Après rénovation, la synagogue de Bahreïn a été dévoilée au public

Actualités, Antisémitisme/Racisme, International, Israël, Judaïsme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Après rénovation, la synagogue de Bahreïn a été dévoilée au public

Au cœur du vieux quartier de capitale Manama, près du marché local, se trouve la synagogue de la minuscule communauté juive de Bahreïn qui est fermée presque toute l'année. Ce matin (mercredi), elle a été ouverte par des Juifs et des responsables américains, parmi eux l'envoyé américain au Moyen-Orient, Jason Greenblatt.

Greenblatt, qui a pris part à la prière du matin dans la synagogue a déclaré : "C’était une occasion fabuleuse  ce matin de prier dans la synagogue la Bahreïn. J'ai prié pour deux choses - pour ma famille, qui me manque tant, et bien sûr pour la paix - un exemple d’avenir que nous pouvons tous construire ensemble".

Contrairement aux autres pays arabes, la famille royale Al-Khalifa, qui dirige le pays depuis des décennies, respecte la petite communauté juive. Mais aucun signe extérieur n'annonce l'essence du bâtiment blanc. Les résidents locaux ne savaient pas non plus ce que c'était, et se rendre sur place n’a pas été facile.

La prière ce matin, à la synagogue de Bahreïn

La prière ce matin, à la synagogue de Bahreïn

La structure blanche, la synagogue, est intacte depuis de nombreuses années. Hier, quelques heures avant la conférence et avec l’approbation du ministre des Affaires étrangères bahreïnien, les journalistes israéliens arrivés à Bahreïn ont pu pénétrer dans le bâtiment inauguré cette année à Pourim. Leur cœur s’est serré à la vue d’une lampe prenant la place d'un Sefer Torah dans l'arche sacrée. Ils ont été tristes d'entendre que même à Yom Kippour, il n'y avait aucune prière ici.

Selon le décompte accepté, seuls 37 Juifs vivent à Bahreïn. Ils sont fiers de leur identité juive et au moins également fidèles au roi. Le même roi qui a nommé au cours de la dernière décennie un membre de la communauté, Houda Nonoo, ambassadrice de Bahreïn à Washington et Nancy Kadouri, au poste de parlementaire locale.

En tant que tels, les Juifs essaient d'éviter de mettre en avant leur identité. Peut-être ne pourront-ils se tenir fièrement debout qu'une fois la paix officielle et totale établie entre Israël et le Bahreïn. Ensuite, ils reviendront peut-être à la synagogue.

Source : Israel HaYom

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi