Wladyslaw Strzeminski, ses élèves, Andrzej Wajda et ma famille à Lodz.

Antisémitisme/Racisme, Artistes, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Strzeminski Wladyslaw portrait

 

Strzeminski Wladyslaw portrait

Strzeminski Wladyslaw portrai

Wladyslaw Strzeminski, ses élèves, Andrzej Wajda et ma famille à Lodz.

 

Wladyslaw Strzeminski est né le 21 novembre à Minsk en 1893 d’une famille de la petite noblesse polonaise.

Mon arrière grand – père (Yezekiel Zolty) travaillait dans la Voïvodie de Piotrkow Tribunalsky comme régisseur d’une exploitation agricole appartenant à une noblesse polonaise installée en Russie Blanche qui appartenait à la Lituanie.
Aussi, nous constatons à Lodz, la présence de Litvaks (Juifs Lituanien ) qui se rendaient à la Synagogue de Lituanie :

Photo de la Synagogue de Lituanie 2

Photo de la Synagogue de Lituanie

En 1921, le couple Strzeminski s’installe en Pologne afin de pouvoir développer son Art Artistique librement à Vilnius. En 1924, ils s’installent à Szczerkociny dans la région de Kielce.

Pendant l’été 1926, il s’installe avec sa femme près de Lodz, où il enseigne le dessin au Collège des Sciences Humaines Stryjkowski. Il travaille avec Jacob Epstein pour la maison du sculpteur. En 1927, il expose à la galerie d’Art de Lodz.

Le 15 février 1931 a lieu l’ouverture de la Salle de la « Collection Internationale d’Art Moderne » au Musée de Lodz, c’est la deuxième collection d’art abstrait ouverte au public en Europe. Il réalise une série de paysages à Lodz où il habite.

En 1932, il reçois le prix de la ville de Lodz.

En mai 1933, la revue Forma est publiée, elle est l’organe de l’Association des Artistes Plasticiens de Lodz : c’est une revue d’Art d’Avant – Garde en Pologne, Strzeminski y publie des articles. L’artiste organise en 1934 une exposition de ses étudiants « Typographie fonctionnelle » à l’Institut de Promotion de l’Art à Lodz.

En septembre 1939, les nazis envahissent la Pologne et le magazine Forma est détruit. Les Strzeminski partent pour Wilejka en Biélorussie qui est à son tour envahie par l’Armée Rouge. Strzeminski réalise la décoration du 1er mai pour Wilejka et retourne avec sa famille à Lodz qui est occupée par les Nazis.

Installée chez des amis, le peintre va essayer de cacher ses œuvres dans une cave, les sculptures de sa femme sont quasiment toutes détruites. Strzeminski produit une série de dessins sur le ghetto de Lodz.

En 1941 , dans le Journal de Guerre Litzmannstadter Zeitung, « les œuvres de Strzeminski ainsi que la collection Internationale d’Art Moderne « sont taxées « d’art dégnéré ».

Après la guerre, les Strzeminski récupèrent leur appartement et Wladyslaw fonde une école d’Art à Lodz pour le dessin industriel et les arts appliqués.

En automne 1945, il demande à reprendre la nationalité polonaise, car pour se protéger, il avait opter pour la nationalité Russe, en décembre sa requête est acceptée et participe à la première exposition d’après-guerre de Lodz, ses dernières séries d’œuvres sont consacrées à « Mes Amis les Juifs » : essentiellement des photographies, des dessins et des poèmes concernant le Ghetto de Lodz, il donne toue ses œuvres au Musée de Lodz dans un premier temps. En février 1947, une exposition de ses œuvres sur la Shoah est organisée.

En 1948, le directeur du Musée de Lodz, Maria Minich, commande à Strezeminiski la décoration d’une Salle : Strzeminski réalise au 2ème étage la Salle « Néo-Plastique ».

Professeur, Conférencier et chef du Département des Arts Architectoniques, Wladyslaw participe à plusieurs congrès mais en 1950, Wlodzimierz Sokorski (Ministre de la Culture) destitue définitivement Wladyslaw Strzeminiski de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Plastiques de Lodz.

L’artiste continue à se battre contre cette période stalinienne (1948 – 1956 ) de la Pologne socialiste, sa Salle « Neo – Plastique » est repeinte !

Ce visionnaire de l’Unisme désavoué par le régime, exerce le métier d’étalagiste, dans les magasins de la Ville de Lodz, donne des cours du soir dans un collège technique.
En 1952, son manuscrit portant sur la « Théorie de la Vison » est détruit. I
l meurt de tuberculose le 26 décembre 1952 à l’hôpital de Lodz.

Il est enterré au Cimetière ancien de Lodz. En 1987, son nom est donné à l’Ecole nationale supérieure des arts plastiques de Lodz, aujourd’hui Académie Strzeminski des Beaux Arts. La plus grande collection de peintures de cet artiste se trouve au Musée Sztuki de Lodz.1.

3- {Photo de l’Académie Strezminiski des Beaux Arts}

.2. http://msl.org.pl/en/museum.html

Aaron Zolty (Né à Lodz , rescapé d’Auschwitz)

Aaron Zolty né en août 1926 à Lodz où son père Szalma (frère de mon David Zolty : mon grand-père) avait une boutique de tailleur. Aaron et sa famille vont se retrouver dans le ghetto de Lodz établi le 8 février 1940.

3. https://collections.ushmm.org/search/catalog/pa1163522

Devant la Maison Blanche de Blankenese-Hambourg où posent des enfants, nous trouvons la vie du cousin Aron Zolty décrivant le Ghetto de Lodz et tout comme l’artiste Wladyslaw Strzeminski vont dénoncer l’Univers Concentrationnaire des Camps de la Mort qu’a connu Aron Zolty. Wladyslaw Strzeminski réalisa divers travaux : la Série A mes Amis les Juifs reviendra à son étudiante Judyta (Jehudith) Sobel (5) née à Lwov en 1924, décédée à New York en 2012. Judytas Sobel , élève de Wlasdyslaw Strzeminski, émigra en Israël en exposant ses œuvres dans le monde entier : en 1956, elle présenta seule ses œuvres au Musée Juif de New York. Voici l’une des œuvres de cette artiste ou nous trouvons le travail de son œuvre :

 

Oeuvre de Judith Sobel

Oeuvre de Judith Sobel

Judith Sobel – City Scene, 1954.

Une autre des ses élèves rescapée du Ghetto de Varosvie et des Camps de la Mort fut l’élève de Wladyslaw Strezminski à l’école supérieure des Arts Plastiques de Lodz de 1945 à 1950 : Holina Olomucka s’installa en Israël en 1972 pour vivre à Ashkelon , elle décéda en 2007. Comme pour Judyta Sobel – Cuker, elle fut une grande peintre comme en témoigne ce chef d’œuvre en mémoire à la Shoah :

Oeuvre de Halina Olomucki 6

Oeuvre de Halina Olomucki

La réputation artistique de Wladyslaw Strzeminski et la persécution des Juifs dans les Camps de la Mort seront reconnus en Europe dans les Annéees 1960.

J’ai voulu rendre hommage à Wladyslaw Strzeminski, ses élèves,  Andrzej Wajda (Ancien Etudiant de l’Ecole du Cinéma de Lodz – décédé en octobre 2016) –

et à mon arrière grand – père (fusillé en 1939 à Czestochowa parce que Juif) et à Mr Marc Chagall qui connaissait ce peintre méconnu du grand public, toujours aujourd’hui.

Marc_Chagall_1967

Marc Chagall dans sa maison à Saint Paul de Vance en 1967.

 

Cet article consacré au travail du peintre Strezminiski veut évoquer  la bravoure d’Andrzej Wajda dans la Résistance Polonaise comme l’ont été un certains nombre de Juifs qui était dans l’Organisation Juive de Combat :
Andrzej Wajda avait rejoint en 1942 la Résistance Polonaise, son père (Officier d’Armée) a été assassinée en 1940 par les Soviétiques lors du massacre de Katyn que connurent beaucoup de juifs.

Le film « Les fleurs bleues » d’Andrezej Wajda dans les Salles à Paris le 22 février 2017, honore le peintre Wladyslaw Strezminski qui était sensible aux conditions de vies des Juifs du Ghetto de Lodz où un grand nombre de ma famille (Zolty) périrent. Ce qui m’a incité à écrire cet article s’explique que cette année  le sujet et thème choisi pour le Festival des Cultures Juives à Paris (Juin 2017) est le Rêve. Dans la Peinture et la Vie de Wladyslaw Strezminski , le Rêve reste présent comme dans les œuvres de Marc Chagall qui côtoyait Mr Strezminski.

oeuvre de Strezminski

Oeuvre de Strezminsk  Paysage de Lodz de Strzeminski en 1932.

Par Franck d’Almeida- (Zolty) Le jeudi 15 juin 2017.

Scène polonaise – écrits d’artistes – Wladislaw Strzeminski aux Editions d’Ecole Nationale Supérieure des Beaux – Arts.

 1- https://nekropole.info/fr/Wladyslaw-Strzeminski

2 http://msl.org.pl/en/museum.html

3 https://collections.ushmm.org/search/catalog/pa1163522

Le peintre qui s'opposa à la dictature soviétique

Les fleurs bleues’

Andrzej Wajda décédé le 9 octobre 2016, ce dernier a réalisé son “tout dernier film” en rendant hommage à Waldyslaw Strzeminski dans le film sorti dans les salles en février 2017 : Powidoki (Les fleurs bleus) ; travaillant l’Abstrait : Waldyslaw Stzreminski nous fait rentrer dans le Rêve, thème choisi cette année pour le Festival des Cultures Juives qui a lieu en ce moment...

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi