Artiste juive : Yehudit Sasportas : forêt des signes

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Yehudit Sasportas : forêt des signes Yehudit Sasportas, "Liquid Desert", Sommer Gallery, Tel-Aviv, 2020-2021.

Yehudit Sasportas : forêt des signes
Yehudit Sasportas, "Liquid Desert", Sommer Gallery, Tel-Aviv, 2020-2021.

 

Née en 1969 àAshdod en Israël, la créatrice vit à  Berlin art Tel Aviv . Elle est aussi professeur à la Bezalel Academy for Art and Design à Jerusalem. Elle développe une oeuvre d'envergure à travers de multiples médiums (vidéo, dessin, sculptures, photos).

 

Dans ses premiers travaux et installations-  ("Arisa"  et "Trash-Can Scale" (À l'échelle d'une poubelle) -  elle  réalisa des sculptures en trompe-l'œil. Elle a créé diverses installations en combinant la sculpture et le dessin. Et depuis la décennie 2000, elle inclut dans son travail des évocations de la nature, essentiellement des images d'arbres selon des dimensions aussi concrètes ou métaphoriques.

 

La créatrice rappelle que les arbres restent les fidèles piliers témoins d'un temps qui voudrait échapper à l'Apocalypse brutal. Il s'agit de chercher comment les images pourraient réinventer une forme de vie dans l'appel à une tendresse et une harmonie globale.

 

Une telle approche en inventant de nouveaux "contrats" crée des interactions qui remodèleraient le monde en arbre de vie au sein d'une "écologie dernière" (Jean-Claude Pinson). L'image fait comprendre la  puissance du végétal  selon une pastorale inédite.

 

En écho implicite à Thoreau et autres bucoliques, la forêt devient le lieu où le réel revient désirable et vivable pour lutter contre la détérioration de la planète par ceux qui s'en estiment les propriétaires.

L'humanité a peut-être encore une chance. Et l'art doit y contribuer. L'arbre s'accorde à une nature première.

Et pour que le monde continue à être habitable, la créatrice "joue" avec les arbres dans la  puissance vibratoire de ses oeuvres. Il faut se laisser happer par une contemplation lente et patiente de prises au noir qui restent d’une beauté poétique inépuisable.

 

JPGP

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi