Antisémitisme : cet aigle nazi d'une valeur de 26 millions de dollars devrait être vendu à un musée

Actualités, Alyah Story, Israël - le - par .
Transférer à un amiImprimerCommenterAgrandir le texteRéduire le texte
FacebookTwitterGoogle+LinkedInPinterest
Simon Wiesenthal

Un symbole de l’Allemagne nazie – un aigle tenant une croix gammée dans ses serres – ne devrait pas tomber entre les mains des fidèles d’Hitler et devrait plutôt aller dans un musée public, a exhorté le Simon Wiesenthal Center de Los Angeles.

L’aigle de deux mètres, pesant environ 400 kg, a été récupéré sur le cuirassé allemand de la Seconde Guerre mondiale, l’amiral Graf Spee, au large des côtes de l’Uruguay en 2006 par un groupe de passionnés.

Le navire a été coulé en décembre 1939 par son équipage pour l’empêcher de tomber aux mains des Britanniques.

Le Centre Simon Wiesenthal a déclaré que, si l’aigle est vendu à des acheteurs privés, ils doivent être informés que l’attirail nazi ne doit pas être exposé publiquement à moins que « l’affichage de ces symboles [serves] comme un avertissement aux générations futures de ce qui ne devrait jamais être répété. «

« Les autorités allemandes et le Wiesenthal Center ont adopté la position que de tels artefacts ne peuvent pas servir un marché d’extrême droite en pleine croissance et les suprémacistes blancs», A déclaré le Dr Shimon Samuels du Centre dans un communiqué.

Depuis sa récupération, la statue a pris de la poussière dans un entrepôt appartenant à la marine uruguayenne, en attendant que quelqu’un en revendique enfin la propriété. L’aigle a été brièvement exposé à Montevideo en tant qu’attraction touristique, mais il a été retiré après que l’Allemagne a protesté. Le prix estimé de l’aigle oscille autour de 26 millions de dollars.

L’artefact a fait l’objet de controverses en Uruguay depuis sa récupération. La Cour suprême du pays a décidé en 2014 que si l’aigle devait un jour être vendu, les bénéfices devraient être répartis entre l’État et l’entreprise privée qui l’a récupéré du fond de la mer. Finalement, un tribunal local a décidé en 2019 que le symbole du Troisième Reich devait être vendu aux enchères.

Le Centre Simon Wiesenthal est une organisation mondiale de défense des droits humains qui mène des recherches sur l’Holocauste et qui lutte contre l’antisémitisme, la haine et le terrorisme.

Vos réactions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A voir aussi