Auschwitz : une nouvelle exposition montre comment les prisonniers utilisaient la foi pour survivre

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Contre la désinformation, International, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Auschwitz : une nouvelle exposition montre comment les prisonniers utilisaient la foi pour survivre

Une nouvelle exposition à Auschwitz, intitulée "Through the Lens of Faith" (À travers le prisme de la foi), offre aux visiteurs une nouvelle perspective sur la manière dont la foi a joué un rôle dans la survie pendant l'Holocauste.

La nouvelle exposition est différente des autres parce qu'elle ne met pas l'accent sur la brutalité des nazis. Elle montre plutôt comment la foi a aidé les victimes et les survivants à persévérer.

C’est le Amud Aish Memorial Museum de New York qui a organisé la nouvelle exposition et le public pourra la visiter jusqu'en 2020. Cela coïncidera avec le 75e anniversaire de la libération du camp de la mort par l'Armée rouge.

L'architecte Daniel Libeskind, qui a participé à la conception de l'exposition, a utilisé des motifs répétitifs de panneaux - symbolisant les rayures de l'uniforme de la prison - pour exprimer l'incarcération. L'extérieur est fait de verre noir réfléchissant pour évoquer la liberté physique et spirituelle.

Une salle du Amud Aish Memorial Museum de New York

Une salle du Amud Aish Memorial Museum de New York

"Nous ne pouvons pas comprendre les millions de personnes qui ont été assassinées pendant l'Holocauste, mais nous pouvons comprendre l'histoire d'une personne. Cette exposition met en lumière les histoires des survivants, tout en intégrant leurs récits intimes dans le contexte du camp et de la vie contemporaine ", dit Libeskind.

Vingt et un panneaux bordent chaque côté de l'exposition. Le conservateur en chef du Amud Aish Memorial Museum a interviewé 21 survivants d'Auschwitz-Birkenau et a inscrit leurs expériences et leurs portraits sur les panneaux en acier.

Les nouveaux portraits de 18 survivants juifs, deux Polonais et un Sinté, ont été pris pendant trois ans dans la maison de chaque survivant. Depuis que les photographies ont été prises, deux des survivants sont décédés, mais leurs familles savent que leurs histoires vivront à travers leurs souvenirs.

Le rabbin Sholom Friedmann, directeur du Amud Aish Memorial Museum, a dit : "La foi a permis à ces victimes de persévérer malgré l'enfer auquel elles ont été soumises."

L'exposition est parrainée en partie par le philanthrope juif russe Viktor Vekselberg, président du conseil d'administration du Jewish Museum and Tolerance Center à Moscou, qui a perdu 16 membres de sa famille pendant l'Holocauste.

Source : Jpost

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi