Better Juice, la start-up israélienne qui réduit l'effrayante teneur en sucre des jus de fruit

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Une start-up israélienne développe une technologie unique qui réduit la teneur en sucre des jus de fruit

Les ventes sur le marché des jus de fruits ont fortement chuté au cours de la dernière décennie en raison des préoccupations croissantes au sujet des niveaux de sucre et de la teneur élevée en calories des boissons. 

En fait, les jus de fruits peuvent contenir autant de sucre et de calories qu'une boisson gazeuse, selon une étude publiée en 2014 dans The Lancet, une revue médicale générale.

Au fil des ans, un nombre croissant d’études ont démontré un lien convaincant entre la consommation de sucre et les taux élevés d'obésité, de diabète de type II et d'autres problèmes de santé, ce qui a également contribué à modifier le comportement des consommateurs.

Bien que les jus de fruits contiennent également des vitamines et des minéraux essentiels à une alimentation saine, le problème est le manque de fibres alimentaires - un nutriment essentiel qui aide à retarder l'absorption du sucre et ajoute à la sensation de satiété - à la suite du processus de centrifugation.

La startup israélienne Better Juice, fondée en 2017, a cherché à résoudre ce problème en développant une technologie enzymatique unique qui réduit la teneur en calories et en sucre de tous les types de jus de fruits tout en augmentant la teneur en fibres. Pour couronner le tout, la société affirme qu'il n'y a aucun compromis sur le goût, la texture ou la valeur nutritionnelle.

Comment ça marche ?

L'idée a vu le jour fin  2017 lorsqu’Eran Blachinsky, expert en industrie alimentaire, a découvert un article scientifique sur la réduction du sucre rédigé par le professeur de microbiologie Roni Shapira de l'Université hébraïque de Jérusalem. " J'ai trouvé l'idée géniale, mais j'avais besoin de perfectionnement. J'ai donc contacté le Dr Shapira et, ensemble, nous avons mis au point la technologie Better Juice ", explique le Dr Blachinsky à NoCamels.

Avec le parrainage financier de l'incubateur The Kitchen FoodTech Hub de Strauss et le soutien de l'Université hébraïque de Rehovot, les experts israéliens ont mis au point une méthode selon laquelle " on exploite une activité enzymatique naturelle dans les micro-organismes non-OGM pour convertir une partie du fructose, du glucose et de la saccharose simples en fibres ".

L’équipe Better Juice de gauche à droite: Aviv Cohen, responsable R & D, Dr Eran Blachinsky, fondateur et directeur général, Roni Shapira, dirigeant scientifique principal, Rotem Cohen, chercheuse R & D et Elad Landau, chercheur R & D et responsable de laboratoire.

L’équipe Better Juice de gauche à droite: Aviv Cohen, responsable R & D, Dr Eran Blachinsky, fondateur et directeur général, Roni Shapira, dirigeant scientifique principal, Rotem Cohen, chercheuse R & D et Elad Landau, chercheur R & D et responsable de laboratoire.

"À l'heure actuelle, il n'existe aucune solution pour les produits sucrés naturels comme le jus ", affirme le Dr Blachinsky, qui occupe le poste de directeur général de Better Juice. "Il y a beaucoup d'autres alternatives à teneur réduite en sucre, mais elles sont synthétiques, comme Coca Cola ou Nestea qui ajoutent une alternative sucrée comme la stévia ou l'aspartame."

Le procédé Better Juice n'est pas fermentatif et n'ajoute ni n'élimine aucun ingrédient. L'activité enzymatique spécifique modifie la structure moléculaire des monosaccharides ("sucres simples") et des disaccharides (sucres doubles ou diholosides).

"Une à une, les molécules sont attachées l'une à l'autre et se transforment en fibres alimentaires, qui sont saines, par opposition aux liaisons initiales du saccharose ", explique le Dr Blachinsky.

De cette façon, le sucre contenu dans le jus d'orange a été réduit de 30 à 80% et bio-converti en fibres alimentaires lors de plusieurs essais portant sur différentes boissons, a déclaré Better Juice en octobre. La startup affirme avoir obtenu une preuve de concept avec le jus d'orange, mais que la technologie s'applique plus largement et à tous les types de sucre.

"Bien que le procédé réduise légèrement le goût sucré du jus ", a déclaré le Dr Blachinsky en octobre, " il fait ressortir davantage la saveur du fruit, ce qui en fait un produit plus savoureux dans l'ensemble ".

De plus, cela a un impact minime sur le coût final du jus, n'ajoutant que dix cents par litre au prix global.

"Nous offrons une solution à la baisse de la consommation de jus naturels dans le monde, ce qui est douloureux non seulement pour les fabricants, mais aussi pour les personnes qui veulent boire du jus, mais qui ne peuvent le faire à cause de leur taux de sucre ", dit-il.

Better Juice vise à commercialiser la technologie à l'échelle internationale, avec des fabricants clés de jus naturels aux États-Unis, dans l'Union européenne, en Chine, au Japon et au Brésil, entre autres, comme cibles principales.

"De grandes entreprises comme Coca-Cola et Givaudan [un fabricant suisse] nous ont contactés, nous sommes actuellement en pourparlers avec eux ", déclare le Dr Blachinsky à NoCamels.

Startups et entreprises israéliennes dans le domaine de la technologie sucrière

Better Juice est l'une des nombreuses start-ups et entreprises israéliennes qui, ces dernières années, ont développé des solutions pour réduire leur consommation de sucre.

Par exemple, la société israélienne de biotechnologie Amai Proteins, fondée en 2016, développe un substitut du sucre qui est digéré dans le tractus gastro-intestinal supérieur sans résistance à l'insuline.

DouxMatok, une startup qui a développé une solution brevetée de réduction du sucre, est une autre de ces initiatives. L'année dernière, DouxMatok a annoncé un partenariat avec la société allemande Südzucker, le plus grand producteur de sucre en Europe.

La startup israélienne Lampados International, quant à elle, a mis au point un édulcorant protéique végétal dissolvant qui ressemble à une petite meringue pour remplacer la poudre et les comprimés standard sur le marché des édulcorants pour table.

Unavoo a développé Heylo, un produit qui ressemble à un sachet de sucre ordinaire, mais qui est plutôt fait de stévia biologique et de fibres alimentaires naturelles.

Et pour aller plus loin, A1C Foods est une entreprise israélienne qui a mis au point une formule en instance de brevet pour abaisser l'indice glycémique des produits alimentaires afin de les rendre faibles en carbone, sains et sans édulcorants artificiels.

Source : nocamels.com

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi