Après sa démission l'ex ministre libanais se dit prêt redevenir premier ministre

Actualités, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Après sa démission, Hariri se dit prêt à redevenir Premier ministre libanais

Après sa démission, Hariri se dit prêt à redevenir Premier ministre libanais

Saad al-Hariri veut diriger le nouveau cabinet après des manifestations anti-gouvernementales sans précédent, selon un haut responsable

Saad al-Hariri est prêt à revenir au poste de Premier ministre d'un nouveau gouvernement libanais, a déclaré un haut responsable connaissant bien sa pensée, à condition qu'il inclue des technocrates et puisse rapidement mettre en œuvre des réformes pour éviter l'effondrement économique.

La démission de M. Hariri mardi a laissé un vide politique en cette période de crise aiguë. Des réformes s'imposaient d'urgence pour éviter des problèmes financiers encore plus graves dans l'un des États les plus lourdement endettés au monde.

Après que deux semaines de manifestations anti-gouvernementales se soient largement estompées après l'annonce de M. Hariri, les principales routes du Liban ont rouvert leurs portes mercredi, alors que les forces de sécurité cherchaient à rétablir un semblant de normalité.

Les banques sont restées fermées pendant onze jours mais l’Association des banques libanaises a indiqué qu’elles reprendraient leurs activités normales et recevraient des clients vendredi.

Hariri a démissionné après des manifestations massives contre l'élite politique, accusée par des manifestants de surveiller la corruption généralisée de l'Etat, affirmant qu'il s'était engagé dans une "impasse" pour tenter de résoudre la crise.

Le haut responsable, qui a refusé d'être identifié, a déclaré que tout nouveau cabinet dirigé par Hariri ne devrait pas inclure un groupe de politiciens de premier plan qui faisaient partie du gouvernement de coalition sortant, sans les nommer.

Le cabinet comprenait de hauts représentants de la plupart des partis sectaires libanais, dont le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, du Mouvement chrétien patriotique libre, une cible importante des manifestants.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi