Italie: décès de l'ancien caporal SS Michael Seifert, "le bourreau de Bolzano"

Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

ROME - L'ancien caporal SS Michael Seifert, surnommé "le bourreau de Bolzano", est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l'hôpital de Caserta (sud) à l'âge de 86 ans, a annoncé samedi la presse italienne, citant son avocat.

Cet ancien criminel de guerre d'origine ukrainienne avait commandé le camp de transit de prisonniers de Bolzano (nord de Italie), de juin 1944 à avril 1945. Il avait été définitivement condamné en 2002 par la justice italienne à la prison à vie pour le meurtre de onze prisonniers et la torture d'autres internés.

Il était incarcéré à la prison militaire de Santa Maria Capua Vetere à Caserta depuis le 16 février 2008, après avoir été extradé par le Canada où il vivait depuis 1951.

Seifert a toujours nié avoir commis les crimes pour lesquels il a été condamné.

"Il faisait le tour du camp avec un fouet, frappant tout le monde, criant comme un fou, il parlait toujours allemand", avait raconté en 2008 à la presse un célèbre présentateur de la télévision italienne, Mike Bongiorno, emprisonné à l'âge de 20 ans pour des faits de résistance à Bolzano.

L'ancien SS était hospitalisé après s'être fracturé le col du fémur lors d'une chute en prison dans la nuit du 25 octobre. Sa mort serait due à des complications à la suite de cet accident.

Ce décès est "une mort annoncée, la mort d'un vieux malade qui ne devait pas être en prison", a déclaré à l'agence italienne Ansa son avocat Me Paolo Giachini.

Ce dernier a mis en cause la "magistrature militaire, qui n'a pas eu le courage d'appliquer la loi lui accordant les bénéfices auxquels il avait droit, par peur de ce qui aurait été dit". L'avocat s'en est pris également à ce qu'il a appelé "l'aile violente de la communauté juive de Rome, des extrémistes qui n'ont jamais arrêté de diaboliser ces Allemands âgés".

Seifert était, avec Erich Priebke, le seul ex-criminel de guerre nazi à purger sa peine en Italie.

Erich Priebke, âgé de 95 ans, a été condamné en novembre 1998 à la réclusion à perpétuité pour sa participation au massacre des fosses Ardéatines à Rome en mars 1944, l'un des crimes de guerre les plus sanglants de la IIème guerre mondiale en Italie. Il a également pour avocat Me Giachini.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi