Au cœur du rituel et de la cuisine juive, les céréales anciennes

Actualités, Fêtes, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Au cœur du rituel et de la cuisine juive, les céréales anciennes

Les céréales anciennes pourraient bien être à l’origine de toutes les tendances alimentaires actuelles.

Cette collection de graines entières nutritives comprend l'orge, le kamut (ou blé de Khorasan, qui tient son nom de la région Khorasan, au nord-est de l'Iran), le millet, le teff (céréale originaire d’Afrique, et plus particulièrement d’Éthiopie), l'avoine, le freekeh (céréale peu connue, que l’on surnomme «blé vert» puisqu’elle est récoltée très tôt dans les champs. Elle contient moins de gluten et davantage de protéines, de fibres et de minéraux qu’un blé mature), le boulgour, le sorgo (plante herbacée originaire d’Afrique qui est la cinquième céréale mondiale, après le maïs, le riz, le blé et l'orge) , le sarrasin, l'amarante (originaire des régions tempérées et tropicales, cultivée comme plante potagère, pour ses feuilles comestibles à la manière des épinards ou pour ses graines), le quinoa, le chia (originaire du Mexique, dont les graines ont attiré l'attention des nutritionnistes pour leur valeur nutritionnelle) et le farro (originaire d’Italie, groupe de trois espèces de blé : l'épeautre, l'amidonnier et l'engrain, ou petit épeautre)

Taboulé de quinoa

Taboulé de quinoa

Et juste pour rendre le lien juif encore plus clair, toutes sauf le teff, le quinoa, l'amarante et la chia sont originaires du Croissant Fertile, qui abritait les premiers Juifs - aujourd'hui le Liban, la Syrie, la Turquie, l’Irak, l’Iran, Israël, la Jordanie et l’Egypte . Ces graines sont considérées comme «anciennes» non seulement parce qu'elles existent depuis longtemps, mais aussi parce que leur structure, leur goût et leur apparence de base sont restées les mêmes depuis qu'elles ont été développés par les premiers agriculteurs.

En fait, plusieurs céréales anciennes sont mentionnées dans la Bible hébraïque. Le farro est l'une des premières mentions, et si vous avez déjà lu le prophète Ezekiel (4: 9), vous connaissez probablement la recette que D.ieu lui donne pour le pain: «le blé et l'orge, les haricots et les lentilles, le millet et l'épeautre ". Dans le Deutéronome, la Terre Promise est décrite comme foisonnante de "blé, orge, figues, vignes (raisins), huile (olives), grenades et miel (de dattes) - les sept espèces dont nous célébrons les premiers fruits à Tu Bishvat.

Pour ces raisons, les céréales anciennes ont toujours été au centre du rituel et de la cuisine juive. La première offrande annuelle d'orge, par exemple, est célébrée à Shavuot, lorsque la récolte d'orge a pris fin et que les premières graines de saison étaient finalement prêtes à être consommées.

Source : myjewishlearning

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi