Artiste juive : Annie Leibovitz , au nom de la vie

Actualités, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Annie Leibovitz : au nom de la vie   "Annie Leibovitz. Nature morte", Hauser & Wirth, New York, exposition en ligne, juin 2020.

Annie Leibovitz : au nom de la vie

"Annie Leibovitz. Nature morte", Hauser & Wirth, New York, exposition en ligne, juin 2020.

La photographe américaine Annie Leibovitz crée une nouvelle édition caritative de sa dernière série pour soutenir les efforts de secours de COVID-19, Black Lives Matter et Equal Justice Initiative. Cette édition coïncide avec son exposition en ligne «Still Life», inaugurée le 8 juin.Dans le cadre de l’initiative "#artforbetter de Hauser & Wirth" et pour appuyer la lutte pour démanteler le racisme systémique et la brutalité policière en Amérique, l'ouvrage comprend une grille de photographies prises par la photographe pendant le confinement aux USA.

Annie Leibovitz : au nom de la vie   "Annie Leibovitz. Nature morte", Hauser & Wirth, New York, exposition en ligne, juin 2020.

Annie Leibovitz : au nom de la vie
 
"Annie Leibovitz. Nature morte", Hauser & Wirth, New York, exposition en ligne, juin 2020.

L’exposition en ligne explore l’importance du sentiment d’appartenance. Il comprend des images d’un projet réalisé par l’artiste avant la pandémie du coronavirus et des photographies récentes prises pendant le confinement. S'y mélangent portraits et photojournalisme avec humanisme et humour.Annie Leibovitz explore des lieux habités par des "modèles" qui comptent pour elle : "J’ai voyagé seule dans des endroits qui m’intéressaient". Les lieux restent vides, n'y demeurent que des maisons, des paysages et des objets qui appartenaient aux disparus chéris par la créatrice.

Se découvrent les fleurs pressées de l’herbier d’Emily Dickinson, la surface usée du bureau de Virginia Woolf, des spéciméns d'oiseaux préservés par Darwin, le squelette de serpent à sonnettes exposé sous verre sur sa table basse et près de la maison de O’Keeffe.

Près de sa maison elle photographie la petite colline rouge qui apparaissait si souvent comme un symbole monumental du sud-ouest américain dans les peintures de O’Keeffe.

Elle a photographié aussi pour ce projet les paysages de sa maison dans le nord de l’État de New York, où elle vécut le confinement. Tout cela donne un prolongement original à son oeuvre. Leibovitz ne propose pas le théâtre du monde mais son double. A ce titre elle n’a cessé de répondre à l’injonction de Robert Bresson : « Emmenez moi loin de l’intelligence qui complique tout". Mais de fait son oeuvre reste un fantastique éveil pour l'esprit.

JPGP

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi