Artiste juive : Dana Zaltzman exercices de légèreté

Actualités, Culture, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Dana Zaltzman artiste peintre juive et israélienne

Dana Zaltzman : exercices de légèreté

Par une approche souvent de la métaphore réaliste, Dana Zaltzman se rapproche d’une forme pure qui  exprime de la vie la volonté d’instruire sa légèreté – à l’exception peut-être des autoportraits plus graves. Ailleurs  une quintessence  ailées s’expriment là où les mouvements émotifs s’effacent ou du moins se transforment par l’effet du réel métaphorique (les plumes, la balance, etc.).

La peinture devient la forme idéale pour emporter le corps loin de sa « matière » :  ne demeurent que des ondulations parfois lascives de plumes. Et l’artiste joue toujours sur les mêmes vibrations dans ce retrait  vers l’ineffable.

Dana Zaltzman : exercices de légèreté

Dana Zaltzman : exercices de légèreté

Dana Zaltzman refuse de faire vibrer l'écume le simple désordre émotif des mouvements du corps. Elle s'en tient à l'écart, en un lieu plus profond, là où au portrait est préféré le symbole.

Le sentimentalisme semble toujours hors de propos comme s’il risquait de gâcher l’équilibre qu’il faut préserver le tout dans une mouvement que la créatrice israélienne reprend à Beckett  : "Il faut continuer, je dois continuer, je ne peux pas continuer, il faut continuer" (L’Innommable). Elle devient la rège existentielle et esthétique comme imposée à la créatrice.

Dana Zaltzman : exercices de légèreté

Dana Zaltzman : exercices de légèreté

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi