suggérer le vide sur lequel vaque une sorte de silence  au nom d’une trajectoire où tout était inscrit afin d’aboutir presque irrémédiablement à de telles échéances pénitentiaires.  Ne restent que les ultimes lumières et  ombres.

 

 

Jpgp

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi