Bat-Yam : les parents manifestent contre les abus dans les jardins d'enfants

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
mes enfants ont été maltraités dans des écoles maternelles privées

Les parents de Bat-Yam ont participé à la manifestation (7,7%) contre les abus horribles de jardins d'enfants privés qui ont été révélés au cours de l'année dans tout le pays.

Selon les organisateurs de la manifestation à travers le pays, face à l'impuissance des institutions étatiques chargées de résoudre le problème, des manifestations de masse ont eu  lieu aujourd'hui dans 25 centres du pays. À Bat Yam, il se déroule sur la promenade de la Riviera (rue Ben Gurion et au coin de Nordau).

"Le temps est venu de descendre dans la rue et de se battre pour la vie de nos enfants", ont déclaré les habitants. "Nous, membres de la communauté des" mères de Bat Yam ", avons décidé de cesser de garder le silence, de descendre dans la rue et d'exiger que l'État protège nos enfants."

Les organisateurs ont indiqué qu'ils souhaitaient avant tout superviser les garderies et les jardins d'enfants, octroyer une licence d'emploi pour les aides familiales, filmer dans des dortoirs et multiplier les punitions infligées par des gardiens abusifs et des professeurs de jardin d'enfants.

"Malheureusement, je suis mère de trois enfants et résidente de la ville. Deux d'entre eux ont été maltraités dans des écoles maternelles privées. Je suis maintenant fière que les parents de Bat Yam soient descendus dans la rue, car le moment est venu de changer.".

Hila Sisi, l’un des leaders de la lutte à Bat Yam,

Hila Sisi, l’un des leaders de la lutte à Bat Yam,

Hila Sisi, l’un des leaders de la lutte à Bat Yam, ajoute: "Nous sommes les parents pris entre le marteau et l’enclume, d'un côté nous souhaitons parler de certaines de ces choses aux responsables des crèches ou maternelles mais avec la crainte que nos enfants en pâtissent, alors nous gardons le silence"

Ahaz Agam, président du comité de parents des parcs nationaux et l'un des organisateurs de la manifestation, a ajouté:

"Les parents ne sont plus disposés à rester les bras croisés et ont décidé de passer à l'action et de descendre dans la rue. Nous ferons tout notre possible pour que les images de violence que nous avons vues ces dernières semaines provoquent un changement fondamental dans la perception qu'a l'État de la petite enfance.

Nous appelons tout le monde à quitter la maison et à montrer que nous sommes tous un front uni dont le but est de protéger nos enfants. "

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi