Antisémitisme: les crimes antisémites ne sont pas reconnus en France

Actualités, Alyah Story, Antisémitisme/Racisme, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Sarah Halimi crime antisémite non reconnu par le procureur

Dans l'affaire de Sarah Halimi qui a été tué puis défenestré de son appartement par un de ses voisins musulman le crime antisémite n'a pas été retenu.

Le juge déclare que l'assassin de Sarah Halimi n'est pas pleinement  responsable de son acte parce qu'il était sous l'emprise de la marijuana.

Son assassin, de confession musulmane, criant Allah AKbar au moment où il poignarde Sarah Halimi dans son appartement ne sera probablement pas jugé comme  responsable de ses actes parce qu'il est sous emprise de la marijuana a statué le juge

La décision préliminaire dans le procès de Kobili Traoré pour l'assassinat de Sarah Halimi en 2017 a été rendue vendredi par un juge d'instruction .

Francis Khalifat, président du groupe de coordination des communautés juives françaises du CRIF, a qualifié la décision de "peu surprenante mais difficilement justifiable". Il a déclaré que son groupe et les autres vont faire appel dans l'espoir de traduire Kobili Traoré en justice.

Il pourrait être hospitalisé pour le traitement de ses défaillances psychotiques ou obligé de participer à un programme de réhabilitation pour toxicomanes ou être libéré mais pas condamné.

Sammy Ghozlan, ancien commissaire de police et fondateur du Bureau français de Vigilance contre l'antisémitisme, a  déclaré en mai qu'il était confiant quand au traitement de l'affaire de Sarah Halimi en tant que crime antisémite et qu'il serait traité dans ce sens. "

Kobili Traoré a poignardé Sarah Halimi, médecin et institutrice de jardin d'enfants, pendant une heure alors que la police se tenait devant sa porte, selon des informations rapportées. Il a crié à Allah Akbar et l'a traitée de «démon» avant de la jeter par la fenêtre.
Kobili Traoré avait traité de sale juive la fille de Sarah Halimi deux ans auparavant.

Dans l'affaire Pinto à Livry Gargan

 

Famille juive Pinto agressée à LIVRY GARGAN

Famille juive Pinto agressée à LIVRY GARGAN

 

Les procureurs français omettent les accusations de crimes de haine contre des cambrioleurs qui ciblent des Juifs

Les procureurs n'ont pas inclus l'élément aggravé d'un crime de haine et antisémite dans l'acte d'accusation de trois hommes qui auraient désigné la famille Pinto pour un cambriolage à leur domicile.

Lors de l'incident de 2017, les suspects sont accusés d'être pénétré de force dans la maison parisienne de Roger Pinto, président de Siona.

Les assaillants, dont deux portaient des masques, ont frappé le fils et la femme de Roger Pinto dans leur maison située dans la banlieue nord-est de Livry Gargan. L'un des cambrioleurs a déclaré: «Vous, les Juifs, vous avez de l'argent», selon les membres de la famille.

Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme, le BNVCA, a déclaré  mardi qu'il était "stupéfait et indigné" à propos de l'acte d'accusation déposé ce mois-ci contre cinq accusés arrêtés en 2017.

Le BNVCA apprend avec stupeur et indignation que le juge d’instruction après une longue enquête ne retiendrait pas le caractère antisémite de l’odieuse agression dont a été victime en 2017 la famille Pinto à Livry-Gargan.

Il ressort manifestement que la famille Pinto a été rouée de coups pour qu’elle avoue où serait caché son argent puisque pour les agresseurs il suffit d’être juif pour être riche.

Le BNVCA rappelle que le nombre d’agressions et parfois d’assassinats sont commis par des voyous convaincus de leur impunité pour frapper des personnes juives ou sensées être juives pour les démunir de leur supposée fortune.

Il suffit de rappeler Ilan Halimi torturé et assassiné par des barbares pour extorquer à sa famille des sommes considérables qu’elle n’avait jamais eues.

En dépit des engagements des autorités au plus haut sommet de l’état : le Président de la République, le Premier Ministre, le Ministre de l’Intérieur, Madame la Ministre de la Justice, de réprimer sévèrement les actes antisémites qui se multiplient dans notre pays la situation va en empirant.

Après l’assassinat de Sarah Halimi, c’est l’affaire de l’agression de la famille Pinto.

Encore une fois nous constatons et déplorons que certains magistrats s’efforcent d’éviter de qualifier antisémites les agressions commises contre les juifs

Le BNVCA attend de la chancellerie et des parquets qu’ils instruisent avec la plus grande rigueur les crimes commis en raison de la race de la religion de l’ethnie ou de la nationalité des victimes et retiennent en tant que de besoin le caractère antisémite.

L’histoire marquera d’une pierre noire ces dénis.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi