Bobigny : le premier maire adjoint Christian Bartholmé renvoyé devant le tribunal de grande instance

Antisémitisme/Racisme - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest

5Christian_BARTHOLME.JPG

Christian Bartholmé renvoyé au Tribunal pour violences en réunion 

 

L'affaire de la mairie de Bobigny avait fait grand bruit à la suite de notre article du 27 juin 14, repris pas la plupart des médias.


Aujourd'hui elle prend un nouveau reliefavec l'annonce de l'ouverture procés en pénal pour Christian Bartholmé 1er maire adjoint et Kianoush directeur du développement territorial de Bobibny pour violences en réunion sur la personne de Sabrina Saidi.


Rappelons les faits : la rédaction d' Alliance reçoit la copie d'un tract distribué dans les cités de la ville de Bobigny le 24 juin 2014 lire notre article "La mairie de Bobigny embauche de curieuses personnes".

macarons-caramel-au-beurre-sale.jpg

Linda Benakouche condamnée pour violences sur autrui en 2005

Ce tract retient toute notre attention car il dénonçait d'une part, la condamnation d'une certaine Linda Benakouche pour violence sur autrui et d'autre part, qu'elle était la femme du bras droit de Youssouf Fofana le chef des gand des barbares, Jean-Christophe Soumbou.


Celui qui a torturé Ilan Halimi.


Nous appelons le jour même la mairie, afinde comprendre comment est-il possible d'embaucher une telle personne ?


Ce sera Christian Bartholmé ,en personne, au téléphone qui affirmera  que Linda Benakouche était mineure au moment des faits qui lui sont reprochés. 


Ce qui n'interdisait donc pas son embauche ni même son élection à la mairie, ajoutera-t-il  et pour le second fait, à savoir mariée à Jean-Christophe Soumbou ? "Elle n'est en rien responsable..."


On s'étonne d'une telle réaction. Christian Bartholmé n'est pas même indigné qu'un tract "diffame"sa petite protégée.


Nous décidons d'enquêter sur cette affaire et nous retrouvons  la victime de Linda Benakouche qui sera prête à témoigner 10 ans après les faits.


Elle nous communiquera le jugement de 2005 et l'âge de Linda Benakouche au moments des faits, 21 ans lire son témoignage


Elle était donc bien majeure. Christian Bartholmé a menti, il a bien embauché une personne avec un casier judiciaire.Ce ne sera pas la seule dans cette mairie.


Notre enquête se poursuivra et va nous démontrer une pagaille pitoyable dont le premier intéressé pourrait être Jean-Christope Lagarde député maire de Drancy ,actuellement en tête des élections pour la présidence du parti de L'UDI , également ancien président puis, vice-président et à présent membre de l'association France-Qatar.


Christian de Paoli, le maire de Bobigny n'est autre que le poulain de Jean-Christope Lagarde.

D'ailleurs dans un tweet le député UDI Jean-Christophe Lagarde a salué  le travail de son poulain dans la commune voisine : « Gagné à Bobigny avec 54 % des voix. C'est aussi génial qu'historique !!! Je n'ai jamais été aussi fier d'être leur député. Ils se sont révoltés ! ».

Stéphane de Paoli fera à son tour, la une du journal Marianne puisqu'il cumule son salaire de maire de 4500 euros et ses indemnités de chômage de 1851 euros.

Et même si ce cumul n'a rien d' illégal il n'en reste pas moins suspect dans la mesure où tout chômeur se doit de rechercher un emploi - le poste de maire n'étant pas considéré comme un emploi-

Assez risible, dans une ville comme Bobigny où le chômage touche plus de 20% de la population de savoir que le maire est aussi au chômage.

On l'a bien compris cette mairie s'est gagnée grâce à un bon vieux procédé, "Tu m'apportes des voix et je t'offre un poste à la mairie avec un salaire digne d'un ministre ". lire l'article de Mariane à ce sujet

Peu importe que tu sois voleur, assassin, l'immunité sera de mise , "Croix de fer, croix de bois  si je mens je vais en enfer.

Il semble que ce soit justement le cas, l'enfer s'est ouvert sous les pieds de Christian Bartholmé.

Son procés en pénal s'ouvre le 16 décembre à partir de 13 heure au Tribunal de Grande Instance de Bobigny pour violence en réunion à l'encontre de Sabrina Saidi, déclarée comme victime.


En effet, Sabrina Saidi, élue municipale,  avait été  suspecté d'être l'auteure du fameux tract.


Elle sera convoquée au bureau du maire adjoint, sous le prétexte de lui attribuer enfin l'appartement qu'elle espère pour elle et sa famille depuis trois ans !


Elle dissimulera un dictaphone sous ses vêtements, afin d'enregistrer cette fameuse discussion qui s'averera houleuse et violente.


L'enregistrement fera également la une du Journal Marianne et d' Alliance, Sabrina Saidi portera plainte.Lire notre article: Bobigny : Séquestration et menace d'une élue 


Sabrina Saidi est donc,aujourd'hui , déclarée comme victime, Christiam Bartholmé et Kianoush renvoyés aux tribunaux.

Maître Marc Benhsimon avocat de Sabrina Saidi nous tiendra au courant des suites du procés.

Claudine Douillet



 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi