Antisémitisme : un adolescent reçoit des insultes antisémites de son patron et porte plainte

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
antisémitisme au Maurizio's Pizzeria & Italian Ristorante d'Eatontown

Des insultes antisémites de son patron envoyées sur son smartphone

Un adolescent livreur de  pizza dans le New Jersey a déclaré que son manager lui avait envoyé des blagues antisémites sur son téléphone juste après lui avoir demandé la soiré pour célébrer le jour de l'an juif , Rosh Hashana, selon le procès intenté au propriétaire de la pizzeria.

antisémitisme au Maurizio's Pizzeria & Italian Ristorante d'Eatontown

antisémitisme au Maurizio's Pizzeria & Italian Ristorante d'Eatontown

Nicholas Bogan, 17 ans, a commencé à travailler à temps partiel à  Maurizio's Pizzeria & Italian Ristorante d'Eatontown le 20 septembre et un peu plus d'une semaine plus tard, il a demandé à ne pas travailler pour la première nuit de Rosh Hashanah, ce qui a incité son manager, Francesco Scotto Di Rinaldi, à envoyer une série de des messages offensants et antisémites..

Dans les échanges de messages, l'adolescent envoie un message à son manager, Di Rinaldi et à deux autres livreurs le 28 septembre: "Je célèbre la fête juive demain soir je ne pourrais donc pas venir travailler ", capture d'écran des messages inclus dans le dossier.

"Fuck le juif", a répondu Di Rinaldi,"Mettez-les en feu (emoji de feu) / Comme hitler a essayé de le faire / Il avait raison."

Le lycéen a tenté de «désamorcer la situation tendue et d'éviter de contrarier l'accusé Di Rinaldi», en répondant par trois émojis qui pleuraient et riaient, selon les documents judiciaires.

Mais Di Rinaldi a redoublé ses messages en répondant  «Je suis sérieux, je ne peux pas les supporter / comme les Indiens aussi / Pourquoi célébrez-vous des fêtes juives ? Vous avez tort vous êtes né en Amérique, donc vous n'êtes pas Américain  »

L'adolescent n'est jamais retourné travailler à la pizzeria parce qu'il était "profondément secoué et ne se sentait pas en sécurité de revenir", selon les informations judiciaires.

Son avocat, Armen McOmber, a déclaré que malgré le fait que Bogan ne soit pas retourné à son travail  sans fournir d'explication, personne de la pizzeria n'a jamais appelé pour voir ce qui s'était passé ou pour s'excuser.

Bogan  a déclaré "Je pensais qu'il  plaisantait et après qu'il a insisté pour dire qu'il était sérieux, cela m'a fait du mal."

"J'ai été choqué et bouleversé en même temps", a déclaré l'adolescent.

Bogan a également déclaré : "Nous avons su assez rapidement que je n'allais pas y retourner parce que je ne voulais pas travailler avec quelqu'un qui pouvait faire de tels  commentaires"

"Bogan a souffert d'une angoisse mentale et d'un stress sévère en raison du fait que les propos de l'accusé Di Rinaldi ont été faits à un moment où la violence antisémite connaît une résurgence inquiétante dans le monde entier", indiquent les documents judiciaires.

«De nos jours, les gens sont vraiment violents. En me disant ça je ne savais pas de quoi il était capable de faire », a déclaré Bogan. "Je me suis sentis menacé par ses commentaires."
" Ce qui m'a inquiété c'est qu'il s'est senti libre de les dire sans crainte de sanctions "

«Il y a tellement d'antisémitisme qu'il se sentait  le droit d'avoir des  opinions antisémites, et qu'il avait également le "droit" de les partager ouvertement. C'est ce qui est  épouvantable et troublant dans cette affaire », a ajouté l'avocat.

"Il se sentait libre de pouvoir faire référence à l'Holocauste", a déclaré McOmber. "Qui ferait ça?"

L' avocat du restaurant et Di Rinaldi n'ont pas renvoyé immédiatement une demande de commentaire.

Contacté par téléphone, Di Rinaldi a refusé de commenter.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi