Artiste juif : L'abomination nazie par Luc Mary-Sabine

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
L'abomination nazie par Luc Mary-Sabine

L'abomination nazie par Luc Mary-Sabine

Luc Mary-Sabine, "Snapshots", War Heritage Institute, jusqu'à fin mars 2021., 

"Ce n’était pas un devoir de mémoire, c’était un travail de deuil. De camp en camp, je voulais éprouver physiquement le vide, l’absence, entendre les échos du silence, ce silence “bruyant du cri innombrable” et traduire mon deuil dans le mode d’expression qui est le mien" écrit Luc Mary-Sabine.

Pendant une dizaine d’années, il est allé de camp en camp, de ghetto en ghetto pour photographier les barbelés, miradors, tables de dissection, crématoires, chambres à gaz.

Les Juifs que les nazis n’avaient pas fusillés au bord d’une fosse commune ni gazés au sortir des wagons, les résistants, les communistes, les sociaux-démocrates allemands et autrichiens, les témoins de Jehovah, l’intelligentsia polonaise connurent là le pire et l'impensable.

Ces photos raniment l'horreur de l'extermination.

Parfois  il n’y a plus rien à voir, car les nazis ont effacé leurs crimes et détruit eux-mêmes leurs installations d’extermination, néanmoins le photographe sait rappeler par ses prises tout ce qui reste de la monstruosité organisée.

Un morceau de voie ferrée, un monticule de cendres, l’emplacement de fosses - où la terre rejette encore aujourd’hui des fragments d’os et des boutons de vêtements - rappelle ce qui reste le tangible de ce qui s'est accompli par la haine en de tels lieux où remontent des gouffres d'ombres.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi