Artiste juive : Zoya Cherkassky, Pravda Israel Museum

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Zoya Cherkassky, "Pravda" Israel Museum,

D'ici et de là-bas, aujourd'hui et hier

Zoya Cherkassky, "Pravda" Israel Museum,

Née à Kiev, la peintre Zoya Cherkassky arriva en Israel avec sa famille dans les annes 90 durant l'émigration des familles juives qui quittèrent l'URSS. Ses peintures à l'huile raconte l'expérience des nouveaux immigrants russes.

Zoya Cherkassky, "Pravda" Israel Museum,

Zoya Cherkassky, "Pravda" Israel Museum,

Elles montrent entre autres ce que les jeunes arrivantes subirent parfois ainsi que les problèmes qu'elles connurent avec des religieux dans la confrontation de deux cultures. Ce qui parfois souligne certains dysfonctionnement de la société israélienne où l'accueil n'était pas forcément celui espéré.

Zoya Cherkassky, cofonda la groupe "New Barbizon" avec d'autres femmes artistes issues comme elle de l'Union Soviétique. Et leurs images créèrent des débats sur le harassement sexuel et certains stéréotypes. En reprenant pour son exposition le titre du grand journal russe Pravda (La Vérité) elle montre que cela cache ailleurs comme ici.

L'artiste se moque tout autant de certains des immigrants de son propre pays - surtout les Ultra-Orthodoxes où dans un de ses tableaux ils pratiquent la circoncision (pas forcément communes dans certaines communautés juives de Russie) pour dénoncer le trauma de leurs "patients". Mais le tout avec un humour parfois ravageur et sans fards..

La créatrice  montre aussi - par exemple dans son diptyque "Friday in the Projects" -  la pauvreté de certains israéliens, les différences sociales et la violence d'un monde. soumis à ce qui l'entoure :les attaques de missiles par exemple.La vision est faite pour dénoncer certains mensonges mais aussi les risques dans un pays soumis aux affres d'un enfer. Il est d'autant douloureux chez ceux qui sont venus en espérant n eden. Mais la paix de l'âme a un prix. L'artiste ne le cache pas mais c'est afin de poursuivre un combat pour une paix intérieure et extérieure et la lumière.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi