Le Parlement des cigognes récompensé par le prix de la LICRA

Actualités, Antisémitisme/Racisme, Coup de coeur, Culture - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Le Parlement des cigognes récompensé par le prix de la LICRA

Lorsque j'ai reçu ce petit livre , 128 pages, son titre évocateur d'une confrérie pour le moins originale, m'a interpellé.

J'étais loin d'imaginer que ce petit livre allait m'emmener si loin, son titre est celui d'un tableau, pour comprendre le choix de ce titre je vous invite à lire ce merveilleux témoignage, d'une absolue délicatesse , il met en phase la génération de l'oubli et celle dont le devoir est de ne pas oublier.

Ce témoignage s'éloigne des précédents, peut-être parce que plus en distance avec les événements de cette période obscure,tout en maintenant un lien indéfectible avec les génération à venir, trouvant le pont avec les mots, un récit,  pour faire ressurgir l'humanité qui a brillé par son absence durant ces années noires.

Ce livre , ce trésor, vient d'être récompensé par le prix de la LICRA
Claudine Douillet

Critique de Jean-Pierre Allali

Le Parlement des cigognes récompensé par le prix de la LICRA

Le Parlement des cigognes récompensé par le prix de la LICRA

Magnifique ! Ce roman est tout simplement magnifique. Avec maestria, l’auteur nous conduit, pas à pas, d’une banale excursion d’adolescents français en Pologne à la tragédie infinie de la Shoah.

Ils sont douze jeunes et ont pour noms David, le « leader », Maxime, Cyril, Katell, Zahia, Laurent, Elisabeth, Charlotte, Théo...
Ils se sont retrouvés, début février, à Cracovie, l’ancienne capitale polonaise, pour un séminaire dans le cadre de leurs études d’hôtellerie.

Un stage de perfectionnement, mais aussi une occasion de flâner sur le Rynek ou dans la rue Grodska et de se régaler dans un mleczny, un bar à lait typiquement polonais où l’on peut déguster un bigos, soupe à l’œuf locale, s’avaler quelques verres de kwas, la « bière de pain », de faire son jogging et même d’élire une « Miss Cracovie », ce sera la jolie Katell, par ailleurs experte en claquettes et que David n’arrête pas de dévorer des yeux.

Insouciance et décontraction. Mais la Pologne ne saurait indéfiniment cacher son passé douloureux, même à des jeunes gens en vadrouille qui ne songent qu’à se distraire.

Les choses vont changer lorsque la petite troupe se retrouve dans l’ancien quartier juif de Kazimierz, là-même où Steven Spielberg avait tourné, dans les années quatre-vingt-dix, son fameux La Liste de Shindler puis, plus tard, de l’autre côté de la Vistule, dans l’autre quartier juif de la ville, Podgorze. Plus tard, c’est la découverte du camp de Plaszow, où naguère, étaient installés deux cimetières juifs, détruits par les nazis et dont les pierres tombales ont servi, en 1942, à construire des routes. A cette époque, raconte David, un Cracovien sur quatre était juif. Il évoque le personnage sinistre d’Amon Göth, qui prenait un plaisir cynique à tuer des Juifs avec le concours de ses chiens, Alf et Ralf. Il parle aussi, à ses camarades de l’infernale marche de la mort.

Mais c’est en visitant une exposition de peinture dans l’ancienne Halle aux Draps que les jeune Français vont être confrontés, de plein fouet, à l’horreur de l’extermination des Juifs par Hitler et ses sbires.

Face à une toile étrange, « Sejm Bociani », « Le Parlement des Cigognes » due à Wladyslaw Malecki, un vieillard, Zygmunt, assis, contemple la peinture, comme subjugué. On apprendra par la suite, qu’il est originaire de la ville, Krakow, en polonais et qu’il vit désormais en Israël. C’est son premier voyage en Pologne depuis les années sombres de la Shoah.

Pris de sympathie pour les jeunes, il va, par petites touches, leur raconter, dans les moindres détails, l’horreur et l’expérience terrible de l’Occupation allemande de la Pologne.

Et comment, par chance, et aussi grâce à des cigognes, il s’en est sorti. Il leur dira aussi que la fin de la Guerre n’a pas signifié, loin de là, le répit pour les rescapés juifs. L’antisémitisme a resurgi, comme lors du pogrome de Kielce en 1945.Un récit haletant dans une écriture d’une belle finesse.

A découvrir absolument.

Jean-Pierre Allali

 

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi