Israël : pourquoi Benjamin Netanyahu est-il toujours aussi populaire

Actualités, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Israël : pourquoi Benjamin Netanyahu est-il toujours aussi populaire

"Il n'y aura rien, parce qu'il n'y a rien", a récemment répété le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en disant à ses partisans que malgré les allégations de corruption et les multiples enquêtes policières sur sa conduite, il est absolument irréprochable.

Suite aux appels des législateurs de l'opposition en faveur de sa démission en réponse à la recommandation de la police de cette semaine de l'inculper pour corruption et abus de confiance, Netanyahu a riposté, tweetant que " ces recommandations ont été formulées et ont fait l'objet de fuites avant même que les enquêtes commencent".

Dans le cadre de cet effort, lui et ses alliés du gouvernement sont passés à l'offensive, accusant les forces de l'ordre, les médias et la magistrature de conspirer contre lui.

"Netanyahou s'est construit au fil des ans une image de Mr Sécurité et, lorsqu'il s'agit d'élections, beaucoup de gens, surtout à droite, votent sur des questions de sécurité plutôt que sur des questions civiles comme l'économie ", a déclaré un éminent sondeur israélien qui a demandé à ne pas être nommé car cela pourrait nuire à son entreprise.

"Jusqu'à présent, les gens n'ont pas eu l'impression que la corruption les avait touchés personnellement, et pour persuader les gens, il faut leur montrer qu'ils sont touchés", explique le sondeur. "Disons qu'un maire d'une ville dirige bien une ville. Même s'il est reconnu coupable de corruption, ils pensent qu'il a fait progresser la ville et n’ont pas l'impression que sa corruption les a touchés personnellement."

Il y a eu plusieurs exemples d'un tel phénomène ces derniers temps. En octobre, lors du dernier tour des élections municipales en Israël, plusieurs candidats qui avaient été condamnés ou faisaient l'objet d'une enquête active ont été élus ou réélus à Haïfa, Netanya, Nazareth, Beer Yaakov, Hadera et au Conseil régional de Tamar.

Quant au premier ministre, il y a actuellement quatre enquêtes distinctes sur lui et son entourage, connues en Israël sous les noms « cas 1000, 2000, 3000 et 4000 ». A l'exception de l'affaire 3000, dans laquelle Netanyahou n'est pas actuellement suspecté, toutes les enquêtes se concentrent sur des allégations selon lesquelles le Premier ministre aurait fait des contreparties pour utiliser son influence en échange de cadeaux ou de faveurs personnelles.

pourquoi Benjamin Netanyahu est-il toujours aussi populaire

pourquoi Benjamin Netanyahu est-il toujours aussi populaire

Dans les affaires 2000 et 4000, il aurait offert des faveurs aux propriétaires des médias en échange d'une couverture plus favorable. C'est au sujet de l'affaire 4000 que la police a recommandé que Netanyahu soit inculpé plus tôt cette semaine. La police avait déjà recommandé des mises en accusation dans les affaires 1000 et 2000.

Malgré ses multiples scandales, cependant, la popularité du premier ministre est demeurée élevée et il conserve le soutien politique de sa base et d'une partie importante de l'électorat en général. Selon un sondage mené par Smith Consulting à la mi-novembre, le parti du Likoud de Netanyahou aurait reçu 29 mandats si des élections avaient eu lieu à ce moment-là. Ce n'est qu'un siège de moins que les 30 sièges que le Likoud détient actuellement à la Knesset.

De plus, 30% des personnes interrogées ont nommé Netanyahu comme le candidat le plus apte à occuper le poste de premier ministre, soit le double de l'appui accordé au candidat suivant ayant obtenu la note la plus élevée.

Selon l'Indice annuel de l'Institut israélien pour la démocratie, qui a été publié plus tôt cette semaine, 72 % des Israéliens ont indiqué qu'ils considèrent que le gouvernement est corrompu. Cela montre que les Israéliens sont " très alarmés et préoccupés par le niveau de corruption ", a déclaré le président de l'institut, Yohanan Plesner. "Cela indique un manque de confiance dans les motivations de nos personnalités publiques."

Toutefois, l'opinion populaire selon laquelle Israël est un pays corrompu est probablement moins le reflet d'une corruption générale que de la lutte menée avec succès par Israël contre la mauvaise conduite du gouvernement, a-t-il dit.

"La raison pour laquelle il y a une forte perception de la corruption est que nous avons des forces de l'ordre indépendantes qui interrogent et inculpent les politiciens, a dit M. Plesner, alors parfois les activités conçues pour lutter contre la corruption augmentent aussi la perception de la corruption.

Des affaires de corruption de haut niveau ont abouti à la condamnation d'un ancien président, Moshe Katsav, d'un ancien premier ministre, Ehud Olmert, et d'un ancien grand rabbin, Yona Metzger.

Selon Gidon Ariel, membre du comité central du Likoud, un fervent partisan de Netanyahu, une partie de la popularité durable du premier ministre est probablement due à la perception qu'a le public des médias.

"Si les médias semblent être contre quelque chose, nous serons pour. Cela peut sembler simpliste, mais c'est comme ça ", a dit Ariel. "Lorsque vous voyez tout ce que Netanyahu prétend être un succès, il est difficile de discuter, et le plus grand succès de la plupart des activistes du Likoud est qu'il réussit, il est toujours le Premier ministre."

Et bien qu'Ariel ait dit qu'il souhaitait que Nétanyahou s'incline davantage à droite sur certaines questions, dans l'ensemble, il a réussi à mettre en œuvre des politiques soutenues par une grande partie du centre droit.

Il a ajouté que de nombreux partisans de Netanyahu ne suivaient pas de près les scandales, les qualifiant de "bouteilles de sodas vides", faisant référence à des allégations selon lesquelles Sara, l'épouse de Netanyahu, aurait empoché illégalement des milliers de dollars en dépôts de bouteilles qui auraient dû aller dans les coffres du gouvernement. Plus tôt cette année, la première dame avait été inculpée pour avoir utilisé prétendument 100 000$ de fonds publics pour commander des plats à emporter dans des restaurants haut de gamme, alors qu’elle avait engagé un cuisinier aux frais du gouvernement.

Contrairement à d'autres pays occidentaux, la culture politique d'Israël n'est pas une culture dans laquelle "une telle allégation fait surface et tue la carrière politique ", a dit M. Plesner. Plus on s'éloigne vers la droite sur l'échiquier politique, dit-il, plus ils sont susceptibles de croire que les accusations de corruption font " partie d'une conspiration d'institutions chargées de l'application de la loi qui ont un ordre du jour".

"Si vous pensez que c'est un complot, cela affectera votre comportement politique, ce qui pourrait expliquer pourquoi Bibi utilise des explications de type "complot" vis-à-vis de la police", a déclaré le chef de l'Institut de la démocratie israélienne.

Tout le monde n’est pas heureux d’ignorer l’odeur de scandale et beaucoup ne peuvent séparer les accusations de la politiques de Netanyahu. Cette semaine, des membres de l'opposition et des experts ont déploré le fait que l'opération Bouclier Septentrional, qui vise les tunnels terroristes le long de la frontière israélo-libanaise, était un moyen pour Netanyahu de détourner le public des dernières allégations de corruption.

Ksenia Svetlova, députée membre du parti de opposition (Union Sioniste), a rappelé que Netanyahu, à la tête de l’opposition, avait appelé à la démission du Premier ministre, Ehud Olmert, à la suite de son propre scandale de corruption. Netanyahu a affirmé qu'Olmert ne pouvait assumer les fonctions de son bureau tout en assurant sa défense juridique.

En plus de son rôle de Premier ministre, M. Netanyahu a également pris en charge les portefeuilles des affaires étrangères et de la défense à un moment où sa conduite est sous surveillance.

«Le Premier ministre Netanyahu devrait suivre les conseils du chef de l’opposition Netanyahou et agir conformément à ce qu’il a lui-même déclaré», a plaisanté Svetlova.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi